société

Portfolio / Jen Davis

Elle questionne la beauté en photographiant son corps obèse

Durant onze ans, la photographe américaine Jen Davis, 36 ans, a interrogé les standards sociétaux de la beauté en immortalisant son propre corps obèse. Ses clichés sont aujourd’hui rassemblés dans un très beau livre intitulé Eleven Years, à paraître le 24 septembre prochain. Portfolio. 
© Jen Davis
© Jen Davis

© Jen Davis


J’étais plus vulnérable devant l’appareil photo que j’aurais pu l’être dans ma vie réelle, car là personne ne me regardait. L’idée était de s’ouvrir, comme quand on regarde sous le tapis pour essayer de voir ce qui est caché en dessous.” À l’âge de 23 ans, Jen Davis a commencé à se photographier et à immortaliser ce corps qui lui paraissait différent de celui des autres femmes. Obèse depuis son enfance, cette Américaine, née en 1978, a poursuivi ces autoportraits durant 11 ans et ses clichés sont aujourd’hui réunis dans un bel ouvrage intitulé Eleven Years, en librairies le 24 septembre. 

C’était une remplaçante, une doublure, qui me ressemblait sans être moi.”

Quand je me photographiais, l’idée de l’appareil photo opérant comme une tierce personne m’a aidée: il y avait une distance physique entre l’appareil et moi, et une distance émotionnelle entre moi-même et la personne photographiée. Je créais un personnage que je ne connaissais pas nécessairement. C’était une remplaçante, une doublure, qui me ressemblait sans être moi”, écrit Jen Davis. Autoportraits solitaires, mises en scène du quotidien ou de l’intimité, l’artiste questionne ainsi les standards de beauté imposés par la société et l’influence qu’ils exercent sur elle, sur sa façon de se percevoir et de vivre. Aujourd’hui, la trentenaire s’est fait placer un anneau gastrique pour limiter son appétit et perdre du poids. “Je peux manger en public sans qu’on me juge et m’asseoir sans me demander si quelqu’un réussira à s’installer près de moi”, dit-elle. Et c’est avec ce nouveau corps, auquel elle doit désormais se faire, qu’elle a l’intention de poursuivre cette introspection photographique. 

J.T.

PORTFOLIO

 - Cheek Magazine
Voir les 10 photos

Elle questionne la beauté en photographiant son corps obèse

01 / 10
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine

4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
© Jen Davis - Cheek Magazine
© Jen Davis

5. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
© Jen Davis - Cheek Magazine
© Jen Davis

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
© Jen Davis - Cheek Magazine
© Jen Davis