Ce qui se passe ailleurs

Israël

À Jérusalem, les femmes resteront à l'écart au mur des Lamentations

Alors que le gouvernement israélien avait promis de créer un espace mixte au mur des Lamentations, à Jérusalem, il est revenu hier sur cet engagement, suscitant la déception de nombreuses femmes à travers le monde.
© Myriam Levain pour Cheek Magazine
© Myriam Levain pour Cheek Magazine

© Myriam Levain pour Cheek Magazine


Grosse déception pour les femmes qui espéraient pouvoir prier dans les mêmes conditions que les hommes au Mur des Lamentations de Jérusalem, le lieu le plus sacré du judaïsme: le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a annoncé hier que la promesse de créer un espace mixte sur ce site saint était gelée. La revendication de pouvoir porter une kippa et un châle de prière, ainsi que de pouvoir lire à haute voix dans la Torah -comme les hommes- est portée depuis des décennies par des femmes, notamment par le groupe Women of the Wall, qui entreprend régulièrement des actions devant le Mur des Lamentations pour faire entendre sa voix.

En effet, les femmes sont aujourd’hui cantonnées à une bien plus petite portion du mur et sont soumises à de nombreuses restrictions. Alors que les plus libérales d’entre elles, minoritaires en Israël, s’étaient félicitées l’année dernière de la décision du gouvernement d’accéder à leur demande, c’est une douche froide qu’elles ont reçue ce week-end, et qui a été largement dénoncée par les juifs de la diaspora. Le premier ministre a visiblement cédé aux pressions des ultra-orthodoxes membres de son gouvernement, qui voyaient d’un très mauvais œil cette modernisation de rites ancestraux et n’avaient jamais caché leur opposition à ce projet. Nul doute que les “femmes du mur” reviendront bientôt réclamer l’égalité.

Myriam Levain


2. La journaliste Hajar Raissouni jugée pour avortement illégal au Maroc

Arrêtée il y a un mois et accusée d’avoir pratiqué un avortement illégal, la journaliste Hajar Raissouni est jugée aujourd’hui à Rabat et risque deux ans de prison ferme. 
© Myriam Levain pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Myriam Levain pour Cheek Magazine

5. Cheek Magazine existe désormais en Argentine

On peut maintenant lire Cheek Magazine dans une version argentine, signe que le féminisme latino est toujours en pleine effervescence.
© Myriam Levain pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Myriam Levain pour Cheek Magazine

6. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
© Myriam Levain pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Myriam Levain pour Cheek Magazine