société

La vidéo du jour

Ce jeu vidéo vous met dans la peau d'une femme au foyer

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Brut consacrée au jeu vidéo Behind Every Great One, destiné à dénoncer les inégalités entre les hommes et les femmes au sein du couple hétéro.
DR
DR

DR


Vous voici dans la peau d’une femme au foyer confrontée à l’angoisse du surmenage domestique.” Voici le pitch du nouveau jeu vidéo espagnol Behind Every Great One, présenté par Brut dans une vidéo publiée samedi 8 septembre. Dans un univers qui rappelle celui des Sims, le joueur ou la joueuse rentre dans la peau de Victorine, dont les journées sont rythmées par l’entretien du domicile, les lessives, la préparation du repas et autres tâches ménagères réjouissantes. Gabriel, son mari, “profite tranquillement de son atelier de peinture, puis pointe ce qui n’a pas été fait ou mal fait à ses yeux”. Et quand la pression est trop élevée, le personnage féminin s’isole dans sa chambre avant de retourner à ses activités. Un bon moyen de proposer un aperçu de la charge mentale qui pèse sur les femmes dans les couples hétérosexuels, car comme le rappelle en conclusion le média vidéo: “Selon l’INSEE, les hommes font 62% des tâches liées au jardinage et au bricolage mais n’effectuent que 29% des tâches ménagères.

 

Margot Cherrid


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
DR - Cheek Magazine
DR