société

La vidéo du jour

John Oliver s'attaque aux CPC, ces centres américains qui dissuadent les femmes d'avorter

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce sketch dans lequel John Oliver dénonce les pratiques des Crisis Pregnancy Centers, des établissements qui se font passer pour des plannings familiaux pour dissuader les femmes d’avorter. 
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR

Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR


Dans l’émission d’HBO Last Week Tonight du 8 avril, John Oliver se paye les Crisis Pregnancy Center (CPC), des centres qui se donnent l’apparence de plannings familiaux mais qui sont en réalité pilotés par des associations anti-avortement. Comme le révèle un John Oliver très remonté, tout est fait dans ces CPC pour tromper le jeunes femmes et les dissuader d’avorter ou d’avoir accès à des moyens de contraception. Entre autres techniques employées: des noms de centres qui mettent en avant le mot “choix” comme “Choices Women’s Center”, “Informed Choices Medical Clinic” ou encore “Choices Pregnancy Care Center”, pour laisser croire aux visiteur·se·s que ces établissements sont pro-choix.

Des leurres qu’assument totalement les dirigeant·e·s de ces centres, à l’image de la militante anti-avortement Abby Johnson. Dans un extrait de la conférence nationale des CPC, que diffuse John Oliver pendant son sketch, on entend l’activiste pro-life discourir sur l’importance de cette apparente neutralité des centres: “Nous voulons sembler neutres de l’extérieur. Le meilleur appel, la meilleure cliente que vous puissiez avoir est celle qui pense qu’elle met le pied dans une clinique d’avortement. Okay? Ceux sont elles les meilleures clientes, celles qui pensent que vous pratiquez des avortements.” Un discours qui fait froid dans le dos. John Oliver précise que ces Crisis Pregnancy Centers sont pour certains financés par le gouvernement américain et que cette pratique de désinformation et de manipulation est considérée comme tout à fait légale.

Autre méthode employée par les activistes des CPC: la désinformation. Selon eux, 35% des suicides de femmes seraient liés à un avortement et l’IVG augmenterait de quasiment 50% le risque de développer un cancer du sein. Des chiffres inventés de toutes pièces que John Oliver ne manque pas de démolir avec humour avant de ridiculiser ces anti-avortement venus tout droit du Moyen Âge, à l’instar de cette conseillère de CPC qui déclare qu’en cas de décès après un avortement, des parties du fœtus peuvent être retrouvées dans le coeur ou les poumons des  patientes. C’est cela oui. 

Audrey Renault

 


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR

5. Dans ce podcast, des femmes racontent comment elles ont fait fuir leurs harceleurs

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Yesss, dans lequel des femmes racontent comment elles ont réagi face à leurs harceleurs.
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Last Week Tonight”, DR