société

Le Cheek Point

Maintenant qu'un homme témoigne contre Johnny Depp, on croit enfin Amber Heard

On a lu pour vous cet édito paru sur The Pool sur le deux poids, deux mesures, autour des plaintes pour violence conjugale, que vient à nouveau illustrer un témoignage masculin dans l’affaire Amber Heard/ Johnny Depp.
© Savannah McMillan / Instagram
© Savannah McMillan / Instagram

© Savannah McMillan / Instagram


Johnny Depp a ‘violemment frappé’ Amber Heard, ont rapporté des articles. Il l’a maltraitée et, selon certains, ‘s’en est pris physiquement’ à Heard au cours de leur mariage. Ces commentaires ont été faits par l’ancien manager de Depp dans des documents légaux obtenus par le magazine américain People. D’un coup, le public s’énerve, car Amber Heard serait enfin crue.

Cet énervement survient alors que l’année dernière encore, ces révélations ne semblaient pas crédibles, quand Amber Heard elle-même disait que Johnny Depp l’avait brutalisée. C’est comme s’il n’y avait pas assez de preuves, il y a 14 mois, pour que l’on croie une femme se plaignant de violences. Comme s’il n’y avait pas assez de photographies montrant ses bleus, comme si cette vidéo de l’une des attaques ne suffisait pas. Au lieu de cela, lorsqu’elle a révélé ces violences au moment de demander le divorce d’avec Depp, Heard a été accusée d’être ‘intéressée’, une ‘menteuse’ qui ferait ‘n’importe quoi pour obtenir de l’attention’. Depp, à l’inverse, avait droit au bénéfice du doute.

Dans un édito publié sur le site The Pool, la journaliste Zoë Beaty s’insurge contre une prise de conscience tardive du public concernant les violences de Johnny Depp envers Amber Heard. Depuis que le témoignage de Joe Mandel, l’ancien manager de Johnny Depp, est devenu public, le discours sur les circonstances du divorce de l’acteur et de la mannequin évolue dans les médias. Certains demandent à Johnny Depp de s’excuser auprès d’elle, d’autres publient des articles horrifiés devant la violence de l’acteur. Personne ne doute des dires de l’ancien manager alors que tout le monde ou presque avait douté de la bonne foi de la première concernée, critique l’auteure du post.

Comment se fait-il que l’on ait besoin du témoignage d’un homme pour enfin croire une femme qui se plaint de violences sur elle-même? Comment se fait-il que la victime doive, lorsqu’elle est seule, encore souffrir des campagnes de culpabilisation, être scrutée de toute part comme si les coups tombaient par sa faute? Pourquoi persiste-t-on à croire que ce que dit une femme n’a pas de valeur? 

Ce sont les questions que se pose la journaliste dans un édito à lire de toute urgence en VO sur The Pool.


2. Turquie: Sule Çet, le visage des violences faites aux femmes

En Turquie s’est achevé le premier procès dans l’affaire du probable meurtre de Sule Çet, 23 ans, étudiante à Ankara. La jeune femme aurait été jetée du 20ème étage d’un immeuble de bureaux. Son cas, ultra-médiatisé, est en passe de devenir le symbole contre les violences faites aux femmes dans le pays.
© Savannah McMillan / Instagram - Cheek Magazine
© Savannah McMillan / Instagram

3. Alice Coffin: La Ligue du LOL “renvoie à l'élimination de toute une partie des journalistes”

Horrifiée mais “pas étonnée” par les révélations concernant la Ligue du LOL, la journaliste engagée Alice Coffin a accepté de se prêter au jeu des 3 questions et de nous livrer son point de vue sur l’affaire. On a parlé discrimination, journalisme et féminisme.  
© Savannah McMillan / Instagram - Cheek Magazine
© Savannah McMillan / Instagram

4. Houda Benyamina, réalisatrice engagée qui veut démocratiser le cinéma

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente la réalisatrice Houda Benyamina, prix de la création.
© Savannah McMillan / Instagram - Cheek Magazine
© Savannah McMillan / Instagram

7. TPMP: Quand Jean-Marie Bigard mime et banalise le viol en direct

Lundi 11 février, dans Touche pas à mon poste, Jean-Marie Bigard a mimé une scène de viol. Ce n’est pas la première fois que l’émission de Cyril Hanouna banalise les violences sexistes et sexuelles. 
© Savannah McMillan / Instagram - Cheek Magazine
© Savannah McMillan / Instagram