société

La vidéo du jour

“On peut jouir lors d’un viol”: Brigitte Lahaie vrille en direct sur BFMTV

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet extrait hallucinant du débat entre Caroline De Haas et Brigitte Lahaie, diffusé sur BFMTV.
“On peut jouir lors d’un viol”: Brigitte Lahaie vrille en direct sur BFMTV

Séquence surréaliste sur BFMTV. Le mercredi 10 janvier, la militante Caroline De Haas et l’actrice et animatrice de radio Brigitte Lahaie débattent dans l’émission News et Compagnie autour des violences sexuelles subies par les femmes. La première invitée a signé la tribune très polémique du Monde qui défend la “liberté d’importuner” publiée le 8 janvier dernier et la seconde est l’auteure de la contre-tribune, “Les porcs et leurs allié.e.s ont raison de s’inquiéter”. Alors que Caroline De Haas affirme: “Il y a un truc très simple, c’est d’arrêter les violences. Parce que les violences, elles empêchent la jouissance. Quand vous avez été victime de viol, vous jouissez moins bien en fait, en général”, Brigitte Lahaie lui rétorque: “On peut jouir lors d’un viol, je vous signale!” Comme l’explique L’Express, plusieurs études scientifiques démontrent qu’il est possible d’éprouver un orgasme lors d’un viol, mais cette réaction physique n’est en rien synonyme de consentement ni de plaisir.

La militante féministe a exprimé son indignation sur Twitter, estimant que “placer cette phrase alors que l’on parlait de plaisir sexuel donne un sentiment de banalisation de la violence.” De nombreux internautes ont abondé dans son sens, en rappelant par exemple que Brigitte Lahaie n’est malheureusement pas la première des cosignataires de la tribune du Monde à avoir minimisé les agressions et crimes sexuels.

 

On vous laisse découvrir la vidéo:

Margot Cherrid

 

 


1. #Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement

Depuis trois mois, le hashtag #Masaktach (“je ne me tais pas”, en arabe dialectal marocain) se diffuse sur les réseaux sociaux. Derrière ce mot, une mobilisation contre les violences faites aux femmes, alors qu’une étude d’ONU Femmes indique que 63% de Marocaines reconnaissent avoir été victimes de harcèlement sexuel.
#Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement - Cheek Magazine

3. Comment les règles modifient la voix

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait cette chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique qui évoque les modifications qu’entraînent les règles sur la voix des chanteuses lyriques. 
Comment les règles modifient la voix - Cheek Magazine

5. Avec son roman "Jeune fille modèle", Grace Ly œuvre pour une meilleure représentation des Asiatiques en France

Dans son premier livre, Grace Ly raconte l’adolescence de la jeune Chi Chi, née de parents asiatiques à Paris. Un récit à la première personne, dans lequel l’autrice pose un regard doux sur la relation entre parents et adolescents tout en dépeignant le racisme anti-asiatique en France.  
Avec son roman

6. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
“Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte - Cheek Magazine