société

Julie Gayet dans un clip choc sur les mariages forcés réalisé par Lisa Azuelos

L’actrice fait une apparition dans un court-métrage choc réalisé par Lisa Azuelos pour dénoncer les mariages forcés. 
Capture d'écran
Capture d'écran

Capture d'écran


14 millions de cris, c’est le nom de ce film qui va forcément marquer les esprits. Réalisé par Lisa Azuelos (Comme t’y es belle, LOL) à l’occasion de la Journée internationale de la femme, le court-métrage de quatre minutes dénonce les mariages forcés, une pratique qui concerne “14 millions de filles mineures tous les ans dans le monde”, comme l’indique la réalisatrice dans la description qui accompagne le clip sur YouTubeEt d’ajouter: “Ce film est mon cri à moi pour que l’on puisse entendre le leur. Et que cesse l’idée que cela puisse être une normalité.

Au cours de ces quatre minutes, on voit une enfant s’apprêter avec l’aide de sa mère, jouée par Julie Gayet, pour se rendre à une cérémonie dont elle -et les spectateurs- ignore la nature. Les deux femmes retrouvent ensuite le père, interprété par Alexandre Astier, et le trio se rend dans une mairie parisienne. On vous laisse découvrir la suite ci-dessous.



1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran - Cheek Magazine
Capture d'écran

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran - Cheek Magazine
Capture d'écran

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran - Cheek Magazine
Capture d'écran

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran - Cheek Magazine
Capture d'écran