société

L'interview “Future ministre” / Juliette Méadel

“Les ministres mettent leur vie privée complètement de côté”

Le petit monde des politiques les connaît bien, le grand public pas encore. Cheek part à la rencontre des femmes politiques de la nouvelle génération, qui seront peut-être les ministres de demain.
© Philippe Grangeaud
© Philippe Grangeaud

© Philippe Grangeaud


À 40 ans tout juste, cette discrète socialiste, proche de Ségolène Royal, a fait parler d’elle lors de son passage éclair à Terra Nova en 2013. Nommée à la tête du think tank et remerciée la même année, Juliette Méadel préfère ne pas s’attarder sur cette expérience un brin douloureuse. Si certains ont mis cette éviction sur le compte d’un manque d’investissement, d’autres y ont vu une discrimination à la grossesse (Juliette Méadel était enceinte de cinq mois quand elle a été embauchée) et un classique retour de congé de maternité compliqué.

Quoi qu’il en soit, la jeune femme a depuis récupéré son poste de rapporteuse à la Cour des comptes et est toujours présente dans l’organigramme du Parti socialiste (PS), en qualité de secrétaire nationale à la politique industrielle, numérique et à l’économie sociale et solidaire. Les premiers souvenirs politiques de Juliette Méadel remontent loin puisqu’elle évoque mai 1981, la victoire de Mitterrand et la foule de la rue Soufflot. “J’avais 7 ans, j’étais avec mes parents, mais ce jour historique m’a marquée pour toujours.”

“La campagne de Ségolène Royal en 2007 a été une expérience incroyable, surtout qu’au début nous n’étions qu’une poignée.”

Après avoir vu sa mère s’engager localement dans la mairie du 14ème arrondissement de Paris, et son père travailler au cabinet d’Édith Cresson, c’est assez naturellement que la jeune femme prend sa carte au PS. Ses premiers pas en politique datent de 2005 et du referendum sur la Constitution européenne, où elle se fait remarquer en s’opposant à son courant -fabiusien- pour soutenir le “oui”. Combat qu’elle gagnera en interne, même si le vote des Français s’est soldé par un “non” plutôt retentissant.

La jeune avocate -“J’ai toujours voulu avoir un métier pour ne pas dépendre financièrement de la vie politique”- se fait alors repérer par Ségolène Royal, qui l’entraîne dans sa campagne présidentielle de 2007. “Une expérience incroyable, surtout qu’au début nous n’étions qu’une poignée”, se souvient-elle. Après la défaite, elle décide de poursuivre son engagement pour la chose publique en passant le “troisième concours” de l’ENA, celui réservé aux salariés du privé ayant travaillé pendant au moins 8 ans. Sortie de la prestigieuse école, elle entre à la Cour des comptes et crée le collectif L’avenir n’attend pas, centré sur les questions d’enfance et d’éducation. Même si elle assure qu’elle n’a aucunement l’intention de devenir ministre un jour, Juliette Méadel s’est pliée à l’exercice de l’interview “Future Ministre”.

De quel président serais-tu ministre?

De Matteo Renzi, le président du conseil italien. Il a 38 ans et il a su mobiliser un pays fragmenté et lui redonner une énergie après les années Berlusconi. En France, Manuel Valls lui ressemble un peu. Une autre personnalité française avec laquelle j’aurais adoré travailler est Robert Badinter: il a toujours eu une vision politique, il a défendu l’indéfendable en luttant contre la peine de mort et a réussi à s’extraire du politiquement correct pour offrir une transformation fondamentale à notre société. Pour l’anecdote, j’ai œuvré pour que ma promo de l’ENA soit baptisée Robert Badinter.

“Les États ont vocation à encadrer la finance pour qu’elle soit plus juste, car les marchés financiers sont le nouveau pouvoir.”

Quel ministère aimerais-tu occuper?

Celui des finances et de la régulation des marchés financiers. Les États ont vocation à encadrer la finance pour qu’elle soit plus juste, car les marchés financiers sont le nouveau pouvoir. Je suis certaine qu’en 2017, la campagne présidentielle va se polariser sur ces questions.

Quel est celui que tu n’occuperais jamais?

Aucun. Quand on a la chance de pouvoir servir, on sert. Être ministre est une tâche difficile pour laquelle il faut beaucoup d’abnégation. Il ne faut pas oublier que les ministres mettent leur vie privée complètement de côté, chose dont je serais incapable en tant que mère de trois enfants.

Pour quel ministre as-tu déjà travaillé?

J’ai participé à la campagne de Ségolène Royal en 2007, ainsi qu’à celle de François Hollande en 2012. Et je travaille avec Arnaud Montebourg en tant que secrétaire nationale à la politique industrielle.

Si tu ne deviens jamais ministre, quel autre mandat aimerais-tu exercer?

J’aimerais être membre d’un exécutif local. Pourquoi pas maire d’une grande ville ou présidente d’un conseil régional. Ce sont de très beaux mandats, où l’on peut changer concrètement les choses.

“Pour être ministre, c’est important d’avoir eu un travail, cherché du boulot, eu un patron, envoyé des CV.”

Préconises-tu un âge minimum et un âge maximum pour être ministre?

J’estime qu’il faut un minimum d’expérience professionnelle pour être ministre donc je dirais qu’il faut avoir au moins 30 ans. C’est important d’avoir eu un travail, cherché du boulot, eu un patron, envoyé des CV… Pour ce qui est de l’âge maximum, ça dépend de la santé des uns et des autres. Robert Badinter pétait la forme à 75 ans! En revanche, je suis pour la limitation à deux mandats dans le temps sur le même poste, quitte à changer de mandat après. Sauf pour le président de la République, qui devrait n’avoir qu’un mandat unique, afin de ne pas être obsédé par sa réélection.

Pour ou contre la parité en politique?

Archi-pour. J’aimerais qu’on multiplie par deux les sanctions pécuniaires contre les partis qui ne la respectent pas.

“Sur Twitter, j’aime beaucoup lire les autres, leurs tweets sont souvent révélateurs de leur personnalité.”

Si tu étais ministre, tu continuerais de tweeter toi-même?

Oui, on ne peut plus faire sans Twitter. J’aime bien l’outil, même si j’ai mis un peu de temps à m’y faire, étant assez pudique. Twitter est une vraie source d’information, qui permet aussi de communiquer immédiatement sans filtre institutionnel. J’aime beaucoup y lire les autres, leurs tweets sont souvent révélateurs de leur personnalité.

Et tu posterais des selfies en conseil des ministres?

Jamais! Je repense aux journalistes qui se sont photographiés dans le bureau de Barack Obama, j’ai trouvé ça grotesque. Les hautes fonctions de la République demandent de la solennité, ce qui signifie pour moi ni tweets ni selfies en conseil des ministres.

Propos recueillis par Myriam Levain


1. Podcast et librairie jeunesse: ces deux amies déconstruisent le racisme à l’école

Notre visio était programmée à 20h30, mais la réunion de Prisca s’éternise. L’idée d’une interview virtuelle et nocturne n’a pas l’air de troubler la trentenaire hyperactive, mais c’est finalement à une heure plus classique que notre rencontre virtuelle à trois aura lieu le lendemain. Quoique…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud

2. Alyssa Carson, la jeune fille qui voulait aller sur Mars 

Et si la vie sur Mars passait du monde de la fiction à celui du réel? C’est ce qu’espère Alyssa Carson, et l’Américaine de 19 ans compte bien être de la partie. Passionnée par l’espace depuis la petite enfance, cette native de Louisiane travaille depuis…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud

3. Trois cheffes nous offrent une recette pour cuisiner confinée

La salade de betteraves acidulées d’Ecaterina Paraschiv © Emilie Franzo À la tête d’Ibrik Café et d’Ibrik Kitchen, deux adresses parisiennes, Ecaterina Paraschiv, dite “Cathy”, propose des recettes réconfortantes qui mettent en lumière les multiples influences et héritages de la cuisine des Balkans, terres de…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud

4. Comment Kamala Harris révolutionne les représentations du couple et de la famille

“Kamala Harris + famille” , “Kamala Harris + enfant ou mari” . Depuis sa nomination comme potentielle vice-présidente par Joe Biden en août dernier, jusqu’à son élection historique à ce même poste en novembre, les recherches Google sur Kamala Harris ont explosé: +800 % selon…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud

5. Chez Désirée, elles remettent la fleur française au cœur du bouquet

Après l’annonce du second confinement, il a fallu tout repenser chez Désirée, à nouveau. Lors du premier confinement était déjà né un site Internet, ainsi qu’une initiative en faveur des personnes âgées, l'opération Les Fleurs du bien, du muguet pour nos aînés. Cette fois-ci, Mathilde…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud

6. Face à la crise du Covid, les jeunes femmes se politisent

Oui, “c’est dur d’avoir vingt ans en 2020”. Privé·e·s de cours, de jobs étudiants, de sorties entre ami·e·s, de soirées ou de concerts, les jeunes subissent de plein fouet les conséquences de ce deuxième confinement. À la solitude et la détresse psychologique s’ajoute aussi la…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud

7. Sarah Frikh, la lanceuse d’alerte pour les femmes SDF

Que se passe-t-il quand plus de 400 000 personnes unissent leurs forces et leurs ressources pour sortir des femmes de la rue? Sarah Frikh le sait, les choses peuvent aller très vite. Une fois un profil identifié et vérifié, elle lance une alerte à sa…
© Philippe Grangeaud - Cheek Magazine
© Philippe Grangeaud