société

La vidéo du jour

Quand Klaire fait Grr s'attaque à la précarité menstruelle

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Klaire fait Grr, dans laquelle elle demande aux pouvoirs publics de distribuer des protections hygiéniques gratuitement.
DR
DR

DR


On a inventé la protection hygiénique, mais ça coûte gentiment sa petite tripotée de pognon. Pour les personnes précaires c’est un peu contrariant. Sachant que “précaires” signifie “pauvres” et que « un peu contraignant » signifie “grosse galère”.” Dans une vidéo publiée mercredi 5 septembre sur YouTube, Klaire fait Grr décrypte la notion de précarité menstruelle. Si elle utilise un ton décalé, glisse quelques blagues et même l’image d’un chien accordéoniste, la pastille de la comédienne et autrice n’en est pas moins informative et engagée.

Études à l’appui, elle explique qu’“une personne sur cinq [a] déjà renoncé à acheter des protections hygiéniques faute de moyens”, qu’“une sur dix [a] déjà dû bricoler une protection de fortune” avec du papier toilette, des vieux vêtements ou du papier journal, et qu’“une sur dix [remarque] des conséquences sur sa santé”. Si des protections réutilisables comme la coupe menstruelle ou les serviettes lavables sont désormais disponibles sur le marché, la jeune femme rappelle qu’elles ne s’adaptent pas à toutes les morphologies et activités.

Pour certaines femmes et jeune filles, le manque d’accès à ces produits de première nécessité peut être un handicap dans leur vie professionnelle, étudiante ou personnelle. En citant en exemple la ville de New York ainsi que l’Écosse, Klaire fait Grr conclut, non sans ironie: “Alors j’ai conscience qu’en France les pouvoirs publics sont déjà vachement occupés à accueillir les réfugié·e·s, préserver le code du travail et augmenter le RSA. Mais ceci est un appel. […] Quand les protections hygiéniques seront-elles gratuites dans les écoles et les lieux publics? Indice: “maintenant” serait une bonne réponse”.

 

 

Margot Cherrid


2. Dans “Soir de fête”, ils enquêtent sur le consentement au temps de nos arrière-grands-parents

En enquêtant sur l’histoire de sa famille, le journaliste Mathieu Deslandes découvre dans son arbre généalogique une naissance issue d’une relation non consentie. Elle est à l’origine de ce texte qu’il signe avec sa compagne et consœur Zineb Dryef. Pourquoi il faut lire leur livre.
DR - Cheek Magazine
DR