cheek_societe_habillage_desktop

société

La vidéo du jour

Klaire fait Grr dénonce la tyrannie de l'épilation infligée aux femmes

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Klaire fait Grr contre l’obsession de l’épilation, qui revient nous gâcher la vie à l’arrivée de l’été.
Klaire fait Grr dénonce la tyrannie de l'épilation infligée aux femmes

L’été s’installe et avec lui la tyrannie de l’épilation: comment (et pourquoi) voulez-vous que pendant les 3 prochains mois, 50% de la population soit parfaitement épilée, en continu? C’est physiquement impossible. Ou bien, à ce compte-là, les mecs aussi pourraient faire un effort. C’est ce que nous rappelle avec beaucoup de bon sens Klaire fait grr dans une nouvelle vidéo mise en ligne par le magazine Néon.

Klaire est vénère, et pour faire réfléchir tout le monde à ce diktat de beauté parfaitement intériorisé par tous, elle explique d’où il vient en démontant les deux principaux arguments avancés pour promouvoir l’épilation parfaite. Les poils, c’est dégueulasse? Non, c’est naturel. Ce n’est pas féminin? Le genre n’a rien à voir là-dedans, on l’a tous appris à l’école: c’est juste une des preuves que notre corps est devenu adulte. Bref, en 1 minute 30, Klaire fait grr nous explique pourquoi on ferait mieux de s’en foutre et d’aller simplement profiter de l’été, et pourquoi pas avec nos poils.

Mathilde Saliou


4. Au Mexique, les filles de Las Morras dénoncent le machisme dans la rue

Au Mexique, le harcèlement de rue est une inquiétude permanente pour les femmes, d’autant qu’il peut être particulièrement violent. Les quatre filles de Las Morras se sont emparé du sujet à coup de vidéos pour réveiller les consciences. Interview.
Au Mexique, les filles de Las Morras dénoncent le machisme dans la rue - Cheek Magazine

6. Deux auteures s'attaquent au tabou de la grossophobie

Plaider l’acceptation de soi, une posture inutile, dépassée? Deux livres, qui viennent de paraître, démontrent combien le combat contre le rouleau compresseur de la minceur uniformisée demeure nécessaire.
Deux auteures s'attaquent au tabou de la grossophobie - Cheek Magazine