société

Événement

Lallab fête la sororité en même temps que son premier anniversaire

La jeune association féministe Lallab, qui lutte contre les discriminations dont sont victimes les femmes musulmanes, souffle sa première bougie le 6 mai à la Bellevilloise à Paris. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab


L’association Lallab est née d’un rêve partagé par ses deux cofondatrices Sarah Zouak, 27 ans, et Justine Devillaine, 25 ans : vivre dans une société qui n’a pas peur de l’altérité et qui permet à chaque femme de s’épanouir non pas malgré ses identités multiples mais grâce à elles. Depuis un an, Lallab déconstruit donc au quotidien les préjugés dont sont victimes les femmes musulmanes, et s’inscrit dans une vision générationnelle du féminisme tournée vers l’intersectionnalité. En clair, rappeler que les femmes racisées souffrent d’une double discrimination, à savoir le racisme et le sexisme. Alors, même si leur tâche est loin d’être aisée -obtenir des subventions quand on défend des femmes musulmanes est une vraie gageure- les membres de Lallab ont voulu fêter dans la joie leur premier anniversaire et organisent le 6 mai le Lallab Birtday, une journée de rencontres festives à La Bellevilloise. Sarah Zouak nous en dit plus sur cet événement.

Comment est née l’idée de ce festival féministe?

On voulait faire un gros événement pour fêter notre premier anniversaire. Et en y réfléchissant, on s’est souvenu que la valeur qui nous guide depuis le début du projet Lallab, c’est la sororité. C’est ce désir d’aller à la rencontre de modèles de femmes qu’on ne voit jamais qui avait guidé mon documentaire Women Sense Tour à la rencontre des femmes musulmanes féministes. Et c’est pour faire entendre les voix plurielles des femmes musulmanes qu’on a décidé de créer Lallab à mon retour pour toujours donner la parole aux principales concernées. On se bat plus largement pour toutes les femmes aux identités multiples qui subissent le sexisme et le racisme et c’est pourquoi on a voulu inviter pour ce festival d’autres femmes incroyables qui se réapproprient également leurs récits à travers l’art et la culture.

La sororité doit-elle être replacée au cœur du combat féministe?

Oui, la sororité est essentielle, à condition qu’elle soit inclusive. Chez Lallab, on ne se bat pas seulement pour l’égalité femmes-hommes, on défend aussi l’égalité femmes-femmes. On a aujourd’hui le sentiment que ce sont toujours les mêmes femmes que l’on défend, c’est pour ça qu’on a tenu à inviter à notre événement des personnalités inspirantes qu’on ne voit jamais, comme Rachel Kahn, Mariame Tighanimine, Grace Ly ou Maeril. On espère que plein de gens de tous horizons viendront à leur rencontre.

Lallab birthday sisterhood bellevilloise

L’équipe des bénévoles de Lallab

Donne-nous trois bonnes raisons de venir le 6 mai…

D’abord, c’est un événement féministe qui prend en compte la voix de toutes les femmes, et où personne ne va parler à leur place. Ensuite, l’endroit est chouette puisqu’il s’agit de La Bellevilloise. Enfin, pour celles et ceux qui associent, à tort, féminisme et ennui, ça va être fun : il y aura de la bonne musique et de la bonne bouffe. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de venir (Rires.) En bref, si vous voulez entendre des meufs badass qui explosent les clichés, venez: sisterhood is powerful!

Propos recueillis par Myriam Levain

À La Bellevilloise le 6 mai de 14h à 23 h, inscriptions ici.


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

4. “Bordel de mères”, le compte Instagram qui déconstruit la charge mentale maternelle

La journaliste et autrice Fiona Schmidt a lancé un compte Instagram, Bordel de mères, pour en finir avec la charge mentale maternelle qui touche toutes les femmes, avec ou sans enfant(s). 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

7. “Lait Paternel”: l’allaitement paternel est-il vraiment une utopie?

Une pilule qui permettrait aux hommes d’allaiter? On y a (pas trop) cru, mais voilà: “Lait Paternel” est un poisson d’avril. Qui soulève tout de même une flopée de questions. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab