société

Événement

Lallab fête la sororité en même temps que son premier anniversaire

La jeune association féministe Lallab, qui lutte contre les discriminations dont sont victimes les femmes musulmanes, souffle sa première bougie le 6 mai à la Bellevilloise à Paris. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab


L’association Lallab est née d’un rêve partagé par ses deux cofondatrices Sarah Zouak, 27 ans, et Justine Devillaine, 25 ans : vivre dans une société qui n’a pas peur de l’altérité et qui permet à chaque femme de s’épanouir non pas malgré ses identités multiples mais grâce à elles. Depuis un an, Lallab déconstruit donc au quotidien les préjugés dont sont victimes les femmes musulmanes, et s’inscrit dans une vision générationnelle du féminisme tournée vers l’intersectionnalité. En clair, rappeler que les femmes racisées souffrent d’une double discrimination, à savoir le racisme et le sexisme. Alors, même si leur tâche est loin d’être aisée -obtenir des subventions quand on défend des femmes musulmanes est une vraie gageure- les membres de Lallab ont voulu fêter dans la joie leur premier anniversaire et organisent le 6 mai le Lallab Birtday, une journée de rencontres festives à La Bellevilloise. Sarah Zouak nous en dit plus sur cet événement.

Comment est née l’idée de ce festival féministe?

On voulait faire un gros événement pour fêter notre premier anniversaire. Et en y réfléchissant, on s’est souvenu que la valeur qui nous guide depuis le début du projet Lallab, c’est la sororité. C’est ce désir d’aller à la rencontre de modèles de femmes qu’on ne voit jamais qui avait guidé mon documentaire Women Sense Tour à la rencontre des femmes musulmanes féministes. Et c’est pour faire entendre les voix plurielles des femmes musulmanes qu’on a décidé de créer Lallab à mon retour pour toujours donner la parole aux principales concernées. On se bat plus largement pour toutes les femmes aux identités multiples qui subissent le sexisme et le racisme et c’est pourquoi on a voulu inviter pour ce festival d’autres femmes incroyables qui se réapproprient également leurs récits à travers l’art et la culture.

La sororité doit-elle être replacée au cœur du combat féministe?

Oui, la sororité est essentielle, à condition qu’elle soit inclusive. Chez Lallab, on ne se bat pas seulement pour l’égalité femmes-hommes, on défend aussi l’égalité femmes-femmes. On a aujourd’hui le sentiment que ce sont toujours les mêmes femmes que l’on défend, c’est pour ça qu’on a tenu à inviter à notre événement des personnalités inspirantes qu’on ne voit jamais, comme Rachel Kahn, Mariame Tighanimine, Grace Ly ou Maeril. On espère que plein de gens de tous horizons viendront à leur rencontre.

Lallab birthday sisterhood bellevilloise

L’équipe des bénévoles de Lallab

Donne-nous trois bonnes raisons de venir le 6 mai…

D’abord, c’est un événement féministe qui prend en compte la voix de toutes les femmes, et où personne ne va parler à leur place. Ensuite, l’endroit est chouette puisqu’il s’agit de La Bellevilloise. Enfin, pour celles et ceux qui associent, à tort, féminisme et ennui, ça va être fun : il y aura de la bonne musique et de la bonne bouffe. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de venir (Rires.) En bref, si vous voulez entendre des meufs badass qui explosent les clichés, venez: sisterhood is powerful!

Propos recueillis par Myriam Levain

À La Bellevilloise le 6 mai de 14h à 23 h, inscriptions ici.


1. Violences policières: Assa Traoré plus déterminée que jamais dans son combat

Assa Traoré, figure emblématique de la lutte contre les violences policières depuis le décès de son jeune frère Adama, a lancé une campagne internationale pour répliquer à ce qu’elle appelle un “acharnement judiciaire”. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

2. Quand la nourriture devient érotique

Depuis notre tendre enfance, la dimension sensuelle de l’expérience gustative est indéniable. Du lait maternel jusqu’à l’explosion du food porn, les liens entre ces deux entités sont omniprésents. Mais d’où viennent-ils? Et pourquoi la société raffole-t-elle de ce couple sulfureux?
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

3. À Marseille, son resto Yima est une ode à la cuisine méditerranéenne

Ella Aflalo, candidate de “Top chef” en 2018, est désormais aux fourneaux de Yima, temple de la cuisine levantine en plein cœur du quartier de Noailles à Marseille.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

4. Amputée suite à un choc toxique, Sandrine, 36 ans, témoigne

On a lu pour vous cet article du Parisien qui relaie le témoignage de Sandrine, infirmière de 36 ans, victime d’un choc toxique suite à l’utilisation d’une coupe menstruelle et on vous le conseille fortement.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

5. Avec hkind, Alice de Maximy invente le Tinder de la santé

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait d’Alice de Maximy, prix de l’innovation, fondatrice de la start-up hkind et initiatrice de l’opération Femmes de santé.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

6. “9 mois”, un podcast intime sans tabou sur la grossesse

Dans ce nouveau podcast bimensuel intitulé 9 mois, l’autrice féministe Marie Bongars nous invite à suivre l’évolution de sa première grossesse sous la forme d’“un journal intime sonore”.  
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab