société

Événement

Lallab fête la sororité en même temps que son premier anniversaire

La jeune association féministe Lallab, qui lutte contre les discriminations dont sont victimes les femmes musulmanes, souffle sa première bougie le 6 mai à la Bellevilloise à Paris. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab


L’association Lallab est née d’un rêve partagé par ses deux cofondatrices Sarah Zouak, 27 ans, et Justine Devillaine, 25 ans : vivre dans une société qui n’a pas peur de l’altérité et qui permet à chaque femme de s’épanouir non pas malgré ses identités multiples mais grâce à elles. Depuis un an, Lallab déconstruit donc au quotidien les préjugés dont sont victimes les femmes musulmanes, et s’inscrit dans une vision générationnelle du féminisme tournée vers l’intersectionnalité. En clair, rappeler que les femmes racisées souffrent d’une double discrimination, à savoir le racisme et le sexisme. Alors, même si leur tâche est loin d’être aisée -obtenir des subventions quand on défend des femmes musulmanes est une vraie gageure- les membres de Lallab ont voulu fêter dans la joie leur premier anniversaire et organisent le 6 mai le Lallab Birtday, une journée de rencontres festives à La Bellevilloise. Sarah Zouak nous en dit plus sur cet événement.

Comment est née l’idée de ce festival féministe?

On voulait faire un gros événement pour fêter notre premier anniversaire. Et en y réfléchissant, on s’est souvenu que la valeur qui nous guide depuis le début du projet Lallab, c’est la sororité. C’est ce désir d’aller à la rencontre de modèles de femmes qu’on ne voit jamais qui avait guidé mon documentaire Women Sense Tour à la rencontre des femmes musulmanes féministes. Et c’est pour faire entendre les voix plurielles des femmes musulmanes qu’on a décidé de créer Lallab à mon retour pour toujours donner la parole aux principales concernées. On se bat plus largement pour toutes les femmes aux identités multiples qui subissent le sexisme et le racisme et c’est pourquoi on a voulu inviter pour ce festival d’autres femmes incroyables qui se réapproprient également leurs récits à travers l’art et la culture.

La sororité doit-elle être replacée au cœur du combat féministe?

Oui, la sororité est essentielle, à condition qu’elle soit inclusive. Chez Lallab, on ne se bat pas seulement pour l’égalité femmes-hommes, on défend aussi l’égalité femmes-femmes. On a aujourd’hui le sentiment que ce sont toujours les mêmes femmes que l’on défend, c’est pour ça qu’on a tenu à inviter à notre événement des personnalités inspirantes qu’on ne voit jamais, comme Rachel Kahn, Mariame Tighanimine, Grace Ly ou Maeril. On espère que plein de gens de tous horizons viendront à leur rencontre.

Lallab birthday sisterhood bellevilloise

L’équipe des bénévoles de Lallab

Donne-nous trois bonnes raisons de venir le 6 mai…

D’abord, c’est un événement féministe qui prend en compte la voix de toutes les femmes, et où personne ne va parler à leur place. Ensuite, l’endroit est chouette puisqu’il s’agit de La Bellevilloise. Enfin, pour celles et ceux qui associent, à tort, féminisme et ennui, ça va être fun : il y aura de la bonne musique et de la bonne bouffe. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de venir (Rires.) En bref, si vous voulez entendre des meufs badass qui explosent les clichés, venez: sisterhood is powerful!

Propos recueillis par Myriam Levain

À La Bellevilloise le 6 mai de 14h à 23 h, inscriptions ici.


1. Entre solitude et difficultés financières, Cyrine raconte son confinement à Tunis

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. Depuis quelques jours, la Tunisie est à l’arrêt. Un coup dur pour Cyrine, entrepreneure hyperactive, qui a dû planifier de quoi s’occuper pendant le confinement.  
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

3. Dans un podcast, elle raconte son quotidien d'infirmière sous le Covid-19

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait ce Journal d’une infirmière sous le Covid-19, qui raconte le quotidien d’une infirmière de 28 ans en médecine intensive et réanimatoire. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

4. Accoucher au temps du Coronavirus, un stress supplémentaire pour les femmes

Pour les femmes sur le point d’accoucher, point de report possible malgré l’épidémie de Covid-19. Elles seront des centaines à donner la vie dans les prochaines semaines, et elles devront le faire dans des conditions inédites. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

5. les wraps aux légumes rôtis et chèvre frais de Beena Paradin 

Ce n’est pas parce qu’on est confinées qu’on arrête de bien manger. Beena Paradin, créatrice de la marque de préparations bios et végétariennes Beendhi, nous propose une recette équilibrée et ludique. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

6. Pourquoi le Covid-19 menace le droit à l'IVG

Consultations annulées, personnel de santé réquisitionné… L’un des dommages collatéraux de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 pourrait-il être une entrave au droit à l’IVG? C’est en tous cas la question que se posent certain·e·s professionnel·le·s de santé ainsi que des associations militantes pour les droits des femmes. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

7. Pompes funèbres dépassées, hôpitaux de fortune: Sara, Madrilène, raconte son confinement en Espagne

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappé·e·s de plein fouet par l’épidémie. En Espagne, le nombre de morts du Covid-19 a dépassé  celui de la Chine. Pour Cheek, Sara, 22 ans, étudiante en philologie et habitante de Madrid, raconte le quotidien entre quatre murs. La capitale comptabilise plus de la moitié des décès du pays.      
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab