société

Événement

Lallab fête la sororité en même temps que son premier anniversaire

La jeune association féministe Lallab, qui lutte contre les discriminations dont sont victimes les femmes musulmanes, souffle sa première bougie le 6 mai à la Bellevilloise à Paris. 
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab


L’association Lallab est née d’un rêve partagé par ses deux cofondatrices Sarah Zouak, 27 ans, et Justine Devillaine, 25 ans : vivre dans une société qui n’a pas peur de l’altérité et qui permet à chaque femme de s’épanouir non pas malgré ses identités multiples mais grâce à elles. Depuis un an, Lallab déconstruit donc au quotidien les préjugés dont sont victimes les femmes musulmanes, et s’inscrit dans une vision générationnelle du féminisme tournée vers l’intersectionnalité. En clair, rappeler que les femmes racisées souffrent d’une double discrimination, à savoir le racisme et le sexisme. Alors, même si leur tâche est loin d’être aisée -obtenir des subventions quand on défend des femmes musulmanes est une vraie gageure- les membres de Lallab ont voulu fêter dans la joie leur premier anniversaire et organisent le 6 mai le Lallab Birtday, une journée de rencontres festives à La Bellevilloise. Sarah Zouak nous en dit plus sur cet événement.

Comment est née l’idée de ce festival féministe?

On voulait faire un gros événement pour fêter notre premier anniversaire. Et en y réfléchissant, on s’est souvenu que la valeur qui nous guide depuis le début du projet Lallab, c’est la sororité. C’est ce désir d’aller à la rencontre de modèles de femmes qu’on ne voit jamais qui avait guidé mon documentaire Women Sense Tour à la rencontre des femmes musulmanes féministes. Et c’est pour faire entendre les voix plurielles des femmes musulmanes qu’on a décidé de créer Lallab à mon retour pour toujours donner la parole aux principales concernées. On se bat plus largement pour toutes les femmes aux identités multiples qui subissent le sexisme et le racisme et c’est pourquoi on a voulu inviter pour ce festival d’autres femmes incroyables qui se réapproprient également leurs récits à travers l’art et la culture.

La sororité doit-elle être replacée au cœur du combat féministe?

Oui, la sororité est essentielle, à condition qu’elle soit inclusive. Chez Lallab, on ne se bat pas seulement pour l’égalité femmes-hommes, on défend aussi l’égalité femmes-femmes. On a aujourd’hui le sentiment que ce sont toujours les mêmes femmes que l’on défend, c’est pour ça qu’on a tenu à inviter à notre événement des personnalités inspirantes qu’on ne voit jamais, comme Rachel Kahn, Mariame Tighanimine, Grace Ly ou Maeril. On espère que plein de gens de tous horizons viendront à leur rencontre.

Lallab birthday sisterhood bellevilloise

L’équipe des bénévoles de Lallab

Donne-nous trois bonnes raisons de venir le 6 mai…

D’abord, c’est un événement féministe qui prend en compte la voix de toutes les femmes, et où personne ne va parler à leur place. Ensuite, l’endroit est chouette puisqu’il s’agit de La Bellevilloise. Enfin, pour celles et ceux qui associent, à tort, féminisme et ennui, ça va être fun : il y aura de la bonne musique et de la bonne bouffe. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de venir (Rires.) En bref, si vous voulez entendre des meufs badass qui explosent les clichés, venez: sisterhood is powerful!

Propos recueillis par Myriam Levain

À La Bellevilloise le 6 mai de 14h à 23 h, inscriptions ici.


3. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

5. Sur Instagram, la nouvelle génération de militant·e·s mène le combat antiraciste

Depuis quelques mois, un vent de militantisme souffle sur le réseau social adulé des 15-25 ans, où la lutte contre le racisme avance à coups de hashtags, de témoignages et d’analyses politiques de l’histoire ou de l’actualité.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

6. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab

7. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab - Cheek Magazine
Sarah Zouak (à g.) et Justine Devillaine (à d.), les fondatrices de Lallab