société

La vidéo du jour

L'invisibilisation des femmes expliquée par Lauren Bastide en moins de 5 minutes

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Brut dans laquelle Lauren Bastide pointe du doigt l’invisibilisation des femmes dans la sphère publique. 
DR
DR

DR


L’invisibilisation des femmes, c’est le fait que les vécus des femmes, les paroles des femmes, les pensées des femmes, le travail des femmes soient globalement occultés, ‘silenciés’ dans l’espace public. Le premier lieu où l’invisibilisation des femmes m’a frappée, c’est les médias. Un beau jour, je suis tombée sur ce chiffre qui est issu d’une étude qui s’appelle le Global Media Monitoring Project. Le chiffre est le suivant: les voix des femmes sur une journée entière de médias, tous confondus, ne représentent que 24% du temps médiatique.” Ainsi débute la vidéo du média Brut, publiée mercredi 28 novembre, dans laquelle Lauren Bastide, journaliste et créatrice du podcast féministe La Poudre, dénonce l’absence des femmes dans la sphère publique. 

La trentenaire met également en exergue le fait que lorsqu’une femme apparaît à l’écran, “c’est la même femme”: blanche, hétérosexuelle, issue d’un milieu plutôt aisé et généralement non porteuse d’un handicap. “Plus on va dans la discrimination, plus on cumule, finalement, de critères discriminants, moins on a de chance de se voir représenter dans les médias, explique-t-elle. Je me suis rendu compte que cette invisibilisation médiatique, on la retrouvait dans la plupart des champs de production, de connaissance et de pensée. On va la retrouver dans l’art, la politique, la littérature, la recherche, la science et dans l’histoire.” Un constat inquiétant.

La podcasteuse précise que cette absence dans l’espace publique est maintenue par le “manterrupting” ou le “mansplaining”, c’est-à-dire quand les hommes passent sous silence les paroles des femmes. Elle revient aussi sur le débat de la PMA pour toutes, qui a lieu en ce moment, et duquel les lesbiennes “premières concernées” sont exclues. Un cas d’école d’invisibilisation des femmes.

 

 

Wendy Le Neillon


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
DR - Cheek Magazine
DR

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR