société

La vidéo du jour

L'invisibilisation des femmes expliquée par Lauren Bastide en moins de 5 minutes

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Brut dans laquelle Lauren Bastide pointe du doigt l’invisibilisation des femmes dans la sphère publique. 
DR
DR

DR


L’invisibilisation des femmes, c’est le fait que les vécus des femmes, les paroles des femmes, les pensées des femmes, le travail des femmes soient globalement occultés, ‘silenciés’ dans l’espace public. Le premier lieu où l’invisibilisation des femmes m’a frappée, c’est les médias. Un beau jour, je suis tombée sur ce chiffre qui est issu d’une étude qui s’appelle le Global Media Monitoring Project. Le chiffre est le suivant: les voix des femmes sur une journée entière de médias, tous confondus, ne représentent que 24% du temps médiatique.” Ainsi débute la vidéo du média Brut, publiée mercredi 28 novembre, dans laquelle Lauren Bastide, journaliste et créatrice du podcast féministe La Poudre, dénonce l’absence des femmes dans la sphère publique. 

La trentenaire met également en exergue le fait que lorsqu’une femme apparaît à l’écran, “c’est la même femme”: blanche, hétérosexuelle, issue d’un milieu plutôt aisé et généralement non porteuse d’un handicap. “Plus on va dans la discrimination, plus on cumule, finalement, de critères discriminants, moins on a de chance de se voir représenter dans les médias, explique-t-elle. Je me suis rendu compte que cette invisibilisation médiatique, on la retrouvait dans la plupart des champs de production, de connaissance et de pensée. On va la retrouver dans l’art, la politique, la littérature, la recherche, la science et dans l’histoire.” Un constat inquiétant.

La podcasteuse précise que cette absence dans l’espace publique est maintenue par le “manterrupting” ou le “mansplaining”, c’est-à-dire quand les hommes passent sous silence les paroles des femmes. Elle revient aussi sur le débat de la PMA pour toutes, qui a lieu en ce moment, et duquel les lesbiennes “premières concernées” sont exclues. Un cas d’école d’invisibilisation des femmes.

 

 

Wendy Le Neillon


1. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
DR - Cheek Magazine
DR

5. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
DR - Cheek Magazine
DR

6. La cheffe Alessandra Montagne va ouvrir Nosso, un resto locavore et anti-gaspi

La cheffe d’origine brésilienne Alessandra Montagne inaugure en octobre un nouveau restaurant parisien, Nosso -qui signifie “nous” en portugais- baigné de lumière, dans son arrondissement parisien de cœur, le 13ème. Une aventure collective, qu’elle raconte dans notre interview “Top Cheffe”.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Covid-19: comment la pandémie redessine nos vies amoureuses

Rapprochement, rupture, et nouveaux modes de drague: petit état des lieux amoureux post-confinement, à l’heure où se rouler des pelles en public devient un acte quasi politique.
DR - Cheek Magazine
DR