société

Le Cheek Point

“Le reflet d'une misogynie bien ancrée”: la réalisatrice Léa Domenach répond à la tribune de Nicolas Bedos

On a lu pour vous cet excellent texte de Léa Domenach, auteure et réalisatrice, écrit en réponse à la tribune de Nicolas Bedos sur la libération de la parole des femmes et on vous le conseille fortement. 
instagram/melanie_Laures
instagram/melanie_Laures

instagram/melanie_Laures


La tribune publiée par Nicolas Bedos dans Le HuffPost, sur la libération de la parole qui vire, selon lui, à la guerre des sexes, m’a passablement énervée. D’autant plus qu’elle a été partagée par des gens que j’estime, alors qu’elle reste pour moi le reflet d’une misogynie bien ancrée et qui refuse de dire son nom. Je me suis donc accordé un droit de réponse. […] Ne me demandez pas de ‘comprendre votre colère’. Je la trouve déplacée. Vous avez l’impression, en tant qu’homme, d’être devenu un gibier? Mais n’est-ce pas cela, entre autres, qui révolte les femmes? D’avoir le sentiment d’être traquée en permanence? […] Et lorsque l’on vous demande si vous connaissez des gens autour de vous qui auraient pu avoir ce genre de comportement, n’est-ce pas beaucoup plus facile de prendre la plume pour dénoncer les dérives totalitaires d’une ‘dénonciation arbitraire’, que de se poser les vraies questions: ‘Ai-je moi aussi un jour été un « porc?’ ‘Ai-je, même sans m’en apercevoir, dépassé la limite?’ ‘Ai-je laissé passer des comportements inacceptables qui se sont déroulés sous mes yeux, par peur, lâcheté, ignorance?’ Et la réponse est oui, Nicolas, vous l’avez fait. Je l’ai fait aussi. Nous l’avons tous fait. Cette déferlante vous gêne et tant mieux, car elle vous remet et nous remet tous en question.

Sur le site du Huffington Post, l’auteure et réalisatrice Léa Domenach a tenu à répondre à la tribune publiée quelques jours plus tôt par Nicolas Bedos sur la libération de la parole suite à l’affaire Weinstein. Ce dernier évoquait une “guerre des sexes”, Léa Domenach lui rétorque qu’il s’agit d’une “révolte”.

À lire le plus rapidement possible sur Le Huffington Post


2. Dans “Soir de fête”, ils enquêtent sur le consentement au temps de nos arrière-grands-parents

En enquêtant sur l’histoire de sa famille, le journaliste Mathieu Deslandes découvre dans son arbre généalogique une naissance issue d’une relation non consentie. Elle est à l’origine de ce texte qu’il signe avec sa compagne et consœur Zineb Dryef. Pourquoi il faut lire leur livre.
instagram/melanie_Laures - Cheek Magazine
instagram/melanie_Laures

3. Ces jeunes pères auraient aimé avoir un long congé paternité

Si entre deux couchers de soleil sur la plage, vous avez raté cette vidéo sur le congé paternité vu par les hommes, on vous propose une séance de rattrapage.
instagram/melanie_Laures - Cheek Magazine
instagram/melanie_Laures