société

La vidéo du jour

Ce sketch génial révèle les vraies motivations des femmes en legging

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce sketch très drôle qui détourne une publicité Nike pour faire la promotion des moments de détente en leggings.  
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR


Voici le nouveau Détente-Pro legging de Nike. Mis au point pour être endurant mais utilisé pour ce que font vraiment les femmes en legging: bien se caler dans le canapé.” Dans une fausse publicité très drôle diffusée samedi 7 avril dans le Saturday Night Live, et repérée en France par le Huffington Post, les comédiennes Kate McKinnon et Aidy Bryant rappellent pourquoi on enfile vraiment des leggings: glander. De la voix déterminée aux regards droits en passant par les plans en slow motion, tous les codes du marketing des marques de sport sont détournés avec subtilité.

Deux sportives badass interprétées par Heidi Gardner et Melissa Villaseñor enchaînent les messages d’empowerment, du genre “Je suis une coureuse, je cours”, “Je suis une battante, je combats”, avant d’être complétées par une des deux actrices qui représentent des femmes lambda: “Je me pose sur mon canapé et je me détends en survêt”. On est enchantées de découvrir ce vêtement destiné à nous accompagner “jusqu’aux sommets, jusqu’à la première place du podium”, ou “sur le canapé, le lit, jusqu’à l’autre côté du canap’”. Comme à leur habitude, Kate McKinnon et Aidy Gardner, à qui on doit notamment une imitation géniale de Catherine Deneuve et Brigitte Bardot séduisent avec leurs punchlines aux accents de leçons de vie: “Pas de peur! Pas de limite! Pas de soutif. Jamais.” Approuvé.

 

Margot Cherrid


1. Gay Games de Paris 2018: les mondiaux de la diversité en 15 photos Instagram

Du 4 au 12 août, Paris se met aux couleurs du drapeau LGBTQ pour célébrer les différences et combattre l’homophobie lors d’une compétition sportive qui tient de la célébration. 
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

3. Dès l’enfance, les filles font plus de corvées ménagères

On a lu pour vous cet article du New York Times sur la répartition des tâches ménagères dès l’enfance et on vous le conseille fortement.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

4. Les femmes noires trustent les numéros de septembre des magazines de mode

De Beyoncé à Lupita Nyong’o, de nombreux magazines de mode mettent des femmes noires à l’honneur de leur incontournable “september issue”. Un phénomène historique. 
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

5. #MeToo sonnera-t-il la fin des pubs sexistes?

L’ampleur du mouvement #MeToo sonnera-t-elle le glas des publicités sexistes? De nombreuses marques changent en effet leur fusil d’épaule: il n’est plus de bon ton de montrer des jeunes femmes comme des objets sexuels ou des ménagères serviles. Mais est-ce vraiment significatif ?
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

7. Et si les corps des hommes étaient autant érotisés que ceux des femmes?

On a lu pour vous cet article de M le magazine du Monde à propos de l’invisibilisation du corps masculin et la négation de son potentiel érotique. On vous le conseille fortement.   
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR