société

La vidéo du jour

Ce sketch génial révèle les vraies motivations des femmes en legging

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce sketch très drôle qui détourne une publicité Nike pour faire la promotion des moments de détente en leggings.  
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR


Voici le nouveau Détente-Pro legging de Nike. Mis au point pour être endurant mais utilisé pour ce que font vraiment les femmes en legging: bien se caler dans le canapé.” Dans une fausse publicité très drôle diffusée samedi 7 avril dans le Saturday Night Live, et repérée en France par le Huffington Post, les comédiennes Kate McKinnon et Aidy Bryant rappellent pourquoi on enfile vraiment des leggings: glander. De la voix déterminée aux regards droits en passant par les plans en slow motion, tous les codes du marketing des marques de sport sont détournés avec subtilité.

Deux sportives badass interprétées par Heidi Gardner et Melissa Villaseñor enchaînent les messages d’empowerment, du genre “Je suis une coureuse, je cours”, “Je suis une battante, je combats”, avant d’être complétées par une des deux actrices qui représentent des femmes lambda: “Je me pose sur mon canapé et je me détends en survêt”. On est enchantées de découvrir ce vêtement destiné à nous accompagner “jusqu’aux sommets, jusqu’à la première place du podium”, ou “sur le canapé, le lit, jusqu’à l’autre côté du canap’”. Comme à leur habitude, Kate McKinnon et Aidy Gardner, à qui on doit notamment une imitation géniale de Catherine Deneuve et Brigitte Bardot séduisent avec leurs punchlines aux accents de leçons de vie: “Pas de peur! Pas de limite! Pas de soutif. Jamais.” Approuvé.

 

Margot Cherrid


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR