société

La vidéo du jour

Ce sketch génial révèle les vraies motivations des femmes en legging

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce sketch très drôle qui détourne une publicité Nike pour faire la promotion des moments de détente en leggings.  
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR


Voici le nouveau Détente-Pro legging de Nike. Mis au point pour être endurant mais utilisé pour ce que font vraiment les femmes en legging: bien se caler dans le canapé.” Dans une fausse publicité très drôle diffusée samedi 7 avril dans le Saturday Night Live, et repérée en France par le Huffington Post, les comédiennes Kate McKinnon et Aidy Bryant rappellent pourquoi on enfile vraiment des leggings: glander. De la voix déterminée aux regards droits en passant par les plans en slow motion, tous les codes du marketing des marques de sport sont détournés avec subtilité.

Deux sportives badass interprétées par Heidi Gardner et Melissa Villaseñor enchaînent les messages d’empowerment, du genre “Je suis une coureuse, je cours”, “Je suis une battante, je combats”, avant d’être complétées par une des deux actrices qui représentent des femmes lambda: “Je me pose sur mon canapé et je me détends en survêt”. On est enchantées de découvrir ce vêtement destiné à nous accompagner “jusqu’aux sommets, jusqu’à la première place du podium”, ou “sur le canapé, le lit, jusqu’à l’autre côté du canap’”. Comme à leur habitude, Kate McKinnon et Aidy Gardner, à qui on doit notamment une imitation géniale de Catherine Deneuve et Brigitte Bardot séduisent avec leurs punchlines aux accents de leçons de vie: “Pas de peur! Pas de limite! Pas de soutif. Jamais.” Approuvé.

 

Margot Cherrid


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

3. Consentement sexuel: Noémie Renard dénonce les actes non désirés lors d'un rapport

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Noémie Renard pour Konbini, dans laquelle elle évoque les agressions parfois subies dans le cadre de rapports consentis.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR

6. Avec “Ta Mère Nature”, Ophélie Damblé nous initie à l'agriculture urbaine

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de Ta Mère Nature, dans lequel Ophélie Damblé nous fait découvrir la Prairie, une friche urbaine implantée à Pantin.
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du “Saturday Night Live”, DR