société

Le Cheek Point

Lena Dunham se confie sur son ablation de l'utérus

On a lu pour vous la lettre ouverte de Lena Dunham sur le site de Vogue, dans laquelle elle revient sur son hystérectomie et on vous la conseille fortement. 
© Mark Schafer
© Mark Schafer

© Mark Schafer


Je n’ai jamais douté qu’un jour, j’aurai des enfants. Je n’en ai jamais douté depuis le jour où j’ai compris comment les familles se créaient. Et la grossesse était au commencement de cette glorieuse vision. Enfant, je roule en boule une partie du linge à laver, le fourre sous mon T-shirt, et parade dans le salon, rayonnante. Plus tard, sur le tournage de ma série, lorsque je porte un faux ventre, je le caresse inconsciemment, avec une sérénité si naturelle que ma meilleure amie me confie que je la fais flipper. Tous les hommes de l’équipe, qui, d’habitude, sont concentrés sur leurs obligations matinales, sont on ne peut plus doux et précautionneux avec moi. Ils me regardent comme si je porte le messie, même si mon estomac n’est que de la silicone, et a été commandé au Japon. Je sens le pouvoir inné de la grossesse, et je me languis du jour où mon estomac se gonflera naturellement et ne sera plus composé de la même matière que les implants mammaires.

Mais je sais autre chose, je le sais aussi intensément que je sais que je veux un bébé: quelque chose ne va pas avec mon utérus. Je le sens, profondément, précisément, et pourtant, malgré les innombrables tests et discussions avec les médecins, je n’ai pas de preuves. Je sens simplement que l’utérus que l’on m’a donné est défaillant.

Dans une lettre ouverte publiée hier par le magazine Vogue, Lena Dunham révèle les raisons qui l’ont poussée à avoir recours à une hystérectomie. L’actrice de 31 ans, créatrice de la série Girls, s’est en effet fait retirer l’utérus pour ne plus subir son endométriose. Dans cette lettre touchante et sincère, elle révèle la “douleur insupportable” qu’elle endurait quotidiennement. Elle avoue également le déchirement qu’elle ressent à l’idée de ne jamais tomber enceinte, mais insiste sur le fait qu’elle ne regrette pas sa décision et envisage l’adoption. 

À lire le plus vite possible en VO sur le site de Vogue.


2. Turquie: Sule Çet, le visage des violences faites aux femmes

En Turquie s’est achevé le premier procès dans l’affaire du probable meurtre de Sule Çet, 23 ans, étudiante à Ankara. La jeune femme aurait été jetée du 20ème étage d’un immeuble de bureaux. Son cas, ultra-médiatisé, est en passe de devenir le symbole contre les violences faites aux femmes dans le pays.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

3. Alice Coffin: La Ligue du LOL “renvoie à l'élimination de toute une partie des journalistes”

Horrifiée mais “pas étonnée” par les révélations concernant la Ligue du LOL, la journaliste engagée Alice Coffin a accepté de se prêter au jeu des 3 questions et de nous livrer son point de vue sur l’affaire. On a parlé discrimination, journalisme et féminisme.  
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

4. Houda Benyamina, réalisatrice engagée qui veut démocratiser le cinéma

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente la réalisatrice Houda Benyamina, prix de la création.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

7. TPMP: Quand Jean-Marie Bigard mime et banalise le viol en direct

Lundi 11 février, dans Touche pas à mon poste, Jean-Marie Bigard a mimé une scène de viol. Ce n’est pas la première fois que l’émission de Cyril Hanouna banalise les violences sexistes et sexuelles. 
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer