société

Le Cheek Point

Lena Dunham se confie sur son ablation de l'utérus

On a lu pour vous la lettre ouverte de Lena Dunham sur le site de Vogue, dans laquelle elle revient sur son hystérectomie et on vous la conseille fortement. 
© Mark Schafer
© Mark Schafer

© Mark Schafer


Je n’ai jamais douté qu’un jour, j’aurai des enfants. Je n’en ai jamais douté depuis le jour où j’ai compris comment les familles se créaient. Et la grossesse était au commencement de cette glorieuse vision. Enfant, je roule en boule une partie du linge à laver, le fourre sous mon T-shirt, et parade dans le salon, rayonnante. Plus tard, sur le tournage de ma série, lorsque je porte un faux ventre, je le caresse inconsciemment, avec une sérénité si naturelle que ma meilleure amie me confie que je la fais flipper. Tous les hommes de l’équipe, qui, d’habitude, sont concentrés sur leurs obligations matinales, sont on ne peut plus doux et précautionneux avec moi. Ils me regardent comme si je porte le messie, même si mon estomac n’est que de la silicone, et a été commandé au Japon. Je sens le pouvoir inné de la grossesse, et je me languis du jour où mon estomac se gonflera naturellement et ne sera plus composé de la même matière que les implants mammaires.

Mais je sais autre chose, je le sais aussi intensément que je sais que je veux un bébé: quelque chose ne va pas avec mon utérus. Je le sens, profondément, précisément, et pourtant, malgré les innombrables tests et discussions avec les médecins, je n’ai pas de preuves. Je sens simplement que l’utérus que l’on m’a donné est défaillant.

Dans une lettre ouverte publiée hier par le magazine Vogue, Lena Dunham révèle les raisons qui l’ont poussée à avoir recours à une hystérectomie. L’actrice de 31 ans, créatrice de la série Girls, s’est en effet fait retirer l’utérus pour ne plus subir son endométriose. Dans cette lettre touchante et sincère, elle révèle la “douleur insupportable” qu’elle endurait quotidiennement. Elle avoue également le déchirement qu’elle ressent à l’idée de ne jamais tomber enceinte, mais insiste sur le fait qu’elle ne regrette pas sa décision et envisage l’adoption. 

À lire le plus vite possible en VO sur le site de Vogue.


3. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

4. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

6. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

7. Pourquoi certains commentaires sur l'affaire Neymar relèvent de la culture du viol

L’éditorialiste de RMC Daniel Riolo et l’ancien footballeur Jérôme Rothen ont scandalisé après des propos sur la Brésilienne accusant le joueur du PSG Neymar de viol. Des dires relevant de la culture du viol. Décryptage avec Noémie Renard, l’autrice de l’ouvrage En finir avec la culture du viol.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer