société

Le Cheek Point

Lena Dunham se confie sur son ablation de l'utérus

On a lu pour vous la lettre ouverte de Lena Dunham sur le site de Vogue, dans laquelle elle revient sur son hystérectomie et on vous la conseille fortement. 
© Mark Schafer
© Mark Schafer

© Mark Schafer


Je n’ai jamais douté qu’un jour, j’aurai des enfants. Je n’en ai jamais douté depuis le jour où j’ai compris comment les familles se créaient. Et la grossesse était au commencement de cette glorieuse vision. Enfant, je roule en boule une partie du linge à laver, le fourre sous mon T-shirt, et parade dans le salon, rayonnante. Plus tard, sur le tournage de ma série, lorsque je porte un faux ventre, je le caresse inconsciemment, avec une sérénité si naturelle que ma meilleure amie me confie que je la fais flipper. Tous les hommes de l’équipe, qui, d’habitude, sont concentrés sur leurs obligations matinales, sont on ne peut plus doux et précautionneux avec moi. Ils me regardent comme si je porte le messie, même si mon estomac n’est que de la silicone, et a été commandé au Japon. Je sens le pouvoir inné de la grossesse, et je me languis du jour où mon estomac se gonflera naturellement et ne sera plus composé de la même matière que les implants mammaires.

Mais je sais autre chose, je le sais aussi intensément que je sais que je veux un bébé: quelque chose ne va pas avec mon utérus. Je le sens, profondément, précisément, et pourtant, malgré les innombrables tests et discussions avec les médecins, je n’ai pas de preuves. Je sens simplement que l’utérus que l’on m’a donné est défaillant.

Dans une lettre ouverte publiée hier par le magazine Vogue, Lena Dunham révèle les raisons qui l’ont poussée à avoir recours à une hystérectomie. L’actrice de 31 ans, créatrice de la série Girls, s’est en effet fait retirer l’utérus pour ne plus subir son endométriose. Dans cette lettre touchante et sincère, elle révèle la “douleur insupportable” qu’elle endurait quotidiennement. Elle avoue également le déchirement qu’elle ressent à l’idée de ne jamais tomber enceinte, mais insiste sur le fait qu’elle ne regrette pas sa décision et envisage l’adoption. 

À lire le plus vite possible en VO sur le site de Vogue.


1. Violences policières: Assa Traoré plus déterminée que jamais dans son combat

Assa Traoré, figure emblématique de la lutte contre les violences policières depuis le décès de son jeune frère Adama, a lancé une campagne internationale pour répliquer à ce qu’elle appelle un “acharnement judiciaire”. 
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

2. Quand la nourriture devient érotique

Depuis notre tendre enfance, la dimension sensuelle de l’expérience gustative est indéniable. Du lait maternel jusqu’à l’explosion du food porn, les liens entre ces deux entités sont omniprésents. Mais d’où viennent-ils? Et pourquoi la société raffole-t-elle de ce couple sulfureux?
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

4. Amputée suite à un choc toxique, Sandrine, 36 ans, témoigne

On a lu pour vous cet article du Parisien qui relaie le témoignage de Sandrine, infirmière de 36 ans, victime d’un choc toxique suite à l’utilisation d’une coupe menstruelle et on vous le conseille fortement.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

5. Avec hkind, Alice de Maximy invente le Tinder de la santé

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait d’Alice de Maximy, prix de l’innovation, fondatrice de la start-up hkind et initiatrice de l’opération Femmes de santé.
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer

6. “9 mois”, un podcast intime sans tabou sur la grossesse

Dans ce nouveau podcast bimensuel intitulé 9 mois, l’autrice féministe Marie Bongars nous invite à suivre l’évolution de sa première grossesse sous la forme d’“un journal intime sonore”.  
© Mark Schafer - Cheek Magazine
© Mark Schafer