société

Le Cheek Point

L'épisiotomie, cette pratique généralisée et souvent non consentie

On a lu cet article sur l’épisiotomie et on vous le conseille fortement.
Instagram/doutzenkroes
Instagram/doutzenkroes

Instagram/doutzenkroes


“‘Épisio’. L’épisiotomie est à ce point banalisée qu’elle a hérité de son petit surnom, rendant ainsi la pratique, sinon inoffensive, en tout cas, presque anodine dans son énonciation. Elle est même tellement intégrée dans l’imaginaire collectif qu’elle est devenue source de blagues, parfois hilarantes, sur les blogs, dans les sketchs de Florence Foresti ou simplement au cours d’une discussion entre jeunes mères: ‘J’ai eu une épisio, j’en chie. Littéralement. Elle s’est déchirée jusqu’à l’anus.’

Dès qu’il est question d’accouchement, le mot est assez vite lâché, mais un peu comme on parlerait d’une anesthésie dentaire un peu costaude, ou de n’importe quel acte chirurgical pénible mais inévitable. Pourtant, il n’en est rien.

Sur Slate, la journaliste Nadia Daam signe un excellent article sur l’épisiotomie, cette “pratique symbolique d’un certain patriarcat du monde médical”, de plus en plus systématisée alors qu’elle est loin d’être toujours un passage obligé. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate.


1. Pourquoi le combat antiraciste est de plus en plus porté par des femmes

En tête des cortèges ou invitées dans les médias, les femmes antiracistes portent une parole engagée enfin entendue et brisent l’invisibilisation dont elles étaient victimes jusqu’alors.
Instagram/doutzenkroes - Cheek Magazine
Instagram/doutzenkroes

3. La cheffe Laëtitia Visse boulonne la cuisine carnassière à Marseille

Normande d’origine, cette cheffe au caractère bien trempé a posé ses valises dans le sud de la France il y a deux ans et demi. Elle s’apprête à ouvrir un restaurant autour de la viande et des abats à Marseille. 
Instagram/doutzenkroes - Cheek Magazine
Instagram/doutzenkroes

5. J’ai testé pour vous: donner mes cheveux à une asso de lutte contre le cancer

Plusieurs associations récupèrent de longues mèches de cheveux pour les vendre au profit de femmes atteintes d’un cancer. Objectif: les aider à financer leur perruque et à retrouver leur féminité. Notre journaliste Arièle Bonte a testé l’expérience. 
Instagram/doutzenkroes - Cheek Magazine
Instagram/doutzenkroes

7. Médias: pourquoi les faits divers sont encore trop souvent traités de façon sexiste

Des femmes trop sexy pour être innocentes aux mères monstrueuses, en passant par le traitement des violences faites aux femmes: on vous explique pourquoi la rubrique faits divers de vos journaux est encore teintée de sexisme.
Instagram/doutzenkroes - Cheek Magazine
Instagram/doutzenkroes