société

Le Cheek Point

Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution

Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution


Les femmes lesbiennes sont les grandes absentes de la prévention’, explique Coraline Delebarre à RTL Girls. ‘Il n’y a aucun moyen de prévention et elles ne se sentent pas concernées.’ Pourtant, des études anglo-saxonnes et quelques études françaises montrent très bien qu’il existe des risques spécifiques: ‘Le développement d’un cancer du col de l’utérus, un suivi gynécologique restreint et une prévalence des infections sexuellement transmissibles’, détaille à RTL Girls Coraline Delebarre. Problème, le personnel de santé comme les femmes lesbiennes ont intégré cette idée selon laquelle ‘leur sexualité n’est pas à risque’. […]

Ces problématiques ne sont pas considérées comme relevant d’un problème de santé publique’, avance la gynécologue-sexologue [Coraline Delebarre]. ‘La proportion de VIH chez les femmes lesbiennes n’est pas assez importante en comparaison avec celle des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.’ […] Des spécialistes refusent par exemple de pratiquer des frottis sur des femmes lesbiennes ‘parce que dans l’imaginaire collectif elles n’ont pas de rapports sexuels avec pénétration et encore moins avec des hommes’, détaille Coraline Delebarre.

Dans l’article Sexe: quand les clichés sur le sexe lesbien affectent la santé des femmes, publié hier sur le site de RTL Girls, la journaliste Arièle Bonte s’intéresse à la prévention sexuelle chez les lesbiennes. Grâce aux explications de la sexologue et gynécologue Coraline Delebarre, on apprend que la sexualité entre femmes est parfois perçue comme une “sous-sexualité”, qui exclurait la pénétration et comporterait moins de risques de transmission d’infections sexuellement transmissibles. Un condensé d’idées reçues qui dissuadent malheureusement les femmes homosexuelles de pousser les portes des cabinets de gynécologie.

À lire le plus vite possible sur le site de RTL Girls.


1. Pourquoi trouver un maillot de bain cool en taille 44 est-il quasiment impossible?

40% des Françaises font une taille 44 ou plus. Pourtant, les marques de prêt-à-porter dépassent rarement le 42. Pour près de la moitié des femmes, trouver un joli maillot de bain est un véritable calvaire.  
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution - Cheek Magazine
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution

2. Coupe du Monde: le harcèlement de rue toujours vainqueur

On a lu pour vous cette chronique publiée sur Madmoizelle à propos du harcèlement subi par les femmes lors des rassemblements pour la Coupe du Monde et on vous la conseille.   
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution - Cheek Magazine
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution

5. Pourquoi les corps de femmes musclées posent-ils problème?

On a lu pour vous cette chronique publiée par Slate à propos de la mauvaise image des femmes trop musclées et on vous le conseille. 
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution - Cheek Magazine
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution

7. Dans “Commencer”, elles racontent les coulisses de la création de leur start-up

Dans le podcast Commencer de Nouvelles Écoutes, deux jeunes femmes racontent les étapes par lesquelles elles sont passées, entre difficultés et moments de joie, pour mettre sur pied leur start-up.  
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution - Cheek Magazine
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, © Wild Bunch Distribution