société

#LesPrincessesOntDesPoils, le hashtag qui fait du bien (et qui fait débat)

#LesPrincessesOntDesPoils, c’est le nouveau hashtag apparu sur Twitter il y a deux jours sous lequel les femmes postent des photos d’elles avec leurs poils. 
Twitter/@guy_notaguy
Twitter/@guy_notaguy

Twitter/@guy_notaguy


Depuis deux jours, le hashtag #LesPrincessesOntDesPoils fait beaucoup réagir sur Twitter. Lancé par la jeune Adèle Labo, 16 ans, pour décomplexer les femmes par rapport à leurs poils, il encourage ces dernières à poster des photos d’elles avec leurs poils.

Au Huffington Post, Adèle Labo explique sa démarche: “Ça me touche. Quand j’étais petite, en primaire ou au collège, on me faisait beaucoup de remarques qui m’ont blessée.” Avec ce hashtag, elle avait “envie d’aller plus loin, d’être libérée”. 

Pas mal de femmes ont joué le jeu et y sont donc allées de leur contribution. La preuve en images avec ces jambes et ces aisselles poilues: 

 

 

D’autres ont décidé de tourner le hashtag #LesPrincessesOntDesPoils en dérision:

 

Mais ce hashtag n’a évidemment pas fait l’unanimité -comme à chaque fois que le sujet des poils féminins est abordé d’ailleurs- et les haters se sont également déchaînés -avec une finesse extrême:

Julia Tissier


1. Pourquoi le combat antiraciste est de plus en plus porté par des femmes

En tête des cortèges ou invitées dans les médias, les femmes antiracistes portent une parole engagée enfin entendue et brisent l’invisibilisation dont elles étaient victimes jusqu’alors.
Twitter/@guy_notaguy - Cheek Magazine
Twitter/@guy_notaguy

3. La cheffe Laëtitia Visse boulonne la cuisine carnassière à Marseille

Normande d’origine, cette cheffe au caractère bien trempé a posé ses valises dans le sud de la France il y a deux ans et demi. Elle s’apprête à ouvrir un restaurant autour de la viande et des abats à Marseille. 
Twitter/@guy_notaguy - Cheek Magazine
Twitter/@guy_notaguy

5. J’ai testé pour vous: donner mes cheveux à une asso de lutte contre le cancer

Plusieurs associations récupèrent de longues mèches de cheveux pour les vendre au profit de femmes atteintes d’un cancer. Objectif: les aider à financer leur perruque et à retrouver leur féminité. Notre journaliste Arièle Bonte a testé l’expérience. 
Twitter/@guy_notaguy - Cheek Magazine
Twitter/@guy_notaguy