société

Le Cheek Point

Quand Libé s'invite à un stage pour hommes coupables de violences conjugales

On a lu pour vous ce reportage de Libération sur un stage de responsabilisation d’hommes condamnés pour violences conjugales et on vous le conseille fortement.
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR

Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR


Pierre-Jean évoque un ‘accident’. Antoine parle de ‘petite poussette’. Patrick de ‘chamailleries avec madame’. Mais pour la justice, ce sont tous des auteurs de violences conjugales. Ce mardi 13 mars, ils sont dix hommes réunis autour d’une rangée de tables. […]

C’est pas excusable de lever sa main, mais vous savez, on est harcelés moralement’, considère Antoine, à l’énumération des statistiques sur les violences conjugales. Chaque année, 225 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint. Pour Antoine, ces chiffres, ‘c’est du pipeau’. Il menace de mettre ses écouteurs pour ne pas entendre. […]

Mohamed, quadragénaire, prend la parole: ‘Je reconnais que je l’ai tapée.’ Son épouse a appelé le 39 19, numéro national pour les femmes victimes de violences. ‘Pourquoi ils lui disent directement d’appeler la police et de divorcer? Pourquoi ils ne lui demandent pas mon numéro pour voir ça avec l’homme? […] Pendant deux ans, je ne peux pas retourner à la maison. […] C’est la société qui brise la famille’, répète-t-il à plusieurs reprises en croisant les bras. La thérapeute le renvoie à ses responsabilités: ‘Ce n’est pas la société qui a donné une claque.’ Il réplique: ‘Moi, ce n’était pas une gifle, c’était les pieds.’

Pour un reportage publié sur le site de Libération mercredi 4 avril, la journaliste Laurène Daycard a assisté à un stage de responsabilisation pour hommes condamnés pour violences conjugales. Pendant trois jours et avec l’aide d’un psychologue et d’une psychothérapeute, les dix participants reviennent sur leurs agissements et oscillent entre victimisation et minimisation des faits pour finalement arriver à un semblant de prise de conscience chez certains d’entre eux. Ils réfléchissent également à l’influence qu’a pu avoir l’éducation qu’ils ont reçue sur leur représentation de l’autorité.

A la lecture de cet article, on comprend la nécessité de mettre en place un suivi auprès de personnes jugées coupables de ce type d’agression pour éviter la récidive. La sexologue et psychothérapeute Martine Costes-Péplinski l’explique très bien: “L’absence de lieux d’accueil pour les hommes en suivi judiciaire est une catastrophe. Et chez leurs amis, on donne tort à madame plutôt que de chercher à les faire réfléchir. Cela ne favorise pas un travail de remise en question.”

A lire le plus vite possible sur le site de Libération.


3. #Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement

Depuis trois mois, le hashtag #Masaktach (“je ne me tais pas”, en arabe dialectal marocain) se diffuse sur les réseaux sociaux. Derrière ce mot, une mobilisation contre les violences faites aux femmes, alors qu’une étude d’ONU Femmes indique que 63% de Marocaines reconnaissent avoir été victimes de harcèlement sexuel.
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR

4. “Naissance de la jalousie”: Marion Seclin signe une série sur le polyamour

Si vous ne deviez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le premier épisode de la série Naissance de la jalousie, écrite par Marion Seclin, où la monogamie n’est pas la norme. 
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR

5. Comment les règles modifient la voix

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait cette chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique qui évoque les modifications qu’entraînent les règles sur la voix des chanteuses lyriques. 
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR

7. Avec son roman "Jeune fille modèle", Grace Ly œuvre pour une meilleure représentation des Asiatiques en France

Dans son premier livre, Grace Ly raconte l’adolescence de la jeune Chi Chi, née de parents asiatiques à Paris. Un récit à la première personne, dans lequel l’autrice pose un regard doux sur la relation entre parents et adolescents tout en dépeignant le racisme anti-asiatique en France.  
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Fred et Marie”, DR