société

Le Cheek Point

Quand Maïa Mazaurette se paye “la séduction à la française”

On a lu pour vous la chronique L’homme propose, la femme dispose, la séduction implose, de Maïa Mazaurette, qui démonte l’argumentaire sexiste de Brigitte Lahaie sur la séduction à la française, et on vous la conseille fortement.      
“Les Liaisons dangereuses”, DR
“Les Liaisons dangereuses”, DR

“Les Liaisons dangereuses”, DR


Notons aussi que cette situation présentée comme agréable est affreuse. Si l’homme propose, il peut proposer à toutes les femmes qui lui plaisent (et c’est exactement la permission qu’il prend, comme le montre l’amas de messages que reçoivent les femmes en trois secondes sur les sites de rencontre). Si la femme dispose, elle dispose entre des choix limités, dont potentiellement aucun ne convient. C’est-à-dire qu’un homme qui réussit sa proposition obtient satisfaction. Mais une femme qui réussit sa disposition peut parfaitement se retrouver avec un choix par défaut complètement nul (‘il faut être raisonnable’).

Quand on dit ‘la femme dispose’, on implique que ‘la’ femme prend ce qu’on veut bien lui donner. Et que ses propres désirs, ses propres coups de foudre, doivent être passés sous silence -en espérant que l’autre 1) remarque, 2) propose. ‘La femme dispose’ signifie que la femme est un fruit passif, muet, aveugle, sans capacité de décision ou d’action, attendant d’être cueilli, qui consent plutôt que désire. Ce qui a une conséquence grave: on dispose des femmes bien plus qu’elles ne disposent d’elles-mêmes.

Dans sa chronique du 11 mai, postée sur son blog Sexactu, hébergé par GQMaïa Mazaurette tacle la “séduction à la française” et une certaine conception machiste du jeu amoureux. Titrée L’homme propose, la femme dispose, la séduction implose, cette chronique est une réponse aux propos de Brigitte Lahaie qui a déclaré dans un entretien accordé début mai au Parisien: “Les premiers romans érotiques, les premiers livres où l’on parle de séduction viennent de France! C’est complexe parce que, dans l’esprit des gens, la femme y est soumise et l’homme, conquérant. Mais c’est faux. L’homme propose et la femme dispose, c’est ça la séduction à la française.” L’animatrice radio, signataire de la tribune du “droit d’importuner”, se disait inquiète que cette supposée séduction ne disparaisse suite au mouvement #MeToo.

À lire le plus rapidement possible sur GQ.fr.


1. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
“Les Liaisons dangereuses”, DR  - Cheek Magazine
“Les Liaisons dangereuses”, DR

3. Sur Instagram, la nouvelle génération de militant·e·s mène le combat antiraciste

Depuis quelques mois, un vent de militantisme souffle sur le réseau social adulé des 15-25 ans, où la lutte contre le racisme avance à coups de hashtags, de témoignages et d’analyses politiques de l’histoire ou de l’actualité.
“Les Liaisons dangereuses”, DR  - Cheek Magazine
“Les Liaisons dangereuses”, DR

4. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
“Les Liaisons dangereuses”, DR  - Cheek Magazine
“Les Liaisons dangereuses”, DR

5. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
“Les Liaisons dangereuses”, DR  - Cheek Magazine
“Les Liaisons dangereuses”, DR

6. La cheffe Alessandra Montagne va ouvrir Nosso, un resto locavore et anti-gaspi

La cheffe d’origine brésilienne Alessandra Montagne inaugure en octobre un nouveau restaurant parisien, Nosso -qui signifie “nous” en portugais- baigné de lumière, dans son arrondissement parisien de cœur, le 13ème. Une aventure collective, qu’elle raconte dans notre interview “Top Cheffe”.
“Les Liaisons dangereuses”, DR  - Cheek Magazine
“Les Liaisons dangereuses”, DR

7. Covid-19: comment la pandémie redessine nos vies amoureuses

Rapprochement, rupture, et nouveaux modes de drague: petit état des lieux amoureux post-confinement, à l’heure où se rouler des pelles en public devient un acte quasi politique.
“Les Liaisons dangereuses”, DR  - Cheek Magazine
“Les Liaisons dangereuses”, DR