société

La vidéo du jour

Empowerment, éducation et #MeToo : le discours inspirant de Malala Yousafzai à Davos

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le discours féministe que Malala Yousafzai a tenu hier au Forum économique mondial de Davos.
DR
DR

DR


Le féminisme est juste un autre mot pour l’égalité. […] Cela signifie simplement que les femmes devraient avoir les mêmes droits que les hommes.” Invitée au Forum économique mondial de Davos jeudi 25 janvier, la militante Malala Yousafzai a délivré un message fort sur l’empowerment des femmes.

La jeune fille de 20 ans, étudiante à Oxford en philosophie, sciences politiques et économie et lauréate du prix Nobel de la paix en 2014, est revenue sur la libération de la parole des femmes post-affaire Weinstein. “Je regarde aujourd’hui le monde et la façon dont les femmes se soulèvent et font entendre leurs voix avec Time’s Up et #MeToo. Ce sont des mouvements créés par des femmes, s’est-elle réjouie. Nous n’allons pas demander aux hommes de changer le monde, mais allons le faire de nous-mêmes.” Interrogée sur l’accession au pouvoir de Donald Trump, elle se dit déçue et critique un homme qui s’est “ouvertement positionné contre les femmes, refuse de les accepter comme leurs égales et reconnaît les avoir harcelées”. 

Une nouvelle fois, la Pakistanaise a insisté sur l’importance de l’éducation dans la lutte pour l’égalité femmes-hommes, rappelant que 130 millions de filles n’ont pas accès à l’enseignement à travers la planète. Dans son discours, Malala Yousafzai appelle les gouvernements, le monde des affaires et les médias à agir pour éviter cette “perte de potentiel féminin” considérable et à jouer leur rôle, estimant que “nous pouvons tous participer à ce progrès”.

 

Margot Cherrid 


1. Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique

Fondatrice de la marque de vêtements Super Marché, Monia Sbouai pratique l’upcycling. Après avoir parcouru les friperies parisiennes, elle transforme ses trouvailles en trench chic ou en combinaison décontractée. Rencontre. 
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Dans son restaurant nantais, Flore Lelièvre emploie des personnes porteuses de trisomie 21

Depuis 2016, Flore Lelièvre engage des personnes atteintes de trisomie 21 dans son restaurant Le Reflet, au centre de Nantes. A même pas trente ans, l’entrepreneuse propose une alternative inclusive à une “vie active” dont le handicap est trop souvent absent.  
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes?

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait celui des Couilles sur la table consacré à l’absence de femmes au sein des casseurs dans les manifestations et à la violence d’Etat, considérée comme viriliste.
DR  - Cheek Magazine
DR