société

Interview

Dans son essai, Manon Garcia s'intéresse à la soumission consentie des femmes

Dans son essai On ne naît pas soumise, on le devient, l’autrice, docteure en philosophie et enseignante Manon Garcia analyse les rapports de domination entre hommes et femmes en adoptant un angle trop souvent ignoré.
Manon Garcia © Claire Simon
Manon Garcia © Claire Simon

Manon Garcia © Claire Simon


Dans notre société, le programme par défaut est la soumission chez les femmes.” C’est en partant de ce constat que Manon Garcia a décidé de se lancer dans l’écriture de son essai On ne naît pas soumise, on le devient, en librairies depuis le début du mois d’octobre. “Les femmes font des choix qui sont orientés par la structure sociale dans laquelle elles évoluent, explique la docteure française en philosophie et enseignante à l’université de Chicago. Si elles s’écartent de la norme, elles sont sanctionnées. Elles sont traitées de mal-baisées, d’hystériques, ou sont harcelées en ligne dès qu’elles s’affichent aussi libres que les hommes.

Analyser les rapports de domination hommes-femmes en adoptant ce point de vue peut sembler compliqué. D’ailleurs, l’autrice de 33 ans note que la question de la soumission n’a été que très peu abordée dans les mouvements ou les recherches liées au féminisme. “C’est un sujet tabou. Dès qu’on prononce le mot ‘soumission’, tous les antiféministes tentent d’utiliser notre argumentaire pour affirmer que les femmes sont naturellement soumises, que cela fait partie de l’ordre naturel des choses.” Il semble pourtant qu’elle ait visé juste si l’on en croit les retours positifs des militant·e·s féministes et -malheureusement- le harcèlement en ligne qu’elle a subi. “Le prix à payer”, d’après elle.

Si le résultat final est plus que probant, c’est sûrement parce que Manon Garcia construit sa réflexion en s’appuyant sur les analyses de Simone de Beauvoir, évite le pathos, et ne tombe jamais dans le cliché. Elle précise d’ailleurs que son ouvrage traite du comportement des femmes “qui appartiennent à la société occidentale et sont hétérosexuelles” et affirme sa volonté de “déconstruire l’association souvent faite entre soumission et femmes voilées ou femmes au foyer”. On saluera aussi le timing impeccable de la trentenaire, qui publie son essai un an après #MeToo, mouvement qui a “jeté une lumière crue sur ces ambivalences et sur l’envers de la domination: le consentement des femmes à leur propre soumission”. Explications.

Une influenceuse Instagram, qui poste des photos des lunch box préparées pour ses enfants, en restant chez elle, sera toujours plus valorisée qu’une femme qui décide de faire le tour du monde en solitaire.” 

Concrètement, qu’est-ce que la “soumission des femmes”? 

Il arrive que les femmes choisissent de ne pas être libres. C’est notamment le cas quand elles s’affament pour rentrer dans une taille 36. Des femmes qui adorent les lasagnes, il y en a plein. Mais elles imaginent qu’elles seront punies socialement si elles en mangent “trop” souvent. Et elles ont raison. Si elles ne rentrent pas dans les codes de la féminité qui sont véhiculés par notre société, si elles refusent cette soumission, elles seront rejetées. Une influenceuse Instagram, qui poste des photos des lunch box préparées pour ses enfants, en restant chez elle, sera toujours plus valorisée qu’une femme qui décide de faire le tour du monde en solitaire. 

Comment expliquer l’existence de cette soumission consentie?

L’éducation explique en grande partie ces comportements. On apprend aux filles à faire attention, à tout mettre en place pour éviter de se faire mal, alors qu’on attend d’un garçon qu’il parte à l’aventure. On inculque d’un côté de la crainte et de l’autre le triomphe. On attend des garçons qu’ils soient astronautes alors qu’on demande aux petites filles avec qui elles veulent se marier et combien d’enfants elles veulent avoir.

Tu estimes qu’il existe un manque de solidarité entre femmes. Comment l’expliquer?

Depuis des siècles, les femmes sont responsables de la vie familiale et sont plus impliquées dans la sphère privée que les hommes. Elles vivent une double journée de travail: avec leurs professions la journée, puis dans leur foyer. Contrairement à leurs compagnons, elles n’ont pas le temps de former un réseau avec lequel elles pourraient avoir envie d’être solidaires. L’exemple de l’élection de Donald Trump est assez parlant: 53% des femmes blanches américaines l’ont soutenu. On peut analyser ce chiffre en estimant que les électrices préféraient se fâcher avec les femmes qu’elles ne fréquentent que de loin, plutôt qu’avec leurs maris, frères ou fils. La solidarité avec les hommes peut aussi être illustrée par le hashtag #HimToo, qui consiste à dire “Mon fils est génial, et lui aussi risque d’être accusé à tort par des femmes d’agressions sexuelles.” 

Les femmes font un travail invisible qui permet aux hommes d’avoir du temps et de se concentrer sur autre chose que le soutien affectif.

Tes réflexions semblent recouper celles de la dessinatrice Emma concernant la charge émotionnelle

Oui, la soumission est encouragée par la charge émotionnelle. Les femmes font un travail invisible qui permet aux hommes d’avoir du temps et de se concentrer sur autre chose que le soutien affectif. Dans l’enseignement supérieur, j’ai pu constater que les professeurs refusaient de parler avec leurs étudiant·e·s d’autre chose que de leur travail. Ce sont donc leurs homologues féminines qui retrouvent des jeunes en larmes dans leurs bureaux, et qui s’occupent du soutien et des conseils parfois extra-scolaires. Ça leur prend du temps, ça n’est pas reconnu académiquement et ça a un impact très concret sur les carrières des femmes. 

Pour faire tomber le patriarcat, cette soumission doit-elle évoluer? 

Se concentrer sur les attitudes individuelles est une fausse bonne idée. L’impact est aussi faible que de demander aux citoyens d’éteindre leurs lumières pour mettre fin au réchauffement climatique. Les choix des femmes sont orientés par la structure sociale dans laquelle elles se trouvent. Ce qui est nécessaire, c’est d’améliorer les options qui s’offrent à elles. D’après moi, cela doit passer par un congé paternité long et obligatoire, et par l’instauration de pensions alimentaires élevées et prélevées à la source. Je suis assez d’accord avec Simone De Beauvoir: c’est quand on aura une véritable égalité sociale, économique, quand la maternité ne sera plus un frein dans la carrière des femmes que l’entente entre les sexes commencera à se mettre en place. Aujourd’hui, aux États-Unis, près de 40% des femmes tomberaient sous le seuil de pauvreté si elles divorçaient. Comment échapper à un mari violent et refuser de lui être soumise dans un tel contexte?

Qu’as-tu pensé de la tribune pour la “liberté d’importuner” publiée en janvier dernier dans Le Monde?

Je pense que les signataires ont eu tort, mais ce qui m’intéresse avant tout, c’est à quel point cette tribune est une démonstration de la panique des femmes quand il leur est expliqué qu’elles ne devraient pas avoir à endurer ce qu’elles ont accepté pendant longtemps. Au lieu de s’interroger sur les nouvelles libertés auxquelles elles pourraient accéder, elles se sont demandé: “Et si les hommes ne nous aimaient plus?” Elles leur ont plus ou moins dit de ne pas s’inquiéter, en assurant qu’elles étaient d’accord pour qu’ils continuent à les dominer. C’est un vrai cas pratique!

Qu’est-ce que le consentement affirmatif que tu évoques souvent? 

C’est l’idée que, pour qu’un rapport sexuel se passe bien, il faut que les deux (ou plus) partenaires disent “oui” franchement, avec enthousiasme, et ne pas estimer que l’absence du “non” est suffisante pour qu’il y ait consentement.

Je ne vois pas pourquoi évoquer le désir le ferait disparaître, au contraire!

Penses-tu que la France soit en retard sur ce type de questionnement?

Ça fait trente ans que cette notion est débattue aux États-Unis… Les Américain·e·s réfléchissent collectivement à comment il est possible d’avoir une entente sexuelle plus aboutie. En France, dès que ces questions sont abordées, on se prend la “galanterie à la française” dans la figure. On nous explique que tout va bien, qu’on est en France, qu’il faut nous laisser tranquille et ne pas essayer de foutre en l’air l’entente “parfaite” qui y règne entre les sexes. Je suis convaincue que tout le monde a intérêt à ce qu’il n’y ait pas de malentendu. Il faut être drôlement coincé pour penser que la seule manière de faire du sexe, c’est de ne pas en parler… Je ne vois pas pourquoi évoquer le désir le ferait disparaître, au contraire! Il y a plein de manières d’érotiser la discussion, à condition qu’on s’enlève de la tête que la sensualité passe par le malentendu, la domination et la violence.

Le mouvement #MeToo a suscité beaucoup de débats sur ces questions-là. Un an après, a-t-il tenu ses promesses?

La nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême prouve que les choses n’ont pas tellement bougé. Christine Blasey Ford, qui l’accuse d’agression sexuelle, a vécu des choses atroces. Elle ne peut plus habiter chez elle et reçoit des menaces de mort chaque jour… On peut tout de même saluer le fait que 4,6 millions de personnes aient tweeté ce hashtag. Il y a eu un nouveau sentiment de solidarité entre femmes. C’est un début.

Propos recueillis par Margot Cherrid


1. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
Manon Garcia © Claire Simon - Cheek Magazine
Manon Garcia © Claire Simon

4. Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir?

Depuis les NRJ Music Awards, qui ont eu lieu samedi 10 novembre, Aya Nakamura est au cœur d’une nouvelle polémique, et doit faire face à des propos violents de la part de présentateurs, comme Matthieu Delormeau. Des déclarations qualifiées de “misogynoir” par certains internautes.  
Manon Garcia © Claire Simon - Cheek Magazine
Manon Garcia © Claire Simon

5. “Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités

Slate a lancé son nouveau podcast sur les masculinités, Mansplaining, animé par Thomas Messias, professeur de lycée et journaliste pour le magazine. Dans ce premier épisode, le trentenaire met en exergue les stéréotypes du genre véhiculés par les œuvres cinématographiques. 
Manon Garcia © Claire Simon - Cheek Magazine
Manon Garcia © Claire Simon

7. Avec son podcast “2400”, Diahala Doucouré offre une parole intime sur les règles aux femmes

Diahala Doucouré a lancé 2400, un podcast qui interroge les femmes sur leurs rapports aux règles. Elle en profite pour questionner la religion, la sexualité ou encore la transmission familiale, loin d’être hors-sujet lorsqu’on parle de menstruations.
Manon Garcia © Claire Simon - Cheek Magazine
Manon Garcia © Claire Simon