société

La vidéo du jour

Le concept de mansplaining expliqué en moins de 2 minutes

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Brut sur le concept féministe de mansplaining. 
DR
DR

DR


Dans cette vidéo, le média Brut revient sur le mansplaining -le mot est désormais entré dans l’Oxford English Dictionary-, mecsplication en français, soit cette tendance qu’ont les hommes à vouloir expliquer des choses de manière condescendante et paternaliste aux femmes alors que cela n’est pas nécessaire.

C’est à l’écrivaine américaine féministe Rebecca Solnit que l’on doit ce terme apparu il y une dizaine d’années suite à l’un de ses posts de blog intitulé Men Explain Things to Me. Elle y racontait l’arrogance incroyable d’un homme qui lui parlait d’un livre qu’elle aurait dû connaître… et qu’elle connaissait en effet très bien puisque c’est elle qui l’avait écrit.

Brut rappelle également que le mansplaining s’accompagne malheureusement parfois de manterrupting, qui consiste, tout simplement, à couper la parole aux femmes. Voilà, sur ce, on vous souhaite une excellente semaine. 

 

Julia Tissier


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
DR  - Cheek Magazine
DR