société

La vidéo du jour

Le “marché aux épouses” de Stara Zagora en Bulgarie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Broadly sur le “marché aux épouses” de Stara Zagora, en Bulgarie. 
DR
DR

DR


Chaque année, la ville de Stara Zagora, dans le centre de la Bulgarie, accueille un “marché aux épouses”: durant ce qui est vu comme une grande fête annuelle, qui s’inscrit dans la tradition du clan rom des Kalaidzhi -il compte 18 000 personnes-, des jeunes femmes issues du groupe sont vendues par leur famille aux enchères à un prétendant. 

À l’approche du “marché aux épouses”, une journaliste de Broadly, Milène Larsson, a passé plusieurs jours dans une famille Kalaidzhi pour mieux comprendre cette tradition archaïque et observer comment elle préparait ses deux filles, Pepa, 25 ans, et Rosi, 18 ans, à ce marché d’un genre très particulier. 

Dans cet excellent reportage, on suit ces deux jeunes femmes, nerveuses à l’approche de l’échéance, dans leur virée shopping pour trouver la robe parfaite, celle dans laquelle elles seront “belles” et taperont dans l’oeil de leur future belle-famille. On écoute aussi leurs convictions sur l’importance primordiale de la virginité avant le mariage mais aussi leur angoisse de tomber sur un homme dont elles ne seraient pas amoureuses. On entend enfin leur rêve d’avoir accès à l’éducation et d’aller travailler, un rêve qu’elles ne pourront probablement jamais réaliser. À regarder absolument.

 

Julia Tissier


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
DR - Cheek Magazine
DR