société

La vidéo du jour

Une jeune femme, harcelée et frappée dans la rue, diffuse la vidéo de son agression

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de cette jeune femme qui, après avoir été harcelée dans la rue et avoir répliqué, a été frappée par son agresseur. 
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre

Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre


La vidéo, vue plus de 900 000 fois, est un extrait de la violence sexiste subie par les femmes chaque jour dans la rue. À l’image, on aperçoit Marie Laguerre, 22 ans, marcher dans une rue du XIXème arrondissement de Paris et passer devant la terrasse d’un bar ce mardi 24 juillet. Il est 18h35. La jeune femme croise un homme qui, écrit-elle, “s’est permis de [lui] adresser des bruits/commentaires/sifflements/coup de langue sales, de manière humiliante et provocante”. Fatiguée et énervée par ce harceleur de rue -qui n’est pas le premier de la journée, précise-t-elle dans son texte-, elle rétorque avec un “Ta gueule!. L’homme s’arrête, lui lance un cendrier, revient ensuite sur ses pas pour la suivre avant de la frapper au visage, si fort qu’elle en perd l’équilibre. 

L’agression de Marie Laguerre a été filmée par les caméras de vidéosurveillance de l’établissement devant lequel elle passait et c’est cette vidéo qu’elle a publiée sur sa page Facebook pour dénoncer l’impunité masculine dans l’espace public. Interviewée par la suite sur RMC, elle affirme avoir su que l’homme allait la frapper: J’aurais pu partir en courant mais il n’en était pas question. Je n’allais pas baisser les yeux, je n’allais certainement pas m’excuser. J’étais prête à prendre le coup et je l’ai pris.” Elle a ensuite porté plainte contre son agresseur et partagé son expérience sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités ont réagi, parmi elles, la YouTubeuse Laura Calu mais aussi Marlène Schiappa, secrétaire d’État en charge de l’égalité femmes-hommes, qui s’est dit dans Le Parisienoutrée” mais “malheureusement pas surprise”. 

 

 

Dans son post Facebook, Marie Laguerre conclut: “Ces hommes qui se croient tout permis dans la rue, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu’on s’en offusque, c’est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement CESSE.

 

Alexandra Vépierre


2. Dans son restaurant nantais, Flore Lelièvre emploie des personnes porteuses de trisomie 21

Depuis 2016, Flore Lelièvre engage des personnes atteintes de trisomie 21 dans son restaurant Le Reflet, au centre de Nantes. A même pas trente ans, l’entrepreneuse propose une alternative inclusive à une “vie active” dont le handicap est trop souvent absent.  
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre

3. Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes?

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait celui des Couilles sur la table consacré à l’absence de femmes au sein des casseurs dans les manifestations et à la violence d’Etat, considérée comme viriliste.
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre

4. La misogynie et la masculinité toxique des fraternités américaines révélées par le Guardian

On a lu pour vous cet article de l’édition américaine du journal The Guardian, qui expose la façon dont les maisons de fraternité encouragent les jeunes étudiants à développer une masculinité toxique, et on vous le conseille.  
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre

7. Les femmes chez les gilets jaunes: une visibilisation historique?

On a lu pour vous cet article de TV5 Monde, dans lequel la journaliste Isabelle Mourgere s’intéresse à la place des femmes dans les manifestations des gilets jaunes. 
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo postée par Marie Laguerre