société

La vidéo du jour

Dans cette vidéo, Marion Seclin se réconcilie avec son corps

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Marion Seclin qui explique son désir de bienveillance à l’égard de son corps.
Dans cette vidéo, Marion Seclin se réconcilie avec son corps

Aujourd’hui j’ai envie et besoin, je crois, de te dire ce que je ressens de positif pour toi parce qu’on revient de loin tous les deux et qu’aujourd’hui, je peux dire sans trop  mentir que je suis heureuse de t’avoir.” Dans une vidéo intitulée Mon corps – ce héros et publiée le mercredi 14 mars sur YouTube, Marion Seclin affiche sa volonté de porter un regard bienveillant sur son physique.

Si la youtubeuse, actrice et auteure explique que son corps se rapproche des standards de beauté, elle rappelle que “personne n’a le monopole du complexe” et évoque son poids, sa poitrine, sa taille, l’aspect de sa peau ou de ses cheveux, qu’elle a mis du temps à accepter. Un long travail sur soi qui a été d’autant plus difficile à accomplir que la jeune femme a vu sa démarche délégitimée. “Quand tu osais exprimer tes complexes, on te faisait complexer de complexer. ‘Comment t’oses te plaindre, tu fais du 36. Pardon mais t’as aucune légitimité à parler de s’accepter, c’est facile pour toi.’, raconte-t-elle. Tu sais a partir de quand tu as le droit d’avoir un avis sur ton corps? A partir du moment où tu as un corps.”

Pour conclure sa vidéo, la jeune femme s’adresse à son corps: “Merci toi. Merci de porter mes organes, merci de me permettre de me déplacer dans l’espace, merci pour ces orgasmes, merci pour mes papilles, merci pour tout ce que tu me fais ressentir dans mon cœur et dans mon cerveau.” 

 

Margot Cherrid


6. #MeToo: L’Égypte condamne les harceleurs… mais aussi les harcelées

Le ras-le-bol contre harcèlement sexuel enflamme chaque jour un peu plus les réseaux sociaux égyptiens. Les tribunaux commencent à donner raison aux femmes victimes, mais emprisonnent aussi celles dont la colère vise les autorités.
#MeToo: L’Égypte condamne les harceleurs… mais aussi les harcelées - Cheek Magazine