société

Marlène Schiappa saisit le CSA après l'ignoble blague de Tex sur les violences conjugales

Invité dans l’émission C’est que de la télé sur C8, Tex, le présentateur des Z’amours, a tenu des propos choquants qui banalisent les violences faites aux femmes.
Marlène Schiappa saisit le CSA après l'ignoble blague de Tex sur les violences conjugales

Une ‘blague’ indigne et irrespectueuse qui banalise les violences conjugales, à quelques jours de l’hommage national rendu par le Président.” Samedi dernier, Marlène Schiappa a dénoncé sur Twitter les propos tenus par Tex, invité jeudi dernier dans l’émission C’est que de la Télé.

 

 

Le présentateur des Z’amours y a déclaré sans aucune gêne et en direct: “Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir? On ne lui dit plus rien, on vient déjà de lui expliquer deux fois!”, séquence pour laquelle la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a adressé un signalement au CSA. 

 

Tex s’est quant à lui excusé sur son compte Facebook: “Mes excuses les plus sincères à toutes les personnes que ma blague a pu blesser. Je m’oppose fermement à toutes formes de violences faites aux Femmes.” On est heureuses de l’apprendre, parce que c’était pas franchement évident.

Margot Cherrid 

 


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie - Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Pilosité féminine: pourquoi tant de haine? - Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit” - Cheek Magazine