société

La vidéo du jour

Harcèlement, sexualité et voile: 12 Marocaines racontent leurs expériences dans une websérie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait l’un des épisodes de la série Marokkiat, dans laquelle 12 femmes racontent leur quotidien au Maroc.
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR

Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR


Je suis sortie une nuit, à côté de la maison. Un homme est sorti bourré d’un bar, il m’a attrapé de force par le bras: ‘Toi tu viens avec moi!’, ‘Tu as l’habitude de faire ça?’, ‘C’est combien la nuit?’. Je lui ai mis un coup de genou dans les couilles. Il s’est mis à hurler. Les videurs du bar sont sortis. L’un d’eux m’a dit: ‘Tais toi, tu es une fille, tu ne dois pas mal parler’.” Ce témoignage, c’est celui de Nada, une jeune Marocaine qui a accepté de raconter son histoire face à la caméra de la réalisatrice et romancière Sonia Terrab. En demandant à 12 femmes de tous milieux sociaux et tous âges ce que signifie être, justement, une femme dans leur pays, elle a créé la très intéressante -on se demande encore comment on a pu passer à côté- websérie Marokkiat. L’objectif: dénoncer le harcèlement de rue et les violences sexuelles, mais aussi évoquer le rapport des Marocaines à leurs corps ou à l’homosexualité.  

Les épisodes, vus plus de 6 millions de fois, ont été diffusés sur la page Facebook de la société de production et incubateur Jawjab entre le 29 novembre et le 23 février. Sonia Terrab filme ses personnages debout, dans la rue, pour encourager les femmes à se réapproprier l’espace urbain. “La rue ne nous appartient pas, raconte-t-elle à Télérama. On marche très vite, tête baissée, on se dépêche de rentrer dans des taxis, pour ne pas se faire harceler.” Des vidéos engagées qui devraient être déclinées au masculin dans une saison 2. On a hâte!

 

Margot Cherrid


1. Six marques françaises éthiques ou bio qui révolutionnent les protections périodiques

Si la cup est souvent plébiscitée à raison, c’est sans compter sur toutes ces jeunes entreprises qui œuvrent pour des protections hygiéniques bio, avec l’envie de briser le tabou autour des règles.
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR

2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'épisode 2 de “Marokkiat”, DR