société

Six marques françaises éthiques ou bio qui révolutionnent les protections périodiques

Si la cup est souvent plébiscitée à raison, c’est sans compter sur toutes ces jeunes entreprises qui œuvrent pour des protections hygiéniques bio, avec l’envie de briser le tabou autour des règles.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_


Depuis quelques années, la révolution féministe a gagné le sujet du cycle menstruel. Il y a des livres et des podcasts qui en parlent, et il y a un même un festival qui lui a consacré une journée entière pour creuser davantage le sujet. Mais si les règles ne sont plus autant pointées du doigt, le combat pour la fin complète de la stigmatisation autour des menstrues est encore loin d’être gagné.

C’est d’ailleurs pour cette raison que Les Petites Glo, la petite sœur féministe des Glorieuses qui s’adresse aux adolescentes, a lancé sa campagne #StopPrécaritéMenstruelle pour exiger de l’État un accès libre et gratuit aux protections périodiques bio dans tous les collèges et lycées de France. Au total, ce sont 97% des personnes entre 12 et 19 ans qui estiment que les protections périodiques sont trop chères, mais aussi 85,5% qui ne connaissent pas la composition de ces dernières. Depuis la diffusion de Tampon, notre ennemi intime d’Audrey Gloaguen qui révèle les conséquences mortelles que peut avoir l’utilisation des tampons, mais aussi le combat du mannequin Lauren Wasser, obligée d’être amputée à cause d’un choc toxique, beaucoup de personnes se méfient des offres proposées dans le commerce traditionnel et se tournent vers des alternatives et des marques éthiques, qui se présentent comme 100% clean. Petite sélection.

 

Jho

L’offre: Des tampons avec ou sans applicateurs, des serviettes selon son flux menstruel ou encore des protèges-slips… Le choix est large chez Jho (la contraction de “juste” et “honnête”), qui propose un abonnement sans engagement, ou à la carte, avec une livraison (gratuite) chez vous ou en relais colis. Fondée par Dorothée Barth et Coline Mazeyrat, Jho promet une fabrication éthique avec du coton biologique certifié, sans aucun blanchiment au chlore et avec des boîtes en carton recyclé et recyclable.

Le bonus: L’entreprise collabore régulièrement avec des ONG comme Gynécologie Sans Frontières, pour aider notamment les femmes réfugiées à avoir accès à des protections hygiéniques.

 

Fava

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

BE A WOMAN BE TOMORROW BE FAVA – 📷 @jccaslot 💚 – #befava #organicproducts #natural #safe #safeperiods #changeonslesregles #forallvaginas #comingsoon

Une publication partagée par FAVA (@befava_) le

L’offre: Fava a été créée par Evelyn Gil-Passet et Jeanne Séguéla-Bouchet et propose l’envoi d’un coffret à deux tiroirs qui permet d’accueillir les protections intimes de votre choix pour plusieurs semaines. La gamme (serviettes, tampons, cups) est composée de produits 100% biologiques, hypoallergéniques et même biodégradables. On peut s’abonner et choisir de recevoir sa boîte selon son cycle et son intensité.

Le bonus: L’entreprise est composée de 95% de femmes et s’est associée à EBS Espérance qui crée des emplois pour les personnes en réinsertion. De plus, pour chaque abonnement, Fava donne des produits à des femmes dans le besoin, via l’association Féminité Sans Abri.

 

Mama Quilla

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sublimes en Mama Quilla 🌙🌙🌙 #mamaquilla #lingeriemenstruelle #culottemenstruelle Photographe : TV MUA : @juliel_muartist Modèles : @brunepale, @juliedommanget et @alexandra.pvrd

Une publication partagée par Mama Quilla 🌙 (@mamaquilla_lingerie) le

L’offre: On connaissait la marque Thinx qui cartonne outre-Atlantique et qui propose des culottes périodiques pour compléter ou remplacer les protections traditionnelles, ou sa petite sœur française, FEMPO. Sur le même principe, Mama Quilla propose des culottes confectionnées en France pour protéger son corps, mais aussi la planète puisqu’une culotte équivaut à trois tampons. Une exclusivité française pré-commandable sur Ulule pour un lancement officiel courant avril.

Le bonus: Les tailles vont du 34 au 56 et prennent donc en compte une grande pluralité des morphologies. Les culottes sont esthétiques et confortables.

 

My Holy

L’offre: My Holy, c’est parler des règles (rouges évidemment) sans tabou et sans filtre. Mais c’est surtout des tampons bio sans applicateur (pour le moment), livrés dans une jolie boîte réutilisable et personnalisée, qu’on peut aussi choisir dans un packaging en format voyage, et dont chaque achat génère un don aux associations KmerPad et Règles Élémentaires. L’abonnement se fait en fonction des besoins de chaque personne et peut s’annuler à tout moment.

Le bonus: Le manifesto et le calendrier qui démocratisent les règles de manière pop et actuelle, sans oublier la transparence des coûts et des produits utilisés.

 

Marguerite et Cie

L’offre: Basée en Bretagne, Gaële Le Noane, qui a lancé Marguerite et Cie, s’est associée à la marque britannique Natracare (vendue chez Biocoop) pour lancer la “Petite box bleue (et rouge)” qui propose des tampons bio avec ou sans applicateur, à recevoir chez soi tous les mois, composée au préalable selon ses besoins. Chaque achat donne lieu au don de tampons à une association -ici, Agir pour la santé des femmes. L’entreprise veut désormais se diversifier en lançant des serviettes périodiques 100% bio également. Elle a donc lancé une campagne de financement participatif.

Le bonus: On peut offrir l’abonnement à un·e proche.

 

Gina

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

On est fiers de vous présenter notre bébé 🌈✨ #ginaiscoming #wearegina #beprepared

Une publication partagée par Gina (@we_are_gina) le

L’offre: Team tampons, team serviettes ou team les deux, c’est vous qui choisissez ce qui vous arrange avec cette marque 100% bio. Gina a été lancée par l’équipe de My Little Paris, qui en profite pour faire passer des messages féministes, avec des conférences autour des règles. Et puisque Gina est associée à Règles Élémentaires, chaque abonnement donne droit au parrainage d’une femme dans le besoin.

Le petit +: La “vagipédia” disponible sur le site, qui permet d’en savoir plus sur le choc toxique, le sexe pendant les règles ou le clitoris.

Jennifer Padjemi 


1. Le documentaire “Footeuses” déconstruit le football au féminin

Une entrée dans l’univers des femmes footballeuses, qui va bien au-delà du sport. On en a parlé avec Lyna Malandro, l’une des réalisatrices du film.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

2. Légalisation de l'IVG: les Argentines se mobilisent en masse

Les rues de Buenos Aires étaient noires de monde hier lors de la première manifestation de 2020 en faveur de la légalisation de l’avortement, que les Argentines espèrent enfin arracher cette année. 
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

3. La testostérone, une piste pour combattre l'endométriose?

Prescrite dans les années 70 et 80 en France et abandonnée par la suite, la testostérone représente pourtant un espoir non négligeable pour les personnes atteintes d’endométriose. Explications. 
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

4. Pourquoi concilier couple et boulot reste plus difficile pour les femmes

Le mythe de la Wonder Woman qui vit à mille à l’heure pour assurer sur tous les fronts, au bureau comme à la maison, est à bout de souffle. Aujourd’hui, envers et malgré les inégalités de genre qu’il reste à vaincre, les jeunes actives sont en quête d’équilibre et de sens.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

6. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

7. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_