société

Le Cheek Point

La misogynie et la masculinité toxique des fraternités américaines révélées par le Guardian

On a lu pour vous cet article de l’édition américaine du journal The Guardian, qui expose la façon dont les maisons de fraternité encouragent les jeunes étudiants à développer une masculinité toxique, et on vous le conseille.  
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”

Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”


Dans son livre intitulé True Gentlemen: The Broken Pledge of America’s Fraternities, [ndlr: Le Serment brisé des fraternités américaines, en français], John Hechinger écrit qu’environ 100 000 jeunes hommes choisissent d’être initiés dans les fraternités chaque année, bien que ces clubs exclusivement masculins soient maintenant associés à ce qu’il décrit comme ‘la trinité impie de la vie fraternelle: racisme, alcoolisme et misogynie’. Une grande partie de ces jeunes hommes iront travailler dans les domaines de la politique, de la finance et de l’élaboration des lois, parfois au plus haut niveau. De plus, les loyautés créées seront maintenues tout au long d’une vie professionnelle dans laquelle les hommes, les Blancs et les privilégiés se protégeront les uns les autres, quelles que soient leurs transgressions. […]

‘Je voulais montrer en quoi la solidarité sur laquelle sont construites les maisons de fraternité tend à faire ressortir le pire chez les jeunes hommes, et les nobles idéaux qui, autrefois, étaient fièrement portés par ces organisations, ont maintenant été remplacés par un comportement épouvantable’, a expliqué Andrew Moisey, ancien étudiant de Berkeley et maintenant enseignant à Cornell.”

Dans cet article de l’édition américaine du journal The Guardian, publié lundi 10 décembre et intitulé Humiliation, homoeroticism and animal cruelty: inside the frathouse, (ndlr: Humiliation, masculinités et cruauté animal: à l’intérieur des maisons de fraternité, en français), le journaliste Sean O’Hagan donne la parole au photographe Andrew Moisey, qui a couvert “des rituels de bizutage, l’ivresse extrême et la masculinité toxique sur un campus”.

Il évoque aussi la présence de jeunes femmes au milieu de ces soirées étudiantes où “agressions et humiliations sont la norme”. Interviewée, l’autrice Cynthia Robinson se pose la question: que font-elles là? Avant de répondre, à partir de son expérience personnelle: “Elles sont là pour se rassurer, pour montrer à leurs pairs qu’elles sont désirables. Ce qu’elles veulent avant tout, c’est être désirées.

À lire le plus vite possible en VO sur le site du Guardian


1. Six marques françaises éthiques ou bio qui révolutionnent les protections périodiques

Si la cup est souvent plébiscitée à raison, c’est sans compter sur toutes ces jeunes entreprises qui œuvrent pour des protections hygiéniques bio, avec l’envie de briser le tabou autour des règles.
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”

2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”

5. “Émotions”, un podcast qui dissèque nos affects avec intelligence et humanité

Nouvelle production Louie Media, Émotions dissèque nos affects, de leur fabrication à leur histoire, entre ressenti et psyché. Un podcast humaniste qui nous touche en plein coeur.
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la bande annonce du film “American Pie: Campus en folie”