société

Le Cheek Point

La masturbation féminine, l'éternel tabou

On a lu pour vous cet article de BuzzFeed sur les clichés qui entourent la masturbation féminine et on vous le conseille fortement.
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine

© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine


Quand on pense à la masturbation masculine, on pense à American Pie. Mais quand on pense à la masturbation féminine, il n’existe pas d’exemple aussi populaire. Résultat: l’image des jeunes garçons en train de se masturber fait partie des représentations collectives, ce n’est pas le cas pour les jeunes filles’, note Sara Piazza.

Même dans le langage, c’est compliqué. L’expression ‘se pignoler’ est réservée à la gent masculine et sa précieuse ‘pine’. Si la ‘branlette’ est censée englober les deux sexes, de fait, elle est davantage associée au pénis qu’au clitoris. Quoi qu’il en soit, quand il s’agit de masturbation masculine, les synonymes pullulent: s’astiquer le manche ou le poireau, se toucher la nouille, se graisser le salami, se faire reluire… Pour ce qui concerne le clitoris, la vulve et le vagin, le vocabulaire est plus restreint: au nombre de six, contre une quarantaine côté masculin, fait remarquer Iris Brey. […] 

Le plaisir que l’on peut prendre avec est donc indicible; il n’est pas dicible parce qu’il n’y a pas les mots, appuie Armelle Andro, chercheuse associée à l’Ined et membre de l’équipe qui travaille sur la santé sexuelle et reproductive. Difficile sans langage et sans images associées de se représenter, quand on est une fille, ce qu’est la masturbation.

Pour BuzzFeed et dans un long article publié vendredi 6 avril, Daphnée Leportois s’est penchée sur les stéréotypes sexistes qui influencent et parfois découragent la pratique de la masturbation féminine. La journaliste revient sur l’évolution du regard que la société et les sciences ont porté sur l’autosatisfaction des femmes. Si le plaisir féminin a pendant longtemps été relégué au second plan parce que jugé sans conséquence sur la reproduction, la culture populaire semble s’y intéresser depuis quelques années. Les sextoys ont ainsi fait leur apparition dans des séries comme Sex & the City et dans les pages des magazines féminins.

Il reste cependant beaucoup à faire pour se débarrasser des “clichés hétérocentrés” comme l’idée selon laquelle la sexualité féminine, même pratiquée seule, repose essentiellement sur la pénétration. Mais Daphnée Leportois se veut optimiste: “Est-ce un hasard si, en 2017, 74 % des femmes disaient s’être déjà masturbées contre 60 % en 2006? Comme quoi, même quand il s’agit (simplement) de se donner du plaisir, tout est question d’éducation (sexuelle).” Longue vie au clitoris dans les manuels scolaires!

À lire le plus vite possible sur le site de BuzzFeed


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Ophélie Ostermann pour Cheek Magazine