cheek_societe_habillage_desktop

société

Mathilde Ramadier: comment la start-up l'a tuée

Mathilde Ramadier est déjà auteure de plusieurs BD. Le 23 février, cette jeune femme de 29 ans a sorti son premier essai, intitulé Bienvenue dans le nouveau monde, comment j’ai survécu à la coolitude des start-ups, dans lequel elle raconte les coulisses peu reluisantes de ces nouvelles entreprises qui se targuent de construire le monde de demain. 
Mathilde Ramadier © Florian Sarges
Mathilde Ramadier © Florian Sarges

Mathilde Ramadier © Florian Sarges


Elle vient de monter sa start-up”, “C’est la start-up de l’année”, “Le top 10 des start-ups” etc.: depuis quelques années, le mot start-up est sur toutes les lèvres. Dans l’ensemble, il fait plutôt rêver. On pense immédiatement à Mark Zuckerberg (Facebook), Travis Kalanick (Uber) ou Jonathan Benassaya (Deezer) -les role model sont malheureusement en grande majorité des hommes. On pense aussi réussite, innovation et modernité. Pourtant, derrière ce terme, il y a également une réalité bien différente que Mathilde Ramadier, auteure de BD de 29 ans, a analysé sans pitié dans son premier essai intitulé Bienvenue dans le nouveau monde, comment j’ai survécu à la coolitude des start-ups.

La jeune femme, installée à Berlin depuis 2011, dresse un portrait au vitriol de ces entreprises dans lesquelles elle a été amenée à travailler pendant quatre ans et raconte sans filtre ses deux expériences les plus marquantes -tout en préservant l’anonymat des start-ups- dans la capitale allemande. “L’une des définitions de la start-up pourrait être la suivante, écrit-elle: Il s’agit d’une jeune entreprise dotée d’un fort potentiel, mais qui n’exerce pas encore d’activité rentable.” Rappelons au passage que 90% des start-ups échouent.

Dans ce qui s’apparente à un pamphlet, celle qui a étudié la philosophie et la psychanalyse dénonce ce “nouveau capitalisme sauvage” et pointe du doigt la “novlangue” qu’on y manie, “destinée à dissimuler la loi de la jungle dans une brume de ‘cool’”. Elle donne l’exemple (parlant) d’une offre d’emploi formulée ainsi: “Nous n’offrons pas un job ni un salaire, mais un pied dans l’entreprise.” Et raconte entre autres par le menu le “Welcome Kit” d’une start-up qui lui a été envoyé par mail la veille de son arrivée et qui précisait sans aucun scrupule que le matériel de travail ne serait pas fourni: “Aujourd’hui, même les étudiants ont leur propre laptop. Nous ne sommes pas comme BCG ou Siemens, qui fournissent téléphone portable, laptop, voiture, mutuelle, secrétaire et chauffeur… Nous sommes une start-up, alors s’il te plaît, apporte ton propre laptop.” Mathilde Ramadier déplore que le candidat idéal d’une start-up soit un “robot hypermotivé qui parle en données et dont l’identité se résume à un profil bien lissé sur les réseaux sociaux”, et dénonce les méthodes de recrutement, l’infantilisation permanente des employés, le discours messianique ambiant ou encore l’abolition de la frontière vie professionnelle/vie privée. On l’a rencontrée et on lui a posé quelques questions. 

 

Comment as-tu atterri dans des start-ups?

J’ai commencé à travailler dans des start-ups en 2011. À l’époque je venais de m’installer en Allemagne et je commençais à écrire mais je n’en vivais pas encore, et puis j’avais envie d’avoir un job à Berlin pour m’intégrer et parler allemand -au final, j’ai surtout appris à parler anglais! Au total, j’y ai travaillé quatre ans et j’ai dû expérimenter 12 ou 13 start-ups. Chez The Base* (Ndlr: une start-up dont le concept “consiste à mettre au point une immense base de données destinée à révolutionner le monde de l’art contemporain”), j’y ai vraiment cru, j’étais même prête à mettre entre parenthèses mes projets de bouquins, je n’étais pas là en touriste. 

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ce pamphlet?

Je tenais d’abord à témoigner: même si dans le livre, je parle surtout de deux expériences, de The Base* parce que c’était la plus folle, et de Vesta*, parce que c’était la plus longue, j’ai connu une douzaine de start-ups. Je pouvais me permettre de généraliser car je l’ai vécu de l’intérieur, j’ai récolté des témoignages, j’ai analysé des offres d’emploi. Je voulais montrer la face cachée de ce système, dire que ce n’est pas qu’une success story, et que leur discours se rapproche d’un discours autoritaire. 

Dans une start-up, on est comme Charlie Chaplin à l’usine, le petit maillon d’une chaîne qui va permettre à certains d’accéder à la notoriété.

Dans ton livre, tu parles d’un de tes employeurs, une caricature de patron de start-up…

Oui, il est très connu et je ne révèle pas son identité. Sa société, Vesta*, a été rachetée depuis et il a déjà lancé une autre application -d’ailleurs, je n’ai toujours pas compris à quoi elle servait! C’est un Américain, extrêmement branché, qui vient de New York. Je ne savais pas combien il gagnait mais j’étais épatée par son niveau de vie, il avait un penthouse à Berlin et était toujours dans un avion entre Los Angeles et Bali. On le savait tous car il passait son temps à poster des photos de lui, toujours en montrant son meilleur profil. Je me demandais quand est-ce qu’il avait le temps de travailler car il se mettait en scène constamment. Il était très antipathique, ne disait jamais bonjour, ne connaissait pas les prénoms de ses employés et ne remarquait jamais quand l’un d’entre nous était malade. Mais à côté de ça, le jour où son associé s’est cassé la jambe, il nous a écrit un mail très culpabilisant pour nous dire qu’il fallait qu’on bosse encore mieux pour ne pas le contrarier. Derrière l’image du mec cool qu’il essayait de véhiculer, il se comportait comme une maîtresse d’école. 

Tu évoques la novlangue des start-ups, en quoi consiste-t-elle? 

Dans chaque nouvelle start-up, j’apprenais de nouveaux mots donc ça m’a paru amusant d’étudier ce nouveau langage adopté par ces entreprises. Je pense qu’une langue est très révélatrice d’une façon de communiquer, c’est d’ailleurs, comme le dit George Orwell dans 1984, le point de départ d’un régime totalitaire. J’avais l’impression d’être face à des messies, qui prônent sans en avoir l’air une idéologie ultracapitaliste diffusée par un nouveau langage. Et ce dernier est séduisant car il tend à faire croire que tout le monde peut participer, que l’on peut être le héros de demain alors qu’en fait, on est comme Charlie Chaplin à l’usine, le petit maillon d’une chaîne qui va permettre à certains d’accéder à la notoriété.

Je ne vois pas en quoi les chauffeurs Uber sont différents des cochers du XIXème siècle.

Quelles sont les nouvelles injonctions véhiculées par “la startupsphère”?

Dans mon livre, je parle beaucoup des logiciels de management qui m’ont choquée et qui consistent à noter le travail des employés et à rendre leurs interactions transparentes. L’open space est glorifié alors qu’on sait maintenant que ce n’est pas forcément le meilleur modèle. Il y a aussi presque à chaque fois un espace de jeu sur le lieu de travail, la table de ping pong est un grand classique, et au minimum des distributeurs de bonbons un peu partout et un frigo rempli de trucs healthy. Les start-ups ont souvent la volonté de se montrer comme la mère nourricière. C’est une façon d’abolir la frontière vie pro/vie privée. Les collègues sont supposés devenir nos amis, on vit en vase clos et c’est comme ça que les heures supplémentaires passent comme une lettre à la poste. Moi qui suis indépendante, j’ai aboli cette frontière mais c’est moi qui l’ai décidé; quand c’est l’entreprise qui le fait, ce n’est plus la même chose. 

Quelles sont les conséquences de la course à l’innovation des start-ups?

Elles se targuent toutes d’innover mais celles qui le font vraiment sont loin d’être majoritaires. L’autre jour, j’ai encore vu dans le métro une pub pour une société de livraison de repas à domicile, il y en a combien aujourd’hui? Et puis l’innovation est-elle toujours bonne à prendre? Uber, par exemple, a “disrupté” quelque chose mais est-ce qu’ils ont fait du bien à la société? Je ne vois pas en quoi les chauffeurs Uber sont différents des cochers du XIXème siècle. On leur fait croire qu’ils vont gagner en liberté mais ils deviennent prisonniers de ce système. 

On exige du candidat qu’il soit flexible, qu’il s’adapte complètement à l’entreprise en termes d’horaires de travail, de rémunération, de conditions de travail et même parfois de poste.

Dans ton livre, tu évoques la “propagande” des start-ups, quelle est-elle?

Elles mettent en effet une énergie énorme dans leur communication, et pas seulement pour les produits qu’elles vendent, mais aussi pour tout le bien-fondé de ce qu’elles font. C’est toujours un discours messianique, elles révolutionnent ceci, elles disruptent cela, elles apportent des solutions à vos problèmes -que souvent, vous n’aviez pas d’ailleurs! Ça s’applique à tous les domaines de la vie. 

Dans les start-ups, il y a également une exigence de flexibilité qui est, écris-tu, sans limites, c’est-à-dire?

On exige du candidat qu’il soit flexible, qu’il s’adapte complètement à l’entreprise en termes d’horaires de travail, de rémunération, de conditions de travail et même parfois de poste. Souvent, en entretien, on m’a dit “on t’embauche pour ça mais tu seras amenée à faire autre chose” et en général, ce “autre chose” est tout sauf gratifiant. Et qui dit flexibilité, dit précarité, stress et instabilité. Attention, je ne fais pas l’apologie du CDI, je suis moi-même indépendante, mais quand c’est imposé par un discours moral et politique, c’est différent. 

Dans certaines de tes expériences, tu as été confrontée à une logique de compétition assez malsaine entre les employés, au flicage des résultats…

Ils se targuent de nous faire entrer dans un monde nouveau mais ils utilisent les vieilles recettes de l’ancien monde. Ils utilisent de nouveaux logiciels pour mettre les salariés en compétition entre eux donc ça leur paraît innovant ou alors ils filent un bon Amazon de 20 euros à celui qui obtient les meilleurs résultats. Ils assurent qu’il y a une hiérarchie horizontale alors qu’en fait, c’est la bonne vieille hiérarchie pyramidale qui est en place. 

La startupsphère est-elle sexiste?

Personnellement, je n’ai pas été confrontée au sexisme directement. Par contre, je n’ai jamais vu une femme CEO dans toutes les start-ups que j’ai fréquentées. Les CEO et leurs associés sont en grande majorité des hommes. Et les “office manager”, les secrétaires en gros, toujours des femmes. 

Propos recueillis par Julia Tissier 


2. En Algérie, les femmes sont prêtes à payer pour se baigner en toute tranquillité

Quasiment inexistantes il y a une dizaine d’années, les plages à accès payant grignotent de plus en plus le littoral algérien. Comment la baignade est-elle en train de devenir un loisir de luxe en Algérie et pourquoi les femmes en sont les premières clientes? Éléments de réponse. 
Mathilde Ramadier © Florian Sarges - Cheek Magazine
Mathilde Ramadier © Florian Sarges

4. Mayara Amaral: le féminicide dont on ne dit pas le nom au Brésil

En juillet, Mayara Amaral a été sauvagement assassinée au Brésil et sa sœur Pauliane se bat pour que ce féminicide soit reconnu comme tel par les médias.
Mathilde Ramadier © Florian Sarges - Cheek Magazine
Mathilde Ramadier © Florian Sarges

6. Ces hommes qui s'engagent dans le combat féministe

De la campagne HeForShe pour l’égalité des sexes de l’ONU aux associations militantes, nombreuses sont les initiatives qui tendent à inclure les hommes dans le combat féministe. 
Mathilde Ramadier © Florian Sarges - Cheek Magazine
Mathilde Ramadier © Florian Sarges

7. Les dessous peu reluisants de l'industrie cosmétique

C’est l’été, vous avez enfin le temps de lire les long formats que vous survoliez rapidement le reste de l’année? On a lu la série d’articles Autour du pot sur le monde des cosmétiques dans Les Jours, et on vous la recommande.
Mathilde Ramadier © Florian Sarges - Cheek Magazine
Mathilde Ramadier © Florian Sarges