société

Le Cheek Point

Défrisée, Meghan Markle se plie-t-elle à l'injonction occidentale aux cheveux lisses?

On a lu pour vous cet article publié sur Neon, dans lequel une journaliste critique le choix de Meghan Markle d’avoir lissé ses cheveux à l’occasion de son mariage. On vous le recommande.
Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR
Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR

Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR


Meghan Markle n’est bien sûr pas la seule à relayer l’injonction aux cheveux lisses de la société occidentale. Même des artistes se définissant comme féministes et engagées pour la cause noire, telles que Beyoncé ou Rihanna, ont longtemps uniquement arboré des perruques ou des lissages brésiliens peroxydées (coucou bébé RiRi dans Unfaithful). Autant de modèles qui poussent les femmes noires et métisses à transformer leurs cheveux en utilisant des méthodes souvent nocives pour le cuir chevelu comme les défrisants chimiques ou le fer à lisser. […]

En Europe, les personnes issues de la diversité sont frappées d’invisibilité sociale, car non représentées dans les corps de métiers prestigieux, les fonctions d’état, les médias ou les arts, m’explique l’ingénieure [Aude Livoreil-Djampou, docteure en ingénierie chimique passée par L’Oréal], ‘mais il y a aussi une invisibilité physique dans le domaine de la beauté.’ Pour la créatrice d’un salon dédié à tous types de cheveux (le studio Ana’e à Paris), ces deux invisibilités vont de pair. ‘C’est particulièrement impactant pour les enfants qui,  faute de se voir dans les représentations de la beauté peuvent se trouver “moins beaux” ou “moins acceptés. Sans modèles vers lesquels se projeter, professionnellement et personnellement, leurs aspirations et leurs rêves sont moins ambitieux.’”

Dans un article publié sur Neon le 28 mai, la journaliste Lina Rhrissi explique “pourquoi le défrisage de Meghan Markle [la] fout en rogne”. Dans un premier temps heureuse de constater que la nouvelle épouse du Prince Harry, métisse, lui ressemble “un tout petit peu”, elle raconte s’être ensuite insurgée contre le choix de la nouvelle venue dans la famille royale britannique d’avoir lissé ses cheveux crépus. Références historiques, analyse de la coiffure de Michelle Obama ou du mouvement nappy: ce papier rappelle de façon intéressante en quoi le cheveu est politique. 

À lire le plus rapidement possible sur le site du magazine Neon


3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “PBS News Hour”, DR