société

Interview “Génération écolo” / Mélanie Laurent et Cyril Dion

“Les gens ne sont pas au courant que l'espèce humaine est menacée”

On a rencontré Mélanie Laurent et Cyril Dion pour parler de Demain, leur projet de road-movie documentaire sur l’écologie.
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion


On savait déjà Mélanie Laurent engagée dans la cause environnementale: en septembre 2012, l’actrice et réalisatrice avait notamment prêté sa voix au documentaire The End of The Line, qui dénonçait les méfaits de la surpêche. Aujourd’hui, elle s’investit pleinement en faveur de l’écologie avec Demain, un documentaire qu’elle coréalise en compagnie de Cyril Dion. Ce dernier, ancien comédien, a été directeur de Colibris, ONG cofondée en 2006 avec le pionnier de l’agroécologie Pierre Rabhi, et avec laquelle il avait coproduit en 2010 le film de Coline Serreau Solutions locales pour un désordre global.

Tous deux trentenaires et jeunes parents, Mélanie Laurent et Cyril Dion sont partis d’une question simple -“dans quel monde vivront nos enfants dans 40 ans?”-, et d’une réponse terrifiante -plusieurs études internationales annoncent un effondrement probable de notre civilisation d’ici là-, pour lancer ce projet qui devrait voir le jour en décembre 2015. L’idée de Demain est de “partir en quête des meilleures solutions expérimentées aux quatre coins de la planète” pour éviter le désastre annoncé et par là-même, “donner envie au plus grand nombre de construire un monde meilleur [en lui donnant] un visage”. Mardi 27 mai, les deux réalisateurs célébraient le coup d’envoi de leur campagne Kiss Kiss Bank Bank au magasin Centre Commercial, dans le 10ème arrondissement de Paris. L’occasion de les soumettre à nos questions “génération écolo”. 

La fibre écolo se développe-t-elle particulièrement à la trentaine?

Cyril Dion: En tout cas, c’est clairement un truc de génération. Ça va devenir obligatoire d’être écolo. Les trentenaires de 2044, c’est à dire ceux qui naissent aujourd’hui, n’auront absolument pas le choix. Ce sera une nécessité de survie. 

Mélanie Laurent: Les gens reviendront aux préceptes de la génération de nos grands-parents. Ces derniers avaient les bons réflexes écolos, le bon sens. 

Quels gestes écolos vos parents vous ont-ils transmis?

ML: Je me souviens surtout de l’eau. Il fallait éviter de la laisser couler. Et puis l’électricité: surtout, ne jamais laisser une lumière allumée pour rien! 

CD: Se soigner avec les plantes et manger sainement. Ma mère me traînait dans les magasins bio -qu’on appelait encore des magasins diététiques à l’époque-, et mon père était navré quand il la voyait revenir avec des espèces de galettes de céréales alors que tout ce qu’il voulait, c’était manger un bon vieux steak. 

Quels sont les grands défis écologiques que doit relever notre génération?

CD: Le changement climatique en est un, tout comme la chute de la biodiversité -c’est à dire les espèces qui meurent super vite. Il y a aussi le problème des ressources qui s’épuisent. Mais le plus gros défi de tous, c’est celui de se mettre tous ensemble pour résoudre ces défis-là. 

“On attend d’être face au mur, comme dans les films de science-fiction où tout part en vrille.”

Pour parvenir à résoudre ces problèmes, de quels moyens notre génération dispose-t-elle, par rapport aux précédentes?

CD: Il faut que notre génération s’engage en politique d’une façon très différente de celle des leaders actuels et qu’elle créée de nouveaux partis, propose des idées. Comme on dit, si tu ne t’occupes pas de la politique, la politique s’occupera de toi. Si les jeunes ne s’engagent pas, on va continuer à être dirigés par des gens qui protègent leurs intérêts. 

ML: Tout existe déjà, tout est là, c’est juste une histoire de conscience, d’éveil, de solidarité et de se bouger le cul. Si on attend que les politiques changent, on est foutus. C’est à nous de changer les choses, sinon on va disparaître. 

Pourquoi notre génération n’a t-elle pas encore eu massivement le déclic?

ML: Les gens ne se rendent pas compte de ce qu’il va se passer, c’est pour ça qu’il n’y a pas de déclic. Les médias et les politiques ne font pas passer l’information. Les gens ne sont même pas au courant que l’espèce humaine est menacée, c’est une aberration. On parle de tout, sauf de ça. On attend d’être face au mur, comme dans les films de science-fiction où tout part en vrille. A ce moment-là, ce sera trop tard. 

Pour financer votre film, vous faites appel au crowdfunding, un outil très générationnel. Pourquoi?

ML: On avait envie d’être financés par les gens, plutôt que par des producteurs uniquement. Pour nous, c’était hautement symbolique. 

CD: L’objectif, c’est que tout ça devienne un mouvement. On voudrait partir de Demain pour faire plein de choses. Si les gens se sentent responsables de l’impact de ce film, il aura dix fois plus de force. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski


1. Violences policières: Assa Traoré plus déterminée que jamais dans son combat

Sourcils légèrement froncés, regard profond sous sa coupe afro, elle a souvent l’air mélancolique. Son charisme a inspiré bien des artistes. Des illustratrices Blachette et Sanaäk aux photographes des collectifs Œil et La Meute. Assa Traoré, 35 ans, a vu sa vie chamboulée un certain…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

2. Quand la nourriture devient érotique

Qui n’a jamais fantasmé devant la scène culte d’Il était une fois en Amérique, où l’alléchante charlotte russe fait office d’appât pour les services de Betty, friande de pâtisseries, obole nécessaire afin de partager la couche de la belle? Le plaisir de la chair se…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

3. À Marseille, son resto Yima est une ode à la cuisine méditerranéenne

Assise au comptoir de sa cuisine, Ella Aflalo élabore consciencieusement la carte de la semaine. A 25 ans, elle a l’air de savoir où elle va; il faut dire qu'elle n’en est pas à son coup d’essai avec Yima, l'adresse qu'elle a ouverte l'année dernière.…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

4. Amputée suite à un choc toxique, Sandrine, 36 ans, témoigne

“Comme tous les mardis, et jeudis, Sandrine Graneau passera sa journée à faire de la rééducation. Garder une position statique, marcher dans le sable ou sur des graviers, il y a tant de choses à réapprendre depuis que des tubes en métal ont pris, dans…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

5. Avec hkind, Alice de Maximy invente le Tinder de la santé

“Le Tinder de la santé.” Il fallait y penser et Alice de Maximy l’a fait. On comprend parfaitement, en la rencontrant, comment cette parisienne de 43 ans, qui ressemble à Marina Foïs et Mélanie Laurent, a pu mûrir un projet aussi iconoclaste. “Décalée”, comme elle…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

6. “9 mois”, un podcast intime sans tabou sur la grossesse

Avec son nouveau podcast bimensuel intitulé 9 mois, l'autrice féministe Marie Bongars raconte sa première grossesse à la manière d'un journal intime sonore. Dans le premier épisode qui dure une dizaine de minutes et qui est déjà en ligne, la trentenaire raconte la décision prise…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion

7. Podcast: Inès Seddiki raconte comment son asso Ghett'Up rapproche Paris et ses banlieues

Inès Seddiki est l'invitée d'un podcast qu'on connaît bien, Génération XX, dans lequel Siham Jibril tend son micro à des femmes qui reviennent sur leur parcours et sur les projets professionnels qu'elles ont montés, qu'ils soient entrepreneuriaux, artistiques ou associatifs. Dans cet épisode, Inès Seddiki…
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion  - Cheek Magazine
Cyril Dion et Mélanie Laurent © Fanny Dion