société

#MeToo: L’Égypte condamne les harceleurs… mais aussi les harcelées

Le ras-le-bol contre harcèlement sexuel enflamme chaque jour un peu plus les réseaux sociaux égyptiens. Les tribunaux commencent à donner raison aux femmes victimes, mais emprisonnent aussi celles dont la colère vise les autorités.
© Ibrahim Ezzat
© Ibrahim Ezzat

© Ibrahim Ezzat


Le harcèlement sexuel est interdit par l’islam et rien ne peut le justifier.” Cette déclaration de l’institution religieuse Al Azhar, le 28 août dernier, n’a pas manqué de surprendre agréablement les féministes égyptiennes, plutôt habituées à devoir ferrailler contre ses positions conservatrices. Il y a an, des cheikhs d’al Azhar s’étaient vigoureusement opposés à la proposition de loi tunisienne instaurant l’égalité femmes-hommes dans l’héritage.

Cette importante fatwa (Ndlr: il s’agit d’un avis juridique dans l’islam) n’arrive pas par hasard. Quelques semaines plus tôt, des milliers d’internautes avaient déversé leur haine sur une jeune femme qui avait osé filmer, avec son téléphone, des hommes venant l’importuner à son arrêt de bus. Des animateurs télé et avocat avaient sauté sur la polémique pour blâmer la victime. Alors qu’un des harceleurs goguenards devenait la star des réseaux sociaux, une vidéo terrifiante est venue rappeler une réalité crue: le harcèlement peut mener à une violence meurtrière. On y voit un homme poignardé à mort, juste après être venu en aide à son épouse harcelée, sur la plage d’Alexandrie. Au même moment, la journaliste May el Shamy allait voir sa direction pour dénoncer les propos et gestes déplacés que son rédacteur en chef lui faisait subir depuis plusieurs mois. Contre son gré, l’affaire s’est retrouvée dans les journaux. Des bataillons de cyberharceleurs et collègues se sont alors ligués contre la journaliste, qui se voit désormais refuser l’accès à sa rédaction. Elle a porté plainte pour démission forcée. “Même si je subis une violente campagne de diffamation, c’est quand même une victoire car j’ai poussé d’autres femmes à parler. Beaucoup m’écrivent pour me dire que je leur donnais le courage de parler alors qu’elles avaient peur pour leur emploi. Je dois aller au bout pour elles.

 

Deux tiers des hommes reconnaissent avoir harcelé une femme “pour s’amuser”

Depuis la révolution de 2011 et le développement des réseaux sociaux, les Égyptiennes sont de plus en plus nombreuses à exposer leurs harceleurs. Sur Facebook, des post circulent régulièrement montrant par exemple le visage ou la plaque d’immatriculation d’un chauffeur de taxi obscène. Le site Harrassmap permet aux femmes de recenser les lieux des agressions, pour montrer l’ampleur du phénomène et encourager la société à réagir. Des ONG et le Conseil national pour les femmes ont mis en place une ligne téléphonique pour conseiller les femmes en cas d’agressions. Soixante pour cent des femmes ont subi une forme de harcèlement sexuel au cours d’une année, selon une étude de l’ONU femmes publiée en 2017. Deux tiers des hommes reconnaissent avoir harcelé une femme. Ils avancent principalement deux justifications: la volonté de “s’amuser” et leurs tenues “qu’ils perçoivent comme provocatrices”.

 

Deux ans de prison pour des harceleurs

En 2014, une nouvelle loi crée le délit de harcèlement sexuel (sifflements, insultes, agressions sexuelles) puni de six mois à cinq ans de prison. Même si seulement quelques dizaines de procès ont eu lieu ces quatre dernières années, l’avocat Ahmed Brery estime que la justice prend les plaintes plus au sérieux depuis un an “grâce à la pression des médias mais aussi des campagnes de sensibilisation qui se sont développées partout en Égypte”. Les dépositions étaient jusqu’alors quasi-systématiquement rejetées par la police si les femmes n’apportaient pas le nom, voire l’adresse de leur agresseur, “or aujourd’hui les policiers acceptent d’enquêter et aller chercher eux-mêmes ces informations”, précise ce membre du Centre des femmes pour l’assistance juridique (WCGLA en anglais). En Haute-Égypte, région rurale et conservatrice, un passant qui avait agrippé les fesses d’une jeune femme a été identifié grâce à une caméra de surveillance et condamné en février dernier à trois ans de prison. 

Sauf que les victimes passent aussi parfois par la case prison. Le 21 août dernier, deux femmes ont été retenues plusieurs heures en garde à vue après s’être défendues contre deux garçons harceleurs de la place Tahrir, qui les accusaient de les avoir molestés! Le tribunal a finalement condamné les deux jeunes hommes à deux ans de prison.

 

Des victimes de harcèlement derrière les barreaux

Si le mouvement #MeToo, déclenché en octobre dernier suite à l’affaire Weinstein, n’a pas provoqué de sursaut national, il a contribué au débat et à la libération de la parole déjà en cours en Égypte. Dans cette société conservatrice, le retour de bâton n’est pas seulement venu des réseaux sociaux mais également des autorités. À la fin de l’été, une touriste libanaise a été expulsée du pays après avoir passé deux mois derrière les barreaux. Accusée d’avoir “insulté le pays”, elle avait mis en ligne une vidéo devenue virale où elle déversait sa colère contre le harcèlement et les Égyptiens qui avaient gâché son séjour. La sécurité d’État s’en est également prise à Amal Fathy, une activiste féministe emprisonnée depuis cinq mois pour avoir “diffusé de fausses informations” et “menacé la sécurité nationale” et qui vient d’être condamnée à deux ans de prison. Son crime, là encore, est d’avoir raconté à ses amis Facebook les insultes d’un chauffeur de taxi, les gestes salaces d’un policier et son exaspération face à l’inaction des autorités. 

Quand une femme en particulier critique les efforts du gouvernement à combattre le harcèlement sexuel, c’est inacceptable pour eux parce que, non seulement c’est un trouble à l’ordre public, mais ça attaque aussi la ‘masculinité’ d’un État dominé par les hommes.

Alors que la justice égyptienne n’hésite plus à prononcer de lourdes peines contre les harceleurs, pourquoi s’en prend-elle aussi aux harcelées? Cette contradiction ne surprend pas Hussein Baoumi, en charge de l’Égypte à Amnesty International: “La volonté actuelle du gouvernement de verrouiller l’espace public, de monopoliser la parole publique, va de pair avec un patriarcat bien ancré. Le gouvernement voit le harcèlement sexuel comme une question sécuritaire où les autorités doivent faire appliquer les lois existantes dans l’espace public. Mais quand une femme en particulier critique les efforts du gouvernement à combattre le harcèlement sexuel, c’est inacceptable pour eux parce que, non seulement c’est un trouble à l’ordre public, mais ça attaque aussi la ‘masculinité’ d’un État dominé par les hommes.” Les propos d’Amal Fathy exposaient ainsi “le double échec de l’État à supprimer le harcèlement sexuel ainsi que toute forme de critique”.

Et cette répression n’est pas prête de se tarir craignent les ONG. La nouvelle loi contre la cybercriminalité promulguée le 19 août dernier, permet de condamner les internautes pour de multiples motifs comme celui de publier des messages allant à l’encontre “des principes familiaux et valeurs de la société égyptienne”, puni de six mois de prison. Une formule très proche de celle qui fut employée pour condamner la touriste libanaise.

Ariane Lavrilleux, avec Hossam Rabi (au Caire) 


1. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
© Ibrahim Ezzat - Cheek Magazine
© Ibrahim Ezzat

4. Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir?

Depuis les NRJ Music Awards, qui ont eu lieu samedi 10 novembre, Aya Nakamura est au cœur d’une nouvelle polémique, et doit faire face à des propos violents de la part de présentateurs, comme Matthieu Delormeau. Des déclarations qualifiées de “misogynoir” par certains internautes.  
© Ibrahim Ezzat - Cheek Magazine
© Ibrahim Ezzat

5. “Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités

Slate a lancé son nouveau podcast sur les masculinités, Mansplaining, animé par Thomas Messias, professeur de lycée et journaliste pour le magazine. Dans ce premier épisode, le trentenaire met en exergue les stéréotypes du genre véhiculés par les œuvres cinématographiques. 
© Ibrahim Ezzat - Cheek Magazine
© Ibrahim Ezzat