société

La vidéo du jour

Le pire du sexisme à la télé en 2017, c'est ici

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle publiée par Meufs sur les pires moments télévisuels sexistes de l’année. 
DR
DR

DR


Si vous êtes déjà déprimée à l’idée de passer prochainement six heures assise entre votre oncle lourdaud un poil bourré au champagne et une dinde aux marrons toute sèche, ne regardez pas cette vidéo. Meufs a concocté ce best of des moments de télé les plus sexistes de cette année 2017 et le moins que l’on puisse dire, c’est que le combat féministe est loin d’être terminé. 

De Christophe Castaner qui regrette la “tenue un poil trop ample” de Rihanna à François Fillon qui fait allusion au congé maternité de Léa Salamé en passant le tennisman Maxime Hamou qui embrasse de force une journaliste sportive en train de l’interviewer, toutes les séquences sont aussi ahurissantes les unes que les autres. On vous laisse en juger par vous-mêmes. 

 

Julia Tissier 


1. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
DR  - Cheek Magazine
DR

2. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
DR  - Cheek Magazine
DR

7. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
DR  - Cheek Magazine
DR