société

Le podcast du jour

Miroir Miroir, le podcast qui pulvérise les standards de beauté imposés par la société

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Miroir Miroir, un podcast “sur les représentations, la beauté, le corps, et les normes portées par les médias, la société ou le regard des autres”. 
DR
DR

DR


Qu’est-ce que je vois dans ce miroir qui me reflète? Est-ce que j’aime ce corps, ce visage, ces cheveux, cette couleur de peau? Trop grosse, trop mince, pas la bonne taille de pantalon, trop petite, trop foncée ou trop crépue, les critères de beauté imposés par la société sont aussi nombreux que les complexes physiques qu’elle crée chez chacun, mais surtout chacune d’entre nous.” Dans ce nouveau podcast produit par Binge Audio et intitulé Miroir Miroir, la journaliste Jennifer Padjemi essaye de “comprendre comment la société nous a tous, mais surtout toutes, entraîné·e·s dans ce tourbillon de mal-être” et de trouver, avec la présence d’invité·e·s, des outils pour déconstruire les critères de beauté imposés par les autres. 

Dans le premier épisode, diffusé le 18 septembre dernier, Jennifer Padjemi reçoit l’autrice et journaliste Gabrielle Deydier, à qui l’on doit l’excellent ouvrage On ne naît pas grosse, pour parler grossophobie, ce “fait de discriminer les personnes en fonction de leur poids, et de leur surpoids plus précisément”. Cette dernière raconte ses difficultés à marcher, à s’habiller, évoque le regard des autres, leurs remarques, et parle aussi de la “fat acceptance”. Vous pouvez écouter tout ça juste ici:

 

J.T.


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
DR - Cheek Magazine
DR