société

Miss France 2017

“Le concours de Miss France donne une vision de la beauté stéréotypée”

Le célèbre concours de beauté aura lieu ce week-end, et il provoque de nombreuses réactions au sein du mouvement féministe. Michèle Idels, membre du MLF, revient pour Cheek sur cette antique compétition “qui ne rend pas service aux femmes”.
© Benjamin Decoin, Sipa
© Benjamin Decoin, Sipa

© Benjamin Decoin, Sipa


96 ans, c’est l’âge du bon vieux concours Miss France dont l’idée initiale, élire “la plus belle femme du pays” n’a pas changé. D’ailleurs chez les Miss, à part les maillots de bain, pas grand chose n’a changé depuis les origines de la compétition. 24 ans au maximum, grandes, minces et majoritairement blanches, les  30 candidates qui représentent leur région défileront samedi 17 décembre à Montpellier et en direct sur TF1 sous l’égide de Jean-Pierre Foucault, présentateur de l’émission depuis plus de deux décennies.

L’émission, qui a réuni près de 8 millions de téléspectateurs l’année dernière, semble agacer bon nombre de femmes. D’Osez le féminisme pour qui “la vie est suffisamment courte pour ne pas regarder l’élection de Miss France” à Maïa Mazaurette qui affirme que “si c’est un concours de beauté, ce serait bien de l’appeler Miss Beauté. La France vaut mieux que ça. La condition féminine aussi”, une douce polémique bat son plein ces derniers jours. Michèle Idels, avocate, co-directrice des Éditions des Femmes – Antoinette Fouque et militante du Mouvement de Libération des Femmes (MLF), nous donne son avis sur la question.

Que pensez-vous du concours Miss France?

Célébrer la beauté des femmes ne nous choque pas. Au MLF, aux Éditions des femmes-Antoinette Fouque, nous l’avons fait et le faisons de toutes les manières qui soient, en affirmant leur créativité, leur intelligence, leur fécondité. Mais dans ce concours Miss France, la beauté en question est très stéréotypée, formatée, fondée sur une conception de la féminité misogyne et sur une relation entre les hommes et les femmes largement dépassée. TF1, qui a tenté d’améliorer les choses en donnant la parole aux candidates, le sait.

Êtes-vous d’accord avec OLF qui invite TF1 à “programmer un concours basé sur des femmes remarquables qui agissent contre la pauvreté et l’exclusion”?

Bien sûr, on aimerait que les médias rendent justice à l’action des femmes si largement invisibilisées. Mais pourquoi le faire dans le cadre d’une mise en concurrence? Pourquoi se soumettre à cette tendance ultra-libérale de la société qui ne connaît que le rapport de forces et la compétition excluante. Si l’on est contre élire la femme la plus belle, alors pourquoi être pour élire la femme dont l’action serait la plus belle?

Allez-vous regarder le concours demain soir?

Non, nous serons en réunion avec mes amies de l’Alliance des femmes pour la démocratie pour discuter de nos actions en cours: les militantes FEMEN sont scandaleusement poursuivies pour “exhibition sexuelle” alors qu’elles demandaient, le torse recouvert de slogans, la libération de Jacqueline Sauvage injustement maintenue en prison; Asli Erdogan, écrivaine, est emprisonnée en Turquie où elle incarne la démocratie mise à mal, et risque une grave condamnation. Nous devons toutes et tous nous mobiliser pour ces causes-là.

Propos recueillis par Virginie Cresci


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
© Benjamin Decoin, Sipa - Cheek Magazine
© Benjamin Decoin, Sipa

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
© Benjamin Decoin, Sipa - Cheek Magazine
© Benjamin Decoin, Sipa

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
© Benjamin Decoin, Sipa - Cheek Magazine
© Benjamin Decoin, Sipa

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
© Benjamin Decoin, Sipa - Cheek Magazine
© Benjamin Decoin, Sipa

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
© Benjamin Decoin, Sipa - Cheek Magazine
© Benjamin Decoin, Sipa

7. “Lait Paternel”: l’allaitement paternel est-il vraiment une utopie?

Une pilule qui permettrait aux hommes d’allaiter? On y a (pas trop) cru, mais voilà: “Lait Paternel” est un poisson d’avril. Qui soulève tout de même une flopée de questions. 
© Benjamin Decoin, Sipa - Cheek Magazine
© Benjamin Decoin, Sipa