société

La chronique du jour

“J'ai souvent dit non en pensant oui”: Quand Guillaume Meurice interviewe Élisabeth Lévy

Si vous ne deviez écouter qu’une seule chronique aujourd’hui, ce serait celle de Guillaume Meurice sur France Inter, qui a interviewé Élisabeth Lévy à la première Université d’été du féminisme.
DR
DR

DR


Je vais vous parler droits des femmes aujourd’hui, parce que ça avance pas mal je trouve dans le domaine.” C’est avec cette phrase ironique que Guillaume Meurice a débuté sa chronique sur France Inter jeudi 13 septembre. L’humoriste s’est rendu à la première Université d’été du féminisme, organisée par Marlène Schiappa, et très critiquée pour le choix de ses invité·e·s ainsi que pour le budget alloué à l’événement, qui s’élève à 300 000 euros. Guillaume Meurice a donc tendu son micro à la journaliste et essayiste Élisabeth Lévy, qui participait à une discussion sur la compatibilité entre féminisme et conservatisme. “C’est une très bonne idée je trouve d’inviter la signataire d’une tribune sur la liberté d’importuner les meufs, commence l’homme de 37 ans. L’Amicale des frotteurs des métros parisiens a apprécié la démarche.” 

Après s’être targuée de faire partie de celles qui “ne passent pas leur temps à simplement dire que le sort des femmes est terrible, qui regardent ce qui se passe, qui voient que la domination masculine est tombée”, la rédactrice en chef de Causeur est revenue sur la notion de consentement. “Moi j’ai souvent dit non’ en pensant oui. Toute la littérature française s’arrêterait très vite si, quand on dit non, c’est non”, lance-t-elle. C’est ensuite au tour du mouvement #MeToo d’être critiqué par Élisabeth Lévy, qui soutient que le “récit de la vie des femmes que fait #MeToo ne correspond pas du tout à la réalité […] c’est une émulation du moi aussi: ‘Moi aussi machin il m’a regardé les fesses’ , et ‘Machin il a dit que j’avais de jolies bottes’. Oh là là, quel scandale!” Des propos qui agacent le chroniqueur de France Inter et auxquels il répond avec beaucoup d’humour avant de conclure: “Au pays des Lumières, y en a quand même qui ne sont pas bien câblé·e·s sur le réseau j’ai l’impression. Et tant qu’il y aura des Élisabeth Lévy, il faudra des femmes courageuses pour continuer à dénoncer les dégueulasseries du monde.

 

Margot Cherrid


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
DR - Cheek Magazine
DR

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
DR - Cheek Magazine
DR