société

À Montréal, une pétition étudiante circule pour dénoncer le port obligatoire du soutien-gorge

Après avoir été réprimandée par la direction de son pensionnat, une étudiante montréalaise lance une pétition pour dénoncer le port obligatoire du soutien-gorge. Soutenue par plusieurs élèves, elle réclame “un droit à l’évolution” et “un pas vers plus de liberté”.
Flickr/© Marianne Papillon
Flickr/© Marianne Papillon

Flickr/© Marianne Papillon


“Ce n’est pas parce que tu ne portes pas de soutien-gorge que tu deviens tout d’un coup une pute, lance une étudiante au micro de Radio-Canada. Et pour cause. Il y a une semaine, dans le pensionnat pour jeunes filles Saint-Nom-de-Marie à Montréal, une jeune fille a été réprimandée par un surveillant pour s’être présentée en cours sans soutien-gorge apparent. Révoltée et choquée, l’étudiante a lancé une pétition dans son établissement, relayée par près de 2 000 élèves pour réclamer le port optionnel de ce sous-vêtement.

logo inrocks

 

Il est triste de voir une école, qui dit prôner comme valeurs la conscience des inégalités sociales et le féminisme, agir de cette manière, écrit Émilie de Granpré, l’étudiante à l’origine de la pétition Le port des soutien-gorges optionnel au PSNM. Un pas de plus vers la liberté!Depuis secondaire un (Ndlr: la sixième en France), on nous dit que nous serons formées en tant que bonnes citoyennes du monde et qu’être femme ne nous limite pas, mais en quoi est-ce que ces démarches conservatrices véhiculent de telles idées? Ce vendredi 15 juin, la pétition rassemble 8700 signatures sur l’objectif de 9000.

En réaction, plusieurs étudiantes se sont présentées en cours sans soutien-gorge. “C’est un droit à l’évolution, un pas vers plus de liberté, ont revendiqué certaines d’entre elles. La ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David, a elle aussi salué cette action et félicite les jeunes filles à l’initiative de ce mouvement pour leur capacité à poser de “vraies questions, rapporte le site TerraFemina.

 

 

Un mouvement grandissant 

Cet événement s’inscrit dans une dynamique d’ensemble. Le mouvement des Carrés jaunes, né à Quebec dans une école secondaire, a gagné plusieurs établissements de la région depuis le mois d’avril. Ces instigateurs veulent mettre au jour le caractère sexiste des codes vestimentaires établis dans les écoles canadiennes. “Le code vestimentaire de la commission scolaire des Trois Lacs empêche les femmes de porter un vêtement qui dévoile l’épaule. Le fait de forcer les femmes à se couvrir la peau et à cacher leur silhouette, cela équivaut à dire que plus on voit de la peau ou des formes plus c’est sexualisant, a expliqué Joss Leblanc, étudiant à l’initiative du mouvement interrogé par le média VIVA.

Aux États-Unis, Lizzy Martinez avait appelé les étudiantes de son école au “bracott” en avril dernier -contraction des mots boycott et “bra”, soutien-gorge en anglais- après qu’on lui ait demandé de mettre du scotch sur ses tétons pour ne pas exciter les jeunes garçons. Toutes ces initiatives ont le même objectif: faire en sorte que les jeunes femmes de demain aient les mêmes droits et la même place dans la société que les jeunes hommes.

Aphelandra Siassia

Ce papier a été initialement publié sur le site des Inrocks.

logo inrocks


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Flickr/© Marianne Papillon - Cheek Magazine
Flickr/© Marianne Papillon

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Flickr/© Marianne Papillon - Cheek Magazine
Flickr/© Marianne Papillon

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Flickr/© Marianne Papillon - Cheek Magazine
Flickr/© Marianne Papillon