société

La vidéo du jour

Nadia Daam dézingue le sexisme des catalogues de jouets de Noël

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette chronique de Nadia Daam qui dénonce les stéréotypes véhiculés par les catalogues de jouets de Noël.
Nadia Daam dézingue le sexisme des catalogues de jouets de Noël

C’est arrivé ce weekend: j’ai découvert dans ma boîte aux lettres les premiers catalogues de jouets de la saison.” Voilà comment Nadia Daam débute son Coup de patte ce matin, dans l’émission Europe 1 Bonjour. Sa chronique intitulée “Noël: les catalogues de jouets sont toujours aussi sexistes”, s’attaque au marketing genré et stéréotypé qui ressurgit chaque année à l’approche des fêtes. Nadia Daam s’interroge donc: “J’aimerais qu’on comprenne pourquoi toute l’année on nous bassine avec les matières naturelles et la pédagogie Montessori pour que dès novembre on tente de leur refourguer des bars à manucure au bisphénol.” Elle décrit ensuite le contenu des pages du magazine Noël 2017 dont elle ne cite pas la marque: “Bonne surprise cette fois: les jouets ne sont plus présentés en catégorie ‘fille’ ou ‘garçon’, mais par activité ou par âge.” Mais malgré cet effort de communication, “on retrouve encore et toujours les codes couleur bleu et rose et les même stéréotypes: les jeux du type petit chimiste, super héros ou bricolage sont incarnés par des petits garçons, tandis que, tout de rose vêtues, les petites filles des catalogues continuent à vanter les mérites du mini fer à repasser ou des mini caisses de supermarché”.

Nadia Daam s’attaque ensuite au message envoyé par de telles représentations: “C’est comme si les garçons n’aspiraient qu’à devenir chirurgiens cardiaques ou explorateurs quand ils seront grands, tandis qu’une fille peut au mieux espérer devenir le prochain mannequin cabine des lingettes swiffer ou égérie de la charge mentale.” Pour terminer sa chronique, la journaliste évoque l’article de 60 millions de consommateurs paru en octobre dernier, qui “a dénoncé cette année encore des catalogues et des rayons dans les magasins trop genrés et trop sexistes”.

Margot Cherrid


1. Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique

Fondatrice de la marque de vêtements Super Marché, Monia Sbouai pratique l’upcycling. Après avoir parcouru les friperies parisiennes, elle transforme ses trouvailles en trench chic ou en combinaison décontractée. Rencontre. 
Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique - Cheek Magazine

4. Dans son restaurant nantais, Flore Lelièvre emploie des personnes porteuses de trisomie 21

Depuis 2016, Flore Lelièvre engage des personnes atteintes de trisomie 21 dans son restaurant Le Reflet, au centre de Nantes. A même pas trente ans, l’entrepreneuse propose une alternative inclusive à une “vie active” dont le handicap est trop souvent absent.  
Dans son restaurant nantais, Flore Lelièvre emploie des personnes porteuses de trisomie 21 - Cheek Magazine

5. Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes?

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait celui des Couilles sur la table consacré à l’absence de femmes au sein des casseurs dans les manifestations et à la violence d’Etat, considérée comme viriliste.
Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes? - Cheek Magazine