société

Nappy: l'afro reprend le dessus

Le cheveu naturel est à la mode: dans la rue, à la télé et surtout sur la toile, on voit les coupes afros se multiplier. Mode passagère ou tendance de fond?

Melissa, 27 ans - Cheek Magazine
Voir les 11 photos

DIAPORAMA : Au salon Boucles d’ébène, qui s’est tenu en juin dernier à Montreuil (93), les allées étaient pleines de Nappy girls. Notre repérage en images. ©Laetitia Prieur/Cheek Magazine

Nappy: l'afro reprend le dessus

01 / 11
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine

Je voulais juste être libérée de l’esclavage que les femmes noires font parfois subir à leurs cheveux”. C’est par cette phrase choc que Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, a expliqué son big chop en 2009. À l’époque, elle avait surpris toute la planète mode en se rasant entièrement la tête et en arborant une coupe courte et frisée. Depuis, on remarque de plus en plus de filles qui ont arrêté le défrisage pour revenir à leur texture de cheveux originelle et la communauté Nappy (“Natural” + “Happy”) a commencé à émerger sur le Net. Les blogs comme Black Beauty Bag ou des chaînes YouTube apprennent aux néo-Nappy comment réaliser des Bantu Knots out et autres wash and go en insistant sur l’importance d’une bonne routine capillaire.

Difficile d’échapper à la norme

Arrêter le défrisage n’est pas une décision anodine car le cheveu lisse est aujourd’hui une norme à laquelle il est difficile d’échapper. Parfois, entre la prise de décision et le passage à l’acte, il peut même se passer des années: “J’y ai pensé la première fois en 2007 mais je craignais le regard des gens, explique Vitaline, 28 ans, chargée de mission. En 2011, j’ai finalement sauté le pas car j’aime toutes les possibilités qu’offrent les cheveux naturels et surtout, je ne voulais plus être dépendante d’un produit comme le défrisant”. En effet, comme pour une coloration, il faut sans cesse entretenir son défrisage et répéter l’opération tous les deux ou trois mois sous peine d’avoir des repousses crépues. Cette idée de dépendance, l’acteur américain Chris Rock l’a développée dans Good Hair, un documentaire qu’il a co-réalisé en 2009 pour décrypter les rapports compliqués qu’entretiennent les Afro-américaines avec leurs cheveux. Pour Virginie, juriste de 27 ans, la prise de conscience a été progressive : “J’avais de beaux cheveux avant mon premier défrisage vers 11-12 ans et ils sont devenus secs, cassants, je n’arrivais plus à les coiffer et ils ne poussaient plus… J’ai découvert des forums comme Boucles et Coton et c’est en lisant Peau noire, cheveux crépus : l’histoire d’une aliénation  de Juliette Sméralda (Editions Jasor) que j’ai compris pourquoi je me défrisais les cheveux. J’ai enfin réalisé que le lisse n’était pas le seul idéal de beauté.

Un vestige de l’esclavage

L’auteure, sociologue et historienne,  y explique comment la suprématie du cheveu lisse s’est imposée au temps de l’esclavage, lorsque les femmes noires s’occupaient de leurs maîtresses blanches. Peu à peu, elles ont intériorisé l’équation lisse = beau. “La question du défrisage du cheveu crépu a été classée par l’Unesco comme séquelle psychologique de la traite négrière transatlantique. Les gens ignorent cette dimension historique et sont assez choqués quand je la leur apprends” reconnaît Juliette Sméralda. Mais les canons de beauté sont désormais en train de changer, notamment dans la publicité. Là où les marques choisissaient des mannequins aux cheveux raides, on voit de plus en plus de femmes aux cheveux naturels dans des campagnes d’affichage ou à la télévision. Mizani, la marque pour cheveux texturés de L’Oréal a désigné Inna Modja, la chanteuse qui arbore une impeccable boule afro, pour la représenter. Gabrielle Ferrandon, attachée de presse de la marque, confie : “Nous l’avons choisie car elle incarne une beauté décomplexée, fraîche et moderne, et c’est une personne qui aime s’occuper de ses cheveux.

Démarche globale

A une époque où le bien-être est au cœur de toutes les préoccupations, le défrisant est de plus en plus dénoncé comme un  produit dangereux, pouvant provoquer des brûlures, des cassures et autres alopécies (l’accélération de la chute des cheveux). Certaines études associent même la pratique du défrisage à l’apparition de fibromes utérins et de puberté précoce. Dès lors, le retour du cheveu naturel s’impose comme une solution plus douce qui accompagne le corps plutôt qu’il ne le dénature et s’inscrit dans une démarche globale de recherche de modes de vie plus sains et respectueux de l’environnement. Aline Tacite, co-fondatrice du salon Boucles d’ébène qui organisait sa quatrième édition en juin dernier y voit le signe que “les femmes noires et métissées veulent de plus en plus se montrer telles qu’elles sont, en faisant fi du poids social ou professionnel qui pèse encore parfois sur elles”.

Stéphanie Semedo

Curlidole est l’une des chaînes Youtube consacrées aux Nappy


1. Pourquoi trouver un maillot de bain cool en taille 44 est-il quasiment impossible?

Perdue au 4ème étage des Galeries Lafayette, Hélène cherche en vain un maillot de bain pour sa nièce. “Elle porte du 52 et achète ses vêtements sur Internet, mais c’est moche, alors je voudrais lui offrir une jolie pièce pour son anniversaire”, explique-t-elle à la…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine

2. Coupe du Monde: le harcèlement de rue toujours vainqueur

“Soyons honnête dès le début: je ne suis vraiment pas fan de foot. […] Par contre, je suis fan de gens contents, et de liesse, et de joie, et de positivité. (Et de bières.) Je ne crache donc jamais sur l’opportunité d’aller voir un match dans un…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine

3. “Nous Toutes”, le mouvement féministe qui prend de l'ampleur sur le Web

Le Chili, l'Espagne, la Corée du Sud, l'Argentine… et bientôt la France? À l'heure où, un peu partout dans le monde, femmes et hommes se mobilisent pour lutter contre les violences faites aux femmes, un mouvement fait son entrée sur la toile. Intitulé “Nous Toutes”, il…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine

4. Les Pussy Riot dénoncent la police russe pendant la finale de la Coupe du Monde

Dimanche 15 juillet, alors que la planète entière regardait la finale de la Coupe du Monde France-Croatie, des membres des Pussy Riot déguisées en policières ont fait irruption sur le terrain du stade Loujniki à Moscou. L’une d’elles a eu le temps de taper dans les mains…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine

5. Pourquoi les corps de femmes musclées posent-ils problème?

“Souvenez-vous, Madonna… Madonna, tant qu’elle montrait ses seins, tout allait bien. Le jour où elle a commencé à montrer ses bras musclés, c’était fini. Elle était horrible, moche, folle, détraquée. Jusqu'à son ancienne coach sportive qui l'a taclée: ‘J'ai passé des années à inverser la…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine

6. Portugal: le changement de genre est désormais possible sans diagnostic médical

Après le Danemark, la Suède, la Norvège, Malte et l'Irlande, le Portugal devient le 6ème pays européen à simplifier l’accès au changement de genre à l’état civil. Alors que jusqu’à présent les personnes transgenres devaient fournir un rapport médical attestant une dysphorie de genre, une…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine

7. Dans “Commencer”, elles racontent les coulisses de la création de leur start-up

“Les success-stories d’entrepreneur·e·s, on en entend beaucoup. […] Mais ce qu’on entend moins, ce qui nous intéresse vraiment, ce sont les coulisses de ces histoires, les détails les plus concrets. On s’est jurées de tout raconter.” Avec le podcast Commencer -inspiré de la série américaine Start-up-…
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine - Cheek Magazine
Vania, 27 ans, Drancy. © Laetitia Prieur/Cheek Magazine