société

La vidéo du jour

“Je te souhaite d’avoir le cancer”: une ancienne actrice X raconte son harcèlement

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le témoignage l’ancienne actrice porno Nikita Bellucci sur Konbini News, à propos du harcèlement dont elle est victime.
“Je te souhaite d’avoir le cancer”: une ancienne actrice X raconte son harcèlement

Bonjour, c’est Nikita Bellucci, j’ai 28 ans, je suis une ancienne hardeuse et je vais vous parler du harcèlement que je subis au quotidien dû à mon ancien métier.” Dans une vidéo publiée mardi 27 février par Konbini News, Nikita Bellucci revient sur son parcours, les insultes et menaces qu’elle a reçues et continue à recevoir malgré la fin de sa carrière dans le porno, il y a deux ans. “Je suis harcelée tout le temps, raconte l’ancienne actrice X interviewée par le journaliste Hugo Clément. Je reçois des menaces de mort, des insultes, on me dit ‘Je te souhaite d’avoir le cancer du sein’, ‘J’aimerais te balancer de l’acide dans le visage pour savoir dans quoi tu vas te reconvertir plus tard quand tu ne pourras plus vendre ton corps’.”

Les violences qu’elle subit l’ont même amenée à renoncer à son “rêve” d’avoir un enfant: “Si demain je fais un enfant, dans dix ans, qu’est ce qu’il va se passer? Déjà que je reçois énormément de haine, qu’est ce que ça va être pour mon enfant?” Nikita Bellucci regrette également le manque de soutien apporté aux travailleuses du sexe et rappelle l’importance d’insister auprès des jeunes sur le caractère fictionnel de la pornographie. Car si les hommes qui la harcèlent sont pour la plupart majeurs, il lui arrive de recevoir des messages sexistes d’enfants de 12 ou 13 ans.  La jeune femme conclut en se déchargeant de toute culpabilité: “J’ai autant le droit, comme n’importe qui, de vivre comme je l’entends. Surtout quand je n’ai rien commis d’illégal.

 

Margot Cherrid


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie - Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Pilosité féminine: pourquoi tant de haine? - Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit” - Cheek Magazine