société

L'interview “Premier mandat” de Valérie Montandon

“NKM met en avant les jeunes et les femmes”

Les municipales 2014 sont pour elles l’occasion de passer en première ligne. Qu’elles soient têtes de liste ou dans la garde rapprochée de candidats d’envergure, elles nous dévoilent les coulisses de leur campagne.
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris


 À 37 ans, Valérie Montandon veut incarner le renouveau. Porte-parole de Nathalie Kosciusko-Morizet pendant sa campagne parisienne, elle est aussi candidate UMP dans le 12ème à Paris, un arrondissement stratégique pour la reconquête de l’Hôtel de Ville. Si les menaces de dissidence se sont multipliées ces dernières semaines, cette chef d’entreprise à la tête d’une PME d’import-export dans le textile ne perd pas le cap.

Ta première promesse de campagne?

Améliorer le cadre de vie des Parisiens tout en favorisant le développement économique et l’attractivité de Paris. La municipalité sortante a trop souvent opposé le concept de cadre de vie et celui d’activité économique et de mobilité des biens et des personnes. Les deux vont au contraire de pair.

Ton premier discours?

C’était lors de l’inauguration de ma permanence, où j’ai pu affirmer à quel point j’étais déterminée à apporter un nouveau souffle dans le 12ème arrondissement, qui dort depuis deux mandatures.

Ton premier porte-à-porte?

Pour cette campagne, c’était dans le quartier de Bastille. Ce qui m’a marquée, c’était le nombre de personnes qui travaillaient chez elles, soit en raison du télétravail, soit comme autoentrepreneurs.

Ton premier marché?

J’en fais tellement depuis toujours que je suis incapable d’identifier le premier!

Ta première interview?

Lorsque j’ai été nommée porte-parole de Nathalie Kosciusko-Morizet, j’ai pu expliquer mon engagement à ses côtés et montrer que j’étais aussi l’illustration du renouvellement qu’elle veut impulser à Paris. Dans cette campagne, NKM met en avant les jeunes, (ses quatre porte-paroles ont entre 36 et 44 ans). Surtout, des femmes sont têtes de liste dans de nombreux arrondissements, dont ceux qui sont clefs pour l’alternance.

Ton premier tweet de campagne?

Pour remercier NKM de sa confiance et mes soutiens de leur fidélité.

Ta première photo de campagne?

Devant la place Daumesnil. Au-delà du côté emblématique du 12ème arrondissement, j’aime beaucoup ces lions majestueux et droits qui semblent protéger la place, mais qui sont aussi prêts pour le combat. Je peux les admirer souvent désormais, car ma permanence de campagne est sur la place.

Tes premiers pas en politique?

En 2005. J’étais excédée de ne plus pouvoir travailler correctement dans le centre de Paris. J’avais des difficultés, comme chef d’entreprise, pour effectuer les livraisons ou pour recevoir mes clients. Cette même année, je devenais aussi jeune maman, avec toutes les contraintes inhérentes au mode de garde. Ces galères m’ont donné envie de m’investir. Un soir, après une rude journée, j’ai poussé la porte de l’UMP et j’ai commencé à militer au sein des Jeunes Actifs, qui regroupent les trentenaires.

Premier ou deuxième tour?

Deuxième tour.

Ton / ta premier(e) fan?

Mon fils. Il m’en veut parce que je bosse comme une folle pour mener de front mon entreprise dans le secteur de la mode et mon mandat politique. En revanche, même s’il ronchonne de temps à temps, il est fier comme un coq!

Premier mandat d’une longue série?

Non, je suis contre le cumul des mandats en règle générale, et aussi dans le temps. Cela empêche le renouvellement. Je suis pour une réflexion sur le statut de l’élu, afin de favoriser les passerelles entre le monde politique et le secteur privé. Pour que les vraies réformes, dont notre pays et nos collectivités ont tant besoin, puissent enfin voir le jour, il faut  que la société civile soit plus présente en politique.

Propos recueillis par Charlotte Lazimi


1. Camélia Jordana dénonce le racisme de la police dans ONPC

Invitée samedi 23 mai dans l’émission de Laurent Ruquier, On n’est pas couché, la chanteuse Camélia Jordana a dénoncé le racisme de la police. 
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

2. Laura Portelli, la cheffe qui sublime le pique-nique

Chez Pique-Nique, le restaurant qu’elle a ouvert fin novembre, Laura Portelli sert une cuisine douce et réconfortante, version chic de nos repas improvisés en plein air en famille ou entre copains. Pour la déguster, il faudra patienter encore un peu. En attendant, elle répond à notre interview “Top Cheffe”.
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

3. Le quinoa rouge, guacamole à la ricotta et condiments acidulés de Beatriz Gonzalez

Ce n’est pas parce qu’on est (dé)confinée qu’on arrête de bien manger. La cheffe Beatriz Gonzalez nous confie sa recette de quinoa rouge, guacamole à la ricotta et condiments acidulés.
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

4. Pain fait maison, télétravail et héroïnes ordinaires: que nous restera-t-il du confinement?

Assigné·e·s à domicile pendant deux mois, nous avons dû nous adapter à un rythme de vie radicalement différent de celui que nous avons l’habitude de mener. L’occasion de prendre de nouvelles habitudes, mais aussi de réfléchir à la société que nous voulons -et à la place qu’occupent les femmes dans l’Histoire. 
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

5. À quoi ressemblera la rencontre amoureuse post-Covid-19?

Discussions par message pendant des semaines sans se voir, dates vidéo, peur de la contamination… La crise sanitaire bouleverse les habitudes des célibataires et redéfinit l’étiquette de la rencontre amoureuse au profit du “slow dating”. 
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

6. Le nouveau casse-tête des apéros de déconfinement

Soirées aux fenêtres, gestes barrières, comités réduits… Dans le contexte du déconfinement, les moins de 35 ans s’adaptent, rivalisent d’ingéniosité, et appréhendent les apéros avec de nouvelles priorités.
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris

7. Elles brisent la tabou de la ménopause et ça fait du bien

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce teaser d’un documentaire à ne pas manquer sur le tabou de la ménopause. 
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris - Cheek Magazine
Valérie Montandon devant la mairie du 12ème arrondissement à Paris