société

La vidéo du jour

Consentement sexuel: Noémie Renard dénonce les actes non désirés lors d'un rapport

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Noémie Renard pour Konbini, dans laquelle elle évoque les agressions parfois subies dans le cadre de rapports consentis.
DR
DR

DR


La coercition graduelle au cours des interactions sexuelles.” Ce phénomène au nom un peu barbare est une des composantes de la culture du viol dont on parle encore trop peu, et qu’ Hugo Clément a choisi d’évoquer lors de son interview de Noémie Renard mise en ligne le 24 avril sur Konbini News. D’après l’autrice d’En finir avec la culture du viol, le concept regroupe les “actes à connotation de domination” et “violences sexuelles qui émergent pendant des actes sexuels consentis”. En exemple, elle cite les pénétrations anales, avec le doigt ou le pénis, les strangulations, le tirage de cheveux, et la fessée, qui peuvent être vécus comme des agressions lorsque ces actions ne sont pas désirées par le ou la partenaire sexuelle.

La jeune femme rappelle que, comme toujours, la solution réside dans la communication, verbale ou par “l’expression de gestes, de sourires, d’une attitude”, pour s’assurer du consentement de l’autre. “Ça va être: ‘On a couché ensemble, est ce que là, maintenant, je peux te mettre un doigt dans le cul ? […] Ça va donner lieu à des discussions vachement administratives dans un cadre intime”, s’inquiète un Hugo Clément dans le rôle, sûrement légèrement préparé, de l’hétéro un peu benêt. “On n’a pas à subir des actes sexuels qu’on ne désire pas, lui répond Noémie Renard. Est-ce que, eux, ça leur plairait tout d’un coup de se prendre des fessées, se faire étrangler ou tirer les cheveux? Est-ce que ces hommes trouveraient ça agréable?” Finalement, son propos peut-être résumé avec une des phrases qu’elle prononce après avoir défini la culture du viol: “Je pense qu’il vaut mieux être un peu anti-sexe que de risquer de violer une personne”. C’est aussi simple que ça.

 

Margot Cherrid


3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
DR - Cheek Magazine
DR