société

La vidéo du jour

Consentement sexuel: Noémie Renard dénonce les actes non désirés lors d'un rapport

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Noémie Renard pour Konbini, dans laquelle elle évoque les agressions parfois subies dans le cadre de rapports consentis.
DR
DR

DR


La coercition graduelle au cours des interactions sexuelles.” Ce phénomène au nom un peu barbare est une des composantes de la culture du viol dont on parle encore trop peu, et qu’ Hugo Clément a choisi d’évoquer lors de son interview de Noémie Renard mise en ligne le 24 avril sur Konbini News. D’après l’autrice d’En finir avec la culture du viol, le concept regroupe les “actes à connotation de domination” et “violences sexuelles qui émergent pendant des actes sexuels consentis”. En exemple, elle cite les pénétrations anales, avec le doigt ou le pénis, les strangulations, le tirage de cheveux, et la fessée, qui peuvent être vécus comme des agressions lorsque ces actions ne sont pas désirées par le ou la partenaire sexuelle.

La jeune femme rappelle que, comme toujours, la solution réside dans la communication, verbale ou par “l’expression de gestes, de sourires, d’une attitude”, pour s’assurer du consentement de l’autre. “Ça va être: ‘On a couché ensemble, est ce que là, maintenant, je peux te mettre un doigt dans le cul ? […] Ça va donner lieu à des discussions vachement administratives dans un cadre intime”, s’inquiète un Hugo Clément dans le rôle, sûrement légèrement préparé, de l’hétéro un peu benêt. “On n’a pas à subir des actes sexuels qu’on ne désire pas, lui répond Noémie Renard. Est-ce que, eux, ça leur plairait tout d’un coup de se prendre des fessées, se faire étrangler ou tirer les cheveux? Est-ce que ces hommes trouveraient ça agréable?” Finalement, son propos peut-être résumé avec une des phrases qu’elle prononce après avoir défini la culture du viol: “Je pense qu’il vaut mieux être un peu anti-sexe que de risquer de violer une personne”. C’est aussi simple que ça.

 

Margot Cherrid


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
DR - Cheek Magazine
DR

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR