société

La vidéo du jour

Consentement sexuel: Noémie Renard dénonce les actes non désirés lors d'un rapport

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Noémie Renard pour Konbini, dans laquelle elle évoque les agressions parfois subies dans le cadre de rapports consentis.
DR
DR

DR


La coercition graduelle au cours des interactions sexuelles.” Ce phénomène au nom un peu barbare est une des composantes de la culture du viol dont on parle encore trop peu, et qu’ Hugo Clément a choisi d’évoquer lors de son interview de Noémie Renard mise en ligne le 24 avril sur Konbini News. D’après l’autrice d’En finir avec la culture du viol, le concept regroupe les “actes à connotation de domination” et “violences sexuelles qui émergent pendant des actes sexuels consentis”. En exemple, elle cite les pénétrations anales, avec le doigt ou le pénis, les strangulations, le tirage de cheveux, et la fessée, qui peuvent être vécus comme des agressions lorsque ces actions ne sont pas désirées par le ou la partenaire sexuelle.

La jeune femme rappelle que, comme toujours, la solution réside dans la communication, verbale ou par “l’expression de gestes, de sourires, d’une attitude”, pour s’assurer du consentement de l’autre. “Ça va être: ‘On a couché ensemble, est ce que là, maintenant, je peux te mettre un doigt dans le cul ? […] Ça va donner lieu à des discussions vachement administratives dans un cadre intime”, s’inquiète un Hugo Clément dans le rôle, sûrement légèrement préparé, de l’hétéro un peu benêt. “On n’a pas à subir des actes sexuels qu’on ne désire pas, lui répond Noémie Renard. Est-ce que, eux, ça leur plairait tout d’un coup de se prendre des fessées, se faire étrangler ou tirer les cheveux? Est-ce que ces hommes trouveraient ça agréable?” Finalement, son propos peut-être résumé avec une des phrases qu’elle prononce après avoir défini la culture du viol: “Je pense qu’il vaut mieux être un peu anti-sexe que de risquer de violer une personne”. C’est aussi simple que ça.

 

Margot Cherrid


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
DR - Cheek Magazine
DR

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
DR - Cheek Magazine
DR