société

La vidéo du jour

Nora Hamzawi dézingue le brunch du dimanche

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette chronique France Inter de Nora Hamzawi sur le brunch du dimanche.
Nora Hamzawi dézingue le brunch du dimanche

On peut toujours compter sur Nora Hamzawi pour pointer du doigt les travers des hipsters parisiens (dans lesquels nous tombons nous-mêmes parfois, il faut bien le concéder). Ce week-end, l’humoriste est donc allée bruncher chez un couple d’amis heureux qui lui ont préparé un carpaccio de betteraves -“une tuerie”- qu’ils ont servi sur leur table de designer, en compagnie de leur enfant-mannequin de 5 ans. “Les gens chiants, pardon les gens heureux, ne s’expriment que comme s’ils étaient dans la page ‘Une journée avec’ du magazine ELLE, ironise Nora Hamzawi. Je me réveille naturellement avec la lumière du jour, et je lis Proust en buvant du thé noir.”

Un bon résumé de la vie parfaite des adeptes du brunch, que Nora Hamzawi tient à démystifier une bonne fois pour toutes: “Le brunch, c’est juste un déjeuner où tu bouffes le dessert avant le plat et où le plat est principalement constitué d’œuf, mais ça reste un déjeuner.” Amen.

Myriam Levain


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s - Cheek Magazine

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro” - Cheek Magazine

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops - Cheek Magazine