société

La vidéo du jour

Nora Hamzawi dézingue le brunch du dimanche

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette chronique France Inter de Nora Hamzawi sur le brunch du dimanche.
Nora Hamzawi dézingue le brunch du dimanche

On peut toujours compter sur Nora Hamzawi pour pointer du doigt les travers des hipsters parisiens (dans lesquels nous tombons nous-mêmes parfois, il faut bien le concéder). Ce week-end, l’humoriste est donc allée bruncher chez un couple d’amis heureux qui lui ont préparé un carpaccio de betteraves -“une tuerie”- qu’ils ont servi sur leur table de designer, en compagnie de leur enfant-mannequin de 5 ans. “Les gens chiants, pardon les gens heureux, ne s’expriment que comme s’ils étaient dans la page ‘Une journée avec’ du magazine ELLE, ironise Nora Hamzawi. Je me réveille naturellement avec la lumière du jour, et je lis Proust en buvant du thé noir.”

Un bon résumé de la vie parfaite des adeptes du brunch, que Nora Hamzawi tient à démystifier une bonne fois pour toutes: “Le brunch, c’est juste un déjeuner où tu bouffes le dessert avant le plat et où le plat est principalement constitué d’œuf, mais ça reste un déjeuner.” Amen.

Myriam Levain


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie - Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Pilosité féminine: pourquoi tant de haine? - Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit” - Cheek Magazine