société

Quand Nora Hamzawi arrive à parler charge mentale dans un sketch sur Noël

Dans sa chronique Nora a la réponse, diffusée dans Quotidien mercredi 19 décembre, l’humoriste Nora Hamzawi rappelle à un homme ce qu’est la charge mentale et c’est très drôle. 
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”

Capture d'écran de l'émission “Quotidien”


L’humoriste et chroniqueuse Nora Hamzawi a réponse à tout. Dans l’émission Quotidien diffusée mercredi 19 décembre sur TMC, la comédienne a répondu à différentes questions sur Noël posées par les spectateurs. Parmi ces derniers, Vincent, 43 ans, se plaint que sa femme lui demande chaque année d’enfiler le déguisement de Santa Claus. Une occasion saisie au vol par Nora Hamzawi de parler charge mentale au douzième degré: “Ca va, c’est une fois par an, ça te coûte quoi une fois par an? Elle s’occupe de tout toute l’année, d’accord? Elle paye la cantine, elle s’occupe des factures, elle gère tout. T’as déjà entendu parler de la charge mentale? Est-ce que tu sais où est l’éponge, Vincent? […] Donc maintenant tu enfiles ton petit costume de Noël et tu te calmes”. Pendant que nous, on rit. 

 

Wendy Le Neillon


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Quotidien”