société

La vidéo du jour

Pour Nora Hamzawi, ça va “comme un lundi”

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la première chronique de Nora Hamzawi en 2017.
Pour Nora Hamzawi, ça va “comme un lundi”

Pour sa première chronique de l’année sur France Inter, Nora Hamzawi a claqué une “bonne expression de dépressif”: Ça va comme un lundi, a-t-elle intitulé son billet du lundi 2 janvier, qui sentait bon le blues post Saint-Sylvestre.

Pourtant, à en croire notre humoriste fétiche, ce n’est pas l’excès de fête qui a mené à cette humeur maussade -elle affirme n’avoir “rien fait” le soir du 31-, mais bien la rentrée et la perspective du mois de janvier: “il est insupportable ce mois de janvier, c’est pas un mois c’est juste la gueule de bois de décembre, t’as tous les restes des festivités mais que dans le côté relou: des papiers cadeaux qui trainent, des cadeaux improbables qu’il va falloir foutre sur le bon coin, des restes de bûche au frigo, sans parler de la tranche de foie gras qui traine dans une assiette depuis tellement longtemps qu’elle est devenue toute rouge et que même ton chat n’en veut pas.”

Pas totalement désespérée non plus, Nora Hamzawi a conclu sa chronique par une note plus positive, et en a profité pour souhaiter la bonne année, à sa façon, aux auditeurs de France Inter.

 


2. Sites et applis de rencontre: le paradis des harceleurs

On a lu pour vous cet article du Monde sur les “forceurs”, “stalkers” et autres harceleurs qui sévissent sur les sites et applis de rencontre et on vous le conseille fortement.
Sites et applis de rencontre: le paradis des harceleurs - Cheek Magazine

3. À Montréal, une pétition étudiante circule pour dénoncer le port obligatoire du soutien-gorge

Après avoir été réprimandée par la direction de son pensionnat, une étudiante montréalaise lance une pétition pour dénoncer le port obligatoire du soutien-gorge. Soutenue par plusieurs élèves, elle réclame “un droit à l’évolution” et “un pas vers plus de liberté”.
À Montréal, une pétition étudiante circule pour dénoncer le port obligatoire du soutien-gorge - Cheek Magazine