société

“Nous Toutes”, le mouvement féministe qui prend de l'ampleur sur le Web

Ce mouvement prévoit d’organiser un grand rassemblement le 24 novembre prochain pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles.
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2

Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2


Le Chili, l’Espagne, la Corée du Sud, l’Argentine… et bientôt la France? À l’heure où, un peu partout dans le monde, femmes et hommes se mobilisent pour lutter contre les violences faites aux femmes, un mouvement fait son entrée sur la toile. Intitulé “Nous Toutes”, il prévoit d’“organiser une déferlante féministe, rassemblant des centaines de milliers de personnes en même temps, pour que la France se réveille et dise Stop aux violences sexistes et sexuelles”. Alors, en quoi consiste ce mouvement encore énigmatique?

logo inrocks

“Nous avons fait le constat qu’une indignation et une colère s’étaient dégagées des mouvements #MeToo, #balancetonporc, et contrairement à d’autres pays, comme l’Espagne et le Chili, nous n’avions pas réussi à transformer cette colère en mobilisation collective”, nous explique Mélanie, l’une des volontaires. Lors du Festival de Cannes, emmenées par Agnès Varda, 82 femmes du monde du cinéma réalisaient une sorte de happening sur les marches rouges du Palais pour demander l’égalité salariale et davantage de diversité dans le cinéma. “On s’en est tenues au cinéma, mais le sujet dépasse de très loin les 82 femmes sympathiques qui ont monté les marches”, soulignait, justement, la réalisatrice Agnès Varda il y a quelques jours lors d’une conférence sur la place des femmes dans le cinéma.

 

Plusieurs associations et militantes mobilisées

Une marche, un rassemblement, un happening… Si l’on ne sait pas encore quelle forme prendra cette déferlante féministe, on peut déjà dire qu’elle aura lieu le 24 novembre prochain, veille de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. Une façon d’augmenter la prise de conscience de la société sur ce problème, “et de dire stop aux harceleurs, à ceux qui battent et frappent”, insiste Mélanie.

 

Le 3 juillet dernier, plus de 200 personnes, féministes, associations (le Collectif National des droits des femmes, le Groupe F, le Planning familial, Osez le féminisme…), ou simples curieuses, étaient réunies à la bourse du travail pour commencer à plancher sur “Nous Toutes”, dont le site Internet a été lancé ce jeudi. “Notre objectif c’est de réunir près de 1000 personnes volontaires d’ici septembre, et de fédérer encore plus d’ici le 24 novembre”, détaille la bénévole. Syndicats (CGT), et partis politiques (EELV, PCF) soutiennent déjà l’initiative, ainsi que plusieurs personnalités féministes (Rokhaya Diallo, Lauren Bastide, Sandrine Rousseau…) qui ont partagé le lien pour participer à “Nous Toutes” sur leurs réseaux sociaux. La déferlante féministe semble d’ores et déjà lancée.

Fanny Marlier

Cet article a été initialement publié sur le site des Inrocks. 

logo inrocks


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2 - Cheek Magazine
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2 - Cheek Magazine
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2 - Cheek Magazine
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2

5. Dans ce podcast, des femmes racontent comment elles ont fait fuir leurs harceleurs

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Yesss, dans lequel des femmes racontent comment elles ont réagi face à leurs harceleurs.
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2 - Cheek Magazine
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2 - Cheek Magazine
Capture d'écran de la série “Balance ton plan”, épisode 2