société

Après son agression, Marie Laguerre crée un site web pour recueillir la parole des femmes harcelées

Après son agression, Marie Laguerre a créé une plateforme en ligne pour recueillir les témoignages des victimes de harcèlement de rue.
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre

Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre


La vidéo de son agression a déjà fait le tour du Web. À 22 ans, Marie Laguerre a été frappée violemment après avoir répondu “Ta gueule!” à l’homme qui l’a harcelée dans la rue. Profitant de de sa récente médiatisation -elle a été interviewée par de nombreux médias français et internationaux-, elle a décidé de mettre en place une plateforme en ligne pour dénoncer le harcèlement de rue.

L’objectif de ce site, Nous Toutes Harcèlement, est de recueillir des témoignages de harcèlement dans la rue, au travail, dans la sphère privée”, a expliqué Marie Laguerre à l’AFP. Son but? Libérer la parole des femmes sur le sujet. Sur cette plateforme, quelques questions sont posées aux participantes pour guider leur témoignage. Après avoir renseigné leur nom ou leur pseudo et la ville où a eu lieu l’agression, elles sont invitées à témoigner en 800 signes maximum. 

En parallèle du site Web, une page Facebook a été créée pour diffuser les messages envoyés via la plateforme, ainsi que le hashtag #TaGueule. Quelques heures seulement après le lancement du site, des dizaines de messages ont déjà été publiés. Marie Laguerre a été accompagnée par des militantes féministes, notamment les membres des Effronté·es, pour créer sa campagne et ainsi “apporter une nouvelle pierre à l’édifice”. Si son action est loin d’être unique en la matière, elle a le mérite de poursuivre le combat contre le harcèlement de rue, alors que la loi Schiappa sur les violences sexistes et sexuelles vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale.

Alexandra Vépierre


1. Gay Games de Paris 2018: les mondiaux de la diversité en 15 photos Instagram

Du 4 au 12 août, Paris se met aux couleurs du drapeau LGBTQ pour célébrer les différences et combattre l’homophobie lors d’une compétition sportive qui tient de la célébration. 
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre

3. Dès l’enfance, les filles font plus de corvées ménagères

On a lu pour vous cet article du New York Times sur la répartition des tâches ménagères dès l’enfance et on vous le conseille fortement.
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre

4. Les femmes noires trustent les numéros de septembre des magazines de mode

De Beyoncé à Lupita Nyong’o, de nombreux magazines de mode mettent des femmes noires à l’honneur de leur incontournable “september issue”. Un phénomène historique. 
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre

5. #MeToo sonnera-t-il la fin des pubs sexistes?

L’ampleur du mouvement #MeToo sonnera-t-elle le glas des publicités sexistes? De nombreuses marques changent en effet leur fusil d’épaule: il n’est plus de bon ton de montrer des jeunes femmes comme des objets sexuels ou des ménagères serviles. Mais est-ce vraiment significatif ?
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre

7. Et si les corps des hommes étaient autant érotisés que ceux des femmes?

On a lu pour vous cet article de M le magazine du Monde à propos de l’invisibilisation du corps masculin et la négation de son potentiel érotique. On vous le conseille fortement.   
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre - Cheek Magazine
Capture d'écran du site lancé par Marie Laguerre